Archives de catégorie : Magazine

Séance 5 – Fantasmic Objects: Art and Sociality from Lebanon, 1920-1950 – Kirsten Scheid

3 février 2023 [séance en hybride]

Fantasmic Objects: Art and Sociality from Lebanon, 1920-1950

Kirsten Scheid, Department of  Sociology, Anthropology, and Media Studies at the American University of Beirut, Liban

Fantasmic Objects: An Ontology for Art and Sociality from Modern Lebanon, 1920-1950, offers both an historical ethnography of a modern, non-metropolitan art world, and an art historically focused account of the civic imagination and visual generation emergent from Islamic philosophies and the particular problem of becoming Arab in the aftermath of the Ottoman caliphate’s abolition. It focuses on three modern Lebanese artists and their place in a contemporary art world in Beirut: Moustapha Farrouk, Omar Onsi and Saloua Raouda Choucair who are major figures in the history of modern Lebanese art and by extension, global modern art. Through its chosen examples, this book seeks: (1) to identify an Islamic ontology of modern art through the notion of fantasm, a practice of art-making in postcolonial societies that cannot point back towards their natural “representation” but must produce images of beings to become; (2) to illuminate the “exhibitionary sociality” of contemporary art worlds as a mode of understanding modern art and modernity; and (3) to propose “an alternate anthropology” of the Middle East by focusing on art, artists, and aesthetics, and thereby, an anthropological movement drawing on dreams, aspiration, and imagination to speak not simply of where people are but where they might go and why.

Lien vers le livre sur le site de l’éditeur

Faculty in both the Department of Sociology, Anthropology, and Media Studies and the Department of Fine Arts and Arts History at the American University of Beirut, Kirsten Scheid writes, teaches, and researches the role of art at cross-cultural junctures, including its transnational histories and role in social transition. She investigates the role modern and contemporary art practices had in establishing, if not also defining, nations, subjects, and their publics in the 20th- and 21st-century Middle East—particularly Lebanon and Palestine, where she has conducted field and archival research since 1992 in Lebanon and Palestine. Her research has been supported by the National Endowment for the Humanities, the Palestinian American Research Center, and the Wissenschaftskolleg zu Berlin, among others. Scheid was awarded an EHESS chaire sécable in 2019 and the Clark/Oakley Humanities Fellow 2019-2020. She has taught at Northwestern University and the City University of New York/the Graduate Center. In addition to her new book, her most recent publications include “Whither the Spiritual: Rethinking Secularism’s Legacy in Post-Ottoman Art,” a guest-edited dossier with Hannah Feldman for Regards: la revue des art du spectacle, “Art as Material Form and Agent: Becoming ‘Middle Eastern Women’ through Art,” in The Handbook of Middle Eastern Women, edited by suad Joseph and Zeina Zaatari (Routledge, 2022), and “Palestinian Art Talk: A Local Lexicon for Global Art Production,” in In Motion: The Global Politics of Artistic Engagement, edited by Pénélope Larzillière (Brill, 2022). She has also co-curated “Historical Modernisms in the Arab World” (ArteEast, 2008-2009), “The Arab Nude: The Artist as Awakener” (Beirut, 2016), “Jerusalem Actual and Possible, 9th edition of the Jerusalem Show” (Jerusalem, 2018), and is preparing “Partisans of the Nude: An Arab Art Genre in an Era of Contest, 1920-1960” (Columbia University, New York, 2023-2024).

Infos pratiques (English text below)

Pour permettre au plus grand nombre de suivre le séminaire, celui-ci se déroulera cette année en mode hybride.

  • Périodicité : 1er et 3e vendredi du mois, du 18 novembre 2022 au 16 juin 2023
  • Horaires : 15:00-17:00
  • Lieu : Salle B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris
  • Visioconférence : Zoom

Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Practical info

The seminar will be held in hybrid mode to allow as many people as possible to attend.

Frequency: 1st and 3rd Friday of the month, from November 18, 2022 to June 16, 2023
Schedule: 3 to 5pm
Location: Room B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (capacity: 12 seats)
Videoconference: Zoom

Please note: You will not be able to attend this seminar without first submitting a request via the following link: https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Please submit the application no later than 72 hours before the first session. The application is valid for the whole year and it can be made at any time.

Before each session, we will send a confirmation message to those who will be onsite, and the link to the videoconference room for those who will be online.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com

Séance 4 – Visite de l’exposition “Katia Kameli. Hier revient et je l’entends” – 20 janvier (RDV à 15h45 au 19 rue Léon, 75018 Paris)

La prochaine séance de l’ARVIMM aura lieu le 20 janvier 2023. Elle sera consacrée à la visite de l’exposition “Katia Kameli. Hier revient et je l’entends“, à l’Institut des Cultures d’Islam. RDV à 15h45 au 19 rue Léon, 75018 Paris.

Katia Kameli mène un travail dense et protéiforme depuis le début des années 2000. Forte d’une double culture française et algérienne, elle se fait passeuse entre différents territoires et questionne les points aveugles de l’Histoire. Suivant ses propres cheminements, elle relie des faits éloignés, renoue des liens distendus, donne à entendre des paroles silenciées pour écrire des contre-récits. Ses recherches se mêlent, s’enchâssent et tissent entre elles une multiplicité de perspectives.

À l’intersection d’un langage poétique, d’études visuelles et de techniques artisanales, la pratique artistique de Katia Kameli est le fruit d’une grande fabrique de relations par affinités, proximités, et amitiés. Sa première exposition personnelle dans deux institutions parisiennes réunit un ensemble d’œuvres existantes et de nouvelles productions.

À l’ICI, l’exposition met un coup de projecteur sur vingt ans de créations. Elle souligne la cohérence d’une démarche où les récits circulent, se transforment, se transposent et se superposent, à travers le monde et les époques. L’artiste y embrasse le rôle de traductrice : ses photographies, vidéos, dessins et installations mettent en jeu un vocabulaire formel et conceptuel qui se conjugue au sein d’un espace intermédiaire entre les langues, les sons, les esthétiques et les cultures.

Le projet Le Cantique des oiseaux, co-produit avec La Criée, centre d’art contemporain à Rennes, inclut une vidéo réalisée à la Goutte d’Or en partenariat avec le Conservatoire du 18e – Gustave Charpentier. L’œuvre Stream of stories, sur les métamorphoses des fables de Kalîla wa Dimna qui ont inspiré Jean de La Fontaine, est augmentée d’une extension en tuft conçue en collaboration avec l’artiste- textile, Manon Daviet et avec le soutien du Cnap.

Veuillez vous inscrire en cliquant ici.

  • Horaires : 16:00-17:00
  • Lieu : Institut des Cultures d’Islam – 56 Rue Stephenson, 75018 Paris

Séance 3 – Writing Art and Architectural Histories of the Arabian Peninsula: Transdisciplinary Approaches between Visual Culture and Oral History – 2 décembre 2022

16 décembre 2022 [séance en anglais et en visioconférence]

Writing Art and Architectural Histories of the Arabian Peninsula: Transdisciplinary Approaches between Visual Culture and Oral History
Laura Hindelang, Institut d’histoire de l’art, Université de Berne, Suisse

Book Abstract: How do we engage with the art and architectural histories of the Arabian Peninsula? How can we see beyond the current focus on contemporary production in order to embed the region within the larger cultural history of the MENA region? In this presentation, Laura Hindelang reflects on the challenges of the field and archival work for her recently published book Iridescent Kuwait: Petro-Modernity and Urban Visual Culture since the Mid-Twentieth Century (2022). She discusses the ways in which visual culture and oral history can offer new ways for the research on the urban cultures in the Gulf as part of a media-historical approach. She argues that transdisciplinary approaches have become especially important for reaching a more nuanced understanding of the past while writing the historiography of the Arabian Peninsula for the (futuristic) futures to come.

Lien vers le livre en open access

Laura Hindelang is a post-doc researcher at the University of Bern, Institute of Art History. Her book Iridescent Kuwait: Petro-Modernity and Urban Visual Culture since the Mid-Twentieth Century (Berlin/Boston: De Gruyter, 2022) is a transdisciplinary study of the intersection between urban development, visual culture, contemporary art and petroleum industrialization in the Arab Gulf region. She recently co-edited the special issue “Urban Cultures in the Gulf from a Historical Media” in the Middle East Journal of Culture and Communication (Brill, 2022) and she has published articles on architecture, magazine culture and contemporary art of the Arabian Peninsula. Laura Hindelang is board member of Manazir – Swiss Platform for the Study of Visual Arts, Architecture and Heritage in the MENA Region and editorial member of Manazir Journal.

Infos pratiques (English text below)

Pour permettre au plus grand nombre de suivre le séminaire, celui-ci se déroulera cette année en mode hybride.

  • Périodicité : 1er et 3e vendredi du mois, du 18 novembre 2022 au 16 juin 2023
  • Horaires : 15:00-17:00
  • Lieu : Salle B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris
  • Visioconférence : Zoom

Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Practical info

The seminar will be held in hybrid mode to allow as many people as possible to attend.

Frequency: 1st and 3rd Friday of the month, from November 18, 2022 to June 16, 2023
Schedule: 3 to 5pm
Location: Room B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (capacity: 12 seats)
Videoconference: Zoom

Please note: You will not be able to attend this seminar without first submitting a request via the following link: https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Please submit the application no later than 72 hours before the first session. The application is valid for the whole year and it can be made at any time.

Before each session, we will send a confirmation message to those who will be onsite, and the link to the videoconference room for those who will be online.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com

Séance 2 – Metrics of Modernity: Art and Development in Postwar Turkey – 2 décembre 2022

2 décembre 2022 [séance en anglais et en visioconférence]

Metrics of Modernity: Art and Development in Postwar Turkey

Dr. Sarah-Neel Smith, Department of Art, Design, and Visual Culture, The Maryland Institute College of Art, Etats-Unis

Book abstract: In this vivid portrait of the art world of 1950s Turkey, Sarah-Neel Smith offers a new framework for analyzing global modernisms of the twentieth century: economic development.
After World War II, a cohort of influential Turkish modernists built a new art world in Istanbul and Ankara. The female gallerist Adalet Cimcoz, the art critic (and future prime minister) Bülent Ecevit, and artists like Aliye Berger, Füreya Koral, and Bedri Rahmi Eyüboğlu were not only focused on aesthetics. On the canvas, in criticism, and in the gallery, these cultural pioneers also grappled with economic questions—attempting to transform their country from a “developing nation” into a major player in the global markets of the postwar period.

Lien vers le livre sur le site de l’éditeur

Smith’s book publishes landmark works of Turkish modernism for the first time, along with an innovative array of sources—from gossip columns to economic theory—to reveal the art world as a key site for the articulation of Turkish nationhood at mid-century.

Dr. Sarah-Neel Smith’s work focuses on modernisms in a global and comparative perspective, with a particular focus on artistic exchanges between the Middle East, North Africa, Europe, and the United States.

A graduate of Smith College, she holds a Ph.D. in Art History from the University of California, Los Angeles and teaches in the Department of Art, Design, and Visual Culture at the Maryland Institute College of Art. Her writing has appeared in American Art, Art Journal, ARTMargins, Third Text, Bidoun and frieze. She is currently working on her second book, about eight American artists who traveled in the Middle East during the early decades of the Cold War, including Robert Rauschenberg, Frank Stella, Helen Frankenthaler, and Andy Warhol.

Compte rendu du séminaire “Histoires de l’art au Maghreb 
et au Moyen-Orient XIXe-XXe siècle”, IISMM/EHESS, 2021-2022 “L’art abstrait, Paris et les artistes du Maghreb et Moyen-Orient”

En 2021-2022, le séminaire a poursuivi les travaux engagés l’année précédente sur la base d’un terrain de recherche important dont il reste encore beaucoup à découvrir. En accueillant chercheuses et chercheurs, commissaires, galeristes, collectionneurs et artistes au fil des séances, nous avons poursuivi notre enquête sur le contexte artistique et la scène parisienne de l’art abstrait dans la période d’après-guerre, les sources permettant de retracer la présence des artistes du Maghreb et du Moyen-Orient dans cette scène et la redécouverte de ces artistes qui, eux aussi, ont fait l’art abstrait.

Dans une perspective méthodologique et comparatiste, les participant-es et l’équipe du séminaire ont été accueilli-es lors de la journée d’étude Cosmopolite ? Art, colonialisme et nationalismes à Paris, organisé par David Castaner et Maureen Murphy (HICSA, Paris 1-Panthéon Sorbonne). En effet, cette journée d’étude reprenait, sur le plan du Sud global, certaines des questions que notre séminaire se pose concernant l’Afrique du Nord et le Moyen-Orient. Les contributions ont porté entre autres sur la participation latino-américaine au Salons, sur l’œuvre de l’artiste brésilien Vincente de Rego Monteiro, sur la négociation des artistes africains à Paris entre modernisme, africanité et négritude ou sur l’importance de Paris comme lieu d’émancipation des artistes indiens.

Le séminaire a mis l’accent sur la parole de témoins. Nous sommes ainsi allés à la rencontre du collectionneur Claude Lemand au cœur de l’exposition Lumières du Liban. Art moderne et contemporain de 1950 à aujourd’hui à l’Institut du monde arabe, dont il a été commissaire. Cette exposition qui présentait notamment les artistes modernes du Liban et de ses diasporas, au lendemain de son indépendance en 1943, a été l’occasion de questionner le collectionneur sur son parcours, sa relation aux artistes et la logique qui l’a conduit à rassembler une collection d’exception. Le collectionneur Dr. Demir Önger, médecin turc installé à Paris au début des années 1960, a retracé le contexte qui a lui permis de connaître les artistes turcs de l’École turque de Paris, parfois de façon intime comme Selim, Hakkı Anlı et Mühbin Orhon, et de les collectionner. Il a notamment éclairé le degré d’insertion de ces artistes dans les circuits artistiques, précisant que ces artistes n’étaient pas à Paris pour promouvoir leur carrière en Turquie mais qu’ils s’adressaient aux collectionneurs et au marché en France.

Un temps a été consacré à la hurufiyya. Charbel Dagher (U. de Balamand, Liban), auteur d’un ouvrage publié en arabe en 1990 sur la hurufiyya (Arabic Hurufiyya, Skira 2016), a rapidement décrit les principales étapes de la hurufiyya. Ensuite, il a distingué la hurufiyya de l’abstraction au motif que la première est un choix esthétique et culturel, là où la deuxième est un choix artistique. Il affirme également qu’il y avait, dans la hurufiyya, un amalgame entre la pratique européenne de l’abstraction et le rapport des artistes arabes à leur propre culture. Selon lui, lorsqu’on lit une phrase en arabe, on n’est plus dans l’abstrait, mais dans du figuratif. Une attitude finalement plutôt critique par rapport à une tendance artistique qu’il a lui-même contribué à faire connaître. Une attitude partagée par le galeriste Saleh Barakat pour qui le mouvement est globalement peu convaincant. Dans l’idée d’une réinterprétation de l’art islamique et de la création d’une abstraction arabe, il a proposé la pratique de l’artiste libanais Samir al-Sayegh qui revient à l’esprit — plutôt qu’à la forme — de l’art islamique. Selon sa propre définition, l’artiste fait de la calligraphie moderne et l’assume, tout en créant une œuvre qui formellement est très éloignée des règles de la calligraphie historique.

Le séminaire s’est aussi intéressé aux artistes, à leur parcours et à leur œuvre. À partir de l’expérience de voyage à Paris entre les années 1950 et 1960 d’artistes tunisiens (Néjib Belkhoja, Edgard Naccache, Mahmoud Sehili), Alia Nakhli (ESSTED, U. de la Manouba, Tunis) a mis en valeur leur contribution aux manifestations parisiennes (salons et biennales) où, toutefois, le domaine du Maghreb a souffert d’un effet d’occultation. Dans ce contexte, elle a souligné l’importance du travail mené par Pierre Gaudibert (critique et commissaire des musées) et Jean-Jacques Lévêque (critique et galeriste) qui ont su identifier et soutenir le courant maghrébin à l’intérieur de l’École de Paris. Dans un dialogue avec Samir Abdallah (cinéaste et dépositaire des Archives Hamed Abdallah), Morad Montazami (éditeur et curator) a retracé l’itinéraire intellectuel et artistique du peintre Hamed Abdallah, figure clé du modernisme en Égypte, qui a eu une carrière internationale avant de tomber dans un certain oubli à la fin des années 1960. Ce dialogue s’est appuyé sur la présentation de l’ouvrage Arabécédaire (2018), qui produit un travail remarquable de visualisation et spatialisation des archives du peintre. Les curatrices Fatima-Zahra Lakrissa et Maud Houssais ont livré un exposé sur le retour des artistes marocains après un contact rapproché avec la scène artistique européenne pour étudier les processus d’appropriation et de dissémination des expérimentations abstraites. De retour au Maroc, des artistes tels que Farid Belkahia, Mohamed Melehi et Mohammed Chabâa, investissent l’abstraction d’un projet politique de transformation de la société marocaine par des expérimentations formelles, notamment dans l’espace public, et une production théorique soutenue. En explorant les trajectoires outre-Atlantique de nombreuses artistes du Moyen-Orient, entre les années 1950 et 1970, Nadia Radwan (U. de Berne, Suisse) a élargi le champ d’investigation du séminaire avec l’analyse du lien entre l’art américain et le thème classique de l’ornement. Elle a ainsi permis de mettre en valeur la contribution de ces artistes à l’histoire de l’expressionnisme abstrait.

Le séminaire s’est terminé sur la visite de l’exposition Silsila, le voyage des regards en compagnie de Stéphanie Chazalon, directrice générale de l’Institut des cultures d’islam, dont l’objectif est de donner à voir la création contemporaine d’artistes de la région basés à Paris. L’occasion de poursuivre notre réflexion sur l’insertion de ces artistes dans la scène artistique parisienne.