Tous les articles par arvimm

Séance 7 – Le Musée d’Art Contemporain de Téhéran et l’ouverture du marché de l’art iranien – 1 mars 2024

1 mars 2024 [séance en hybride]

Le Musée d’Art Contemporain de Téhéran et l’ouverture du marché de l’art iranien
Firouzeh Saghafi, doctorante, Université de Genève

A l’aube des années 2000, deux nouvelles typologies d’expositions rentreront dans l’histoire d’exposition du Musée d’Art Contemporain de Téhéran (TMoCA): des présentations personnelles d’artistes européens et des expositions thématiques, concentrée sur l’art contemporain iranien. Dans ce séminaire nous allons voir comment ces nouvelles politiques d’exposition du TMoCA ainsi que les changements dans la bureaucratie culturelle iranienne ont participé à l’ouverture de l’art iranien dans le marché international mais aussi à son exposition dans les institutions artistiques étrangères.

Firouzeh Saghafi est doctorante à l’Université de Genève sous la direction de professeure Silvia Naef. Elle travaille sur la création et le développement du Musée d’Art Contemporain de Téhéran (TMoCA), avec une thèse intitulée : “Entre une modernité importée et une contemporanéité anxieuse : les fonctions politiques et identitaires du Musée d’Art Contemporain de Téhéran, 1977-2005”. Elle travaille avec la galerie Dastan à Téhéran en tant que conseillère et a également assisté des commissaires sur des projets d’exposition tels que “Mechanisms” au Wattis Institute for Contemporary Arts (2016) à San Francisco, et “Medusa, Bijoux et Tabous” au Musée d ‘Art Moderne de la ville de Paris (2017).


Infos pratiques (English text below)

Pour permettre au plus grand nombre de suivre le séminaire, celui-ci se déroulera cette année en mode hybride.

  • Périodicité : 1er et 3e vendredi du mois, du 17 novembre 2023 au 7 juin 2024
  • Horaires : 15:00-17:00
  • Lieu : Salle B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris
  • Visioconférence : Zoom

Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Practical info

The seminar will be held in hybrid mode to allow as many people as possible to attend.

Frequency: 1st and 3rd Friday of the month, from November 17, 2023 to June 7, 2024
Schedule: 3 to 5pm
Location: Room B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (capacity: 12 seats)
Videoconference: Zoom

Please note: You will not be able to attend this seminar without first submitting a request via the following link: https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Please submit the application no later than 72 hours before the first session. The application is valid for the whole year and it can be made at any time.

Before each session, we will send a confirmation message to those who will be onsite, and the link to the videoconference room for those who will be online.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com

Séance 6 – L’institution de la culture en Tunisie, entre anciennes et nouvelles structures – 16 février 2024

16 février 2024 [séance en hybride]

L’institution de la culture en Tunisie, entre anciennes et nouvelles structures
Alia Nakhli, maître-assistante, l’Ecole Supérieure des Sciences et Technologies du Design, Université de la Manouba et Elsa Despiney, historienne de l’art

En Tunisie, la constitution du Fonds national d’arts plastiques remonte au début de la période coloniale, à la fin du XIXe siècle. Un crédit a été mis en place par la résidence générale pour apporter un appui politique à la vie artistique et pour la constitution d’une collection destinée à garnir les cimaises d’un futur musée. Plus tard, une Commission d’achat d’œuvres d’art, a été créée, afin d’encourager la production artistique par de plus larges acquisitions. Au lendemain de l’indépendance, le nouvel état-nation maintient la Commission d’achat, qui continue à acquérir les œuvres, lors des différentes expositions, ayant lieu dans les diverses galeries du pays, qu’elles soient publiques ou privées. Les œuvres s’accumulent, durant plus d’un siècle, pour former un fonds d’environ 13000 œuvres. Cependant, plus le nombre d’œuvres augmente, plus l’espoir de voir un musée pouvant accueillir et donner à voir cette collection diminue. Avec l’ouverture de la Cité de la culture, en mars 2018, une nouvelle institution, le musée national d’art moderne et contemporain, voit le jour. Son objectif est de donner une visibilité, aux artistes vivants ainsi qu’à ceux dont les œuvres font partie du Fonds national d’arts plastiques. Cela, même si le musée ne dispose pas de sa propre collection d’art moderne. Il s’agit, ainsi, à travers cet exemple, de questionner les politiques culturelles menées dans le domaine des arts visuels.

Elsa Despiney est historienne de l’art. Elle a enseigné l’histoire de l’art ainsi que l’évolution artistique de diverses régions du monde, d’Afrique et du monde arabe, à la fois à l’université et dans différents instituts culturels à l’étranger. Elle est titulaire d’un doctorat en histoire des échanges culturels internationaux et d’une maîtrise en histoire de l’art. Elle a écrit 100 mots pour l’art africain (Paris, Maisonneuve Larose) et co-écrit Artistes de Tunisie (Tunis, Cérès). Basée à Tunis, Elsa Despiney effectue régulièrement des missions auprès de différents organismes à visée culturelle (Tfanen Tunisie Creative, L’Art Rue, entre autres) et conduit des formations en lien avec les problématiques de la scène artistique et culturelle.

Alia Nakhli est historienne de l’art contemporain et enseigne à l’École supérieure des sciences et technologies du design (ESSTED), à l’Université de la Manouba. Elle est docteure en histoire de l’art. Ses recherches portent sur l’histoire de l’art contemporain, en Tunisie, du XIXe au XXIe siècles. Elle s’est également intéressée à l’histoire de l’art dans le monde arabe, au XXe siècle, à travers l’histoire de l’Union générale des artistes plasticiens arabes. Elle a publié Arts visuels en Tunisie. Artistes et institutions (1881-1981), (Tunis, Nirvana), 2023.


Infos pratiques (English text below)

Pour permettre au plus grand nombre de suivre le séminaire, celui-ci se déroulera cette année en mode hybride.

  • Périodicité : 1er et 3e vendredi du mois, du 17 novembre 2023 au 7 juin 2024
  • Horaires : 15:00-17:00
  • Lieu : Salle B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris
  • Visioconférence : Zoom

Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Practical info

The seminar will be held in hybrid mode to allow as many people as possible to attend.

Frequency: 1st and 3rd Friday of the month, from November 17, 2023 to June 7, 2024
Schedule: 3 to 5pm
Location: Room B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (capacity: 12 seats)
Videoconference: Zoom

Please note: You will not be able to attend this seminar without first submitting a request via the following link: https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Please submit the application no later than 72 hours before the first session. The application is valid for the whole year and it can be made at any time.

Before each session, we will send a confirmation message to those who will be onsite, and the link to the videoconference room for those who will be online.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com

Séance 5 – De ‘Contemporary Arab Representions’” au soft power culturel du Golfe : réflexions critiques – 2 février 2024

De ‘Contemporary Arab Representions’” au soft power culturel du Golfe : réflexions critiques [séance en hybride]
Catherine David, historienne d’art et commissaire d’exposition

Catherine David est une historienne de l’art et commissaire d’exposition dans de nombreuses institutions. En 1997, elle a notamment été directrice artistique de la documenta X à Kassel, ouvrant largement à un public international la création artistique du monde arabe. De 1998 à 2003, elle a été directrice du projet à long terme “Contemporary Arab Representations”, initié par la Fundació Antoni Tàpies, Barcelone et présenté au Fundacio Tapiès Barcelone, Witte de With Rotterdam, Kunstwerk Berlin, Bildmuseet Umea. Au cours des quinze dernières années, elle a été commissaire de la plateforme ADACH pour les arts visuels lors de la 53e Biennale des arts de Venise (2011) ; de la rétrospective Hassan SHARIF Experiments & Objects / 1979 – 2011 présentée à Qasr Al Hosn à Abu Dhabi (2011) ; de MARWAN : Early Works 1962 – 1972 au Beirut Exhibition Center, Beyrouth (2013) et à la Serralves Foundation, Porto (2014) ; d’Unedited History. Iran 1960-2014 au Musée d’art moderne de la ville de Paris et au MAXXI à Rome (2014) ; et Dia al-Azzawi : A Retrospective (From 1963 to Tomorrow) à Mathaf et Al Riwaq à Doha (2017).


Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Prenez garde à bien sélectionner le bon séminaire dans le menu déroulant : “Art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient : regards croisés sur les logiques culturelles d’une institutionnalisation en cours”.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Séance 4 – Madrid, Córdoba and beyond: the project of Casa Árabe – 19 janvier 2024

19 janvier 2024 [séance en anglais et en hybride]

Madrid, Córdoba and beyond: the project of Casa Árabe
María Gómez López, chercheuse postdoctorante, Universidad Autónoma de Madrid et Universidad Complutense de Madrid

Founded in 2006 Casa Árabe is an active platform in the generation of knowledge about the Arab world in Spain. With headquarters in Madrid and Córdoba, the institution is part of a wider network of houses that encompass Casa América, Casa Asia, Casa Africa, Casa del Mediterráneo and Centro Sefarad-Israel. All of them operate as public diplomatic tools that envisage culture as an essential way of strengthening the existing bods between Spain and these geopolitical spaces. With this purpose, Casa Árabe offers every year an engaging cultural program that enables its visitors to know more about the region’s past and present. The objective of this intervention is to share a panoramic overview of Casa Árabe’s history and program paying particular attention to its position in and contribution to the Spanish cultural and academic panorama.

María Gómez López is Margarita Salas Postdoctoral Fellow at Universidad Autónoma de Madrid and Universidad Complutense de Madrid. She holds a PhD in Art History and a MA in History of Art and Architecture of the Islamic Middle East from the School of Oriental and African Studies (SOAS) University of London and. Her research dives into the convergence of art, cartography and spatial experience in the contemporary production from the Arab world. She is the curator of the exhibition “A world of snippets” and co-curator of “Hand over hand: crafts and design in Morocco” at Casa Árabe. The results of her research have been shared in national and international events and platforms within and beyond the academic sphere.


Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Prenez garde à bien sélectionner le bon séminaire dans le menu déroulant : “Art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient : regards croisés sur les logiques culturelles d’une institutionnalisation en cours”.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Séance 3 : Artistes ressortissant·es de pays d’Afrique du Nord, de Méditerranée de l’Est et de la Péninsule arabique dans les collections du Fnac : éléments d’analyse quantitative et qualitative – 15 décembre 2023

Artistes ressortissant·es de pays d’Afrique du Nord, de Méditerranée de l’Est et de la Péninsule arabique dans les collections du Fnac : éléments d’analyse quantitative et qualitative [séance en visioconférence]
Victorine Grataloup, directrice de Triangle-Astérides, Marseille, et membre fondatrice du collectif éditorial Qalqalah قلقلة 

Présentation d’une recherche qui avait pour objet d’interroger le corpus formé par les œuvres des artistes ressortissant·es de pays d’Afrique du Nord, de Méditerranée de l’Est et de la Péninsule arabique dans les collections du Fonds national d’art contemporain (Fnac) géré par le Centre national des arts plastiques (Cnap) : de quelles œuvres s’agit-il, acquises à quelle(s) période(s), quel·les artistes en sont les auteur·ices, de quels pays en sont-ils·elles ressortissant·es ? Quelles histoires de mobilités, de circulations, de transferts culturels, quelles géohistoires artistiques cela dessine-t-il ?
Pour le dire autrement, cette étude s’est intéressée à « la manière dont [au sein des collections de l’État français] cette question des nationalités artistiques et des relations qu’elles entretiennent – internationalités artistiques – s’est configurée et reconfigurée au cours du temps, et plus particulièrement des XXe et XXIe siècle » (Bruno Nassim Aboudrar, François Mairesse, Laurent Martin, Géopolitique de la culture. L’artiste, le diplomate et l’entrepreneur, Paris, Armand Colin, 2021, p. 13) dans l’espace de l’ex-Empire colonial français en Afrique du Nord et en Méditerranée de l’Est, par comparaison avec le reste du monde arabe.

Actuellement directrice du centre d’art contemporain d’intérêt national Triangle-Astérides à Marseille, Victorine Grataloup est curatrice, co-fondatrice de la plateforme d’échanges artistiques, de recherche et d’édition trilingue Qalqalah (avec Line Ajan, Virginie Bobin, Montasser Drissi, Vir Andres Hera et Salma Mochtari) ainsi que du collectif curatorial Le Syndicat Magnifique (avec Thomas Conchou, Anna Frera et Carin Klonowski). Elle a grandi à Drancy en Seine-Saint-Denis, étudié l’histoire et la théorie des arts à l’EHESS (Paris), la Humboldt Universität (Berlin) et à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne où elle ensuite a enseigné l’économie de l’art pendant six ans ; et a auparavant exercé au Palais de Tokyo, à KADIST, à Bétonsalon – centre d’art et de recherche, au Cneai, puis en indépendante. Son travail est transdisciplinaire et collaboratif, à l’intersection de problématiques artistiques et sociales à la croisée des langues. Elle s’intéresse aux enjeux politiques et affectifs des pratiques artistiques, aux imaginaires collectifs et aux représentations minoritaires, aux institutions souhaitables et hospitalières. 


Infos pratiques (English text below)

Pour permettre au plus grand nombre de suivre le séminaire, celui-ci se déroulera cette année en mode hybride.

  • Périodicité : 1er et 3e vendredi du mois, du 17 novembre 2023 au 7 juin 2024
  • Horaires : 15:00-17:00
  • Lieu : Salle B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris
  • Visioconférence : Zoom

Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Practical info

The seminar will be held in hybrid mode to allow as many people as possible to attend.

Frequency: 1st and 3rd Friday of the month, from November 17, 2023 to June 7, 2024
Schedule: 3 to 5pm
Location: Room B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (capacity: 12 seats)
Videoconference: Zoom

Please note: You will not be able to attend this seminar without first submitting a request via the following link: https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Please submit the application no later than 72 hours before the first session. The application is valid for the whole year and it can be made at any time.

Before each session, we will send a confirmation message to those who will be onsite, and the link to the videoconference room for those who will be online.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com

Annulation de la séance 2 – Visite à la Galerie Imane Farès – 8 décembre 2023

En raison de circonstances imprévues, la séance prévue à la Galerie Imane Farès pour ce vendredi 8 décembre doit être annulée.

L’ensemble de l’équipe ARVIMM tient à vous présenter ses excuses sincères pour tout inconvénient que cela pourrait causer.

Nous reviendrons très vite vers vous pour vous communiquer la prochaine séance.

Merci de votre compréhension et de votre coopération.

L’équipe ARVIMM

 

Séance 2 – Visite à la Galerie Imane Farès – 8 décembre 2023

8 décembre 2024 [séance en présentiel]

Visite à la galerie Imane Farès où a lieu l’exposition de Sammy Baloji, “The King’s Order to Dance”. La visite sera suivi d’un échange avec la directrice de la galerie

Imane Farès a fondé sa propre galerie à Paris en 2010, portant son nom, avec pour objectif de promouvoir les pratiques artistiques contemporaines en provenance du continent africain et des mondes arabes. Son engagement envers ces scènes artistiques souvent négligées résonne particulièrement bien avec sa double identité, à la fois libanaise et sénégalaise. Reconnue par ses pairs en tant que précurseure dans la redéfinition des cartographies artistiques, la galerie représente actuellement sept artistes dont les travaux couvrent un large éventail de médiums, allant des installations et des œuvres dans l’espace public, aux films, à la photographie, au dessin, mais aussi à l’écriture romanesque et théâtrale, ainsi qu’au commissariat d’expositions. La galerie accorde une importance primordiale à l’organisation systématique des premières expositions individuelles de ces artistes en France. Dans le but de soutenir leur travail, Imane Farès s’engage à leur fournir un soutien matériel sans réserve et à encourager la création d’un discours critique autour de leurs projets. Pour ce faire, elle collabore régulièrement avec divers acteurs culturels, notamment des musées et des centres d’art pour la coproduction d’expositions, des maisons de production chargées du développement et de la diffusion de courts et longs métrages, fréquemment présentés et primés dans des festivals internationaux, ainsi que des éditeurs français et étrangers avec lesquels elle s’associe pour publier des monographies.

Exceptionnellement pour cette séance, le rdv se fera devant la Galerie Imane Farès, 41, rue Mazarine
75006 Paris

Veuillez vous inscrire en cliquant ici.


Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679. Attention, prenez bien soin de sélectionner le nom du séminaire dans la liste déroulante : “Art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient : regards croisés sur les logiques culturelles d’une institutionnalisation en cours”.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

“Art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient : regards croisés sur les logiques culturelles d’une institutionnalisation en cours”

Halil Altındere, Pavillon Neverland, 2019, marbre alvéolé, bois, construction métallique, 10 x 6 x 4 m, Installation spécifique au site pour la 58e Biennale de Venise, Architecte : Deyvi Papo, Crédit photo : Gözde Mimiko Türkkan. Avec l’aimable autorisation de l’artiste, que nous remercions chaleureusement.

Le séminaire “Histoires de l’art au Maghreb et au Moyen-Orient XIXe-XXe siècle” consacre sa onzième année au thème “Art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient : regards croisés sur les logiques culturelles d’une institutionnalisation en cours”

Responsables / Organizers

Joan Grandjean, Alain Messaoudi, Silvia Naef, Claudia Polledri, Perin Emel Yavuz

Infos pratiques (English text below)

Pour permettre au plus grand nombre de suivre le séminaire, celui-ci se déroulera cette année en mode hybride.

  • Périodicité : 1er et 3e vendredi du mois, du 17 novembre 2023 au 7 juin 2024
  • Horaires : 15:00-17:00
  • Lieu : Salle B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris
  • Visioconférence : Zoom

Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Practical info

The seminar will be held in hybrid mode to allow as many people as possible to attend.

Frequency: 1st and 3rd Friday of the month, from November 17, 2023 to June 7, 2024
Schedule: 3 to 5pm
Location: Room B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (capacity: 12 seats)
Videoconference: Zoom

Please note: You will not be able to attend this seminar without first submitting a request via the following link: https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Please submit the application no later than 72 hours before the first session. The application is valid for the whole year and it can be made at any time.

Before each session, we will send a confirmation message to those who will be onsite, and the link to the videoconference room for those who will be online.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com

Présentation / Abstract

(English below)

Art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient : regards croisés sur les logiques culturelles d’une institutionnalisation en cours

Depuis les années 2000, les expositions, collectives ou individuelles, d’artistes du Maghreb et du Moyen-Orient ont connu une croissance exponentielle, que ce soit en Occident ou dans la région, où le nombre d’institutions consacrées aux arts visuels s’est considérablement accru. Cela s’est accompagné du développement de collections muséales dédiées à la production artistique de la région et de la diaspora. Au-delà de la mondialisation qui a donné une visibilité internationale aux artistes du Sud global, quelles ont été les politiques qui ont conduit des institutions ou des galeries, au Nord comme au Sud, à organiser des expositions et à collectionner des œuvres, et selon quels critères ? Quel a été l’impact de ces politiques sur les parcours des artistes ? Quels sont les publics visés ? Aussi, si l’art contemporain a connu une diffusion remarquable, la période moderniste qui précède reçoit toujours peu d’attention, à quelques exceptions près. Comment expliquer ce décalage ? Notre réflexion se développera en prenant en compte les parallèles et les différences avec d’autres régions du Sud global.

Modern and Contemporary Art from the Maghreb and the Middle East: Cross Perspectives on Cultural Logics of an Ongoing Institutionalization

Since the 2000s, there has been a significant surge in group and solo exhibitions featuring artists from the Maghreb and the Middle East. This growth has been observed both in Western countries and within the region itself, where the number of institutions dedicated to the visual arts has notably expanded. Consequently, there has been a corresponding development in museum collections that focus on artistic production from this region and its diaspora.
In addition to the global impact of globalization, which has given artists from the Global South international recognition, there are specific policies that have encouraged institutions and galleries in both the Northern and Southern hemispheres to organize exhibitions and acquire artworks. These policies are guided by particular criteria, but their implications on artists’ careers and their target audiences are areas of exploration.
Remarkably, while contemporary art has experienced widespread dissemination, the earlier modernist period remains relatively understudied, except for a few notable exceptions. This raises the question of why such a disparity exists. To address this, we will draw comparisons and distinctions with other regions within the Global South.

Programme

17 novembre 2023 [séance en hybride]

Séance d’introduction et présentation de la programmation
suivie d’une intervention « Se (res)saisir des contours d’un « art moderne et contemporain algérien »… Définitions et horizons d’attente pluriels entre institutions, pratiques curatoriales et recherche-intervention. » 
Émilie Goudal, professeure junior, Centre d’études des arts contemporains (CEAC), Université de Lille

Historienne de l’art, Émilie Goudal est professeure junior (chaire « Cultures, sociétés et pratiques en mutation ») au Centre d’études des arts contemporains (CEAC) de l’université de Lille. Autrice de l’ouvrage Des Damnées de l’Histoire. Les arts visuels et la guerre d’Algérie (Dijon, Les Presses du réel, 2019), ses recherches portent sur les interpénétrations entre arts, socio-histoire, politique et enjeux de mémoire(s) (Allemagne, Algérie, France, États-Unis) depuis le contexte de la décolonisation. Ses travaux ont notamment été publiés dans les revues Perspective, Gradhiva ou AWARE ainsi que dans différents catalogues d’exposition et ouvrages collectifs.

8 décembre 2023 [séance annulée]

Visite à la galerie Imane Farès où a lieu l’exposition de Sammy Baloji, “The King’s Order to Dance”. La visite sera suivi d’un échange avec la directrice de la galerie

Imane Farès a fondé sa propre galerie à Paris en 2010, portant son nom, avec pour objectif de promouvoir les pratiques artistiques contemporaines en provenance du continent africain et des mondes arabes. Son engagement envers ces scènes artistiques souvent négligées résonne particulièrement bien avec sa double identité, à la fois libanaise et sénégalaise. Reconnue par ses pairs en tant que précurseure dans la redéfinition des cartographies artistiques, la galerie représente actuellement sept artistes dont les travaux couvrent un large éventail de médiums, allant des installations et des œuvres dans l’espace public, aux films, à la photographie, au dessin, mais aussi à l’écriture romanesque et théâtrale, ainsi qu’au commissariat d’expositions. La galerie accorde une importance primordiale à l’organisation systématique des premières expositions individuelles de ces artistes en France. Dans le but de soutenir leur travail, Imane Farès s’engage à leur fournir un soutien matériel sans réserve et à encourager la création d’un discours critique autour de leurs projets. Pour ce faire, elle collabore régulièrement avec divers acteurs culturels, notamment des musées et des centres d’art pour la coproduction d’expositions, des maisons de production chargées du développement et de la diffusion de courts et longs métrages, fréquemment présentés et primés dans des festivals internationaux, ainsi que des éditeurs français et étrangers avec lesquels elle s’associe pour publier des monographies.

Exceptionnellement pour cette séance, le rdv se fera devant la Galerie Imane Farès, 41, rue Mazarine
75006 Paris

15 décembre 2023 [séance en visioconférence]

Artistes ressortissant·es de pays d’Afrique du Nord, de Méditerranée de l’Est et de la Péninsule arabique dans les collections du Fnac : éléments d’analyse quantitative et qualitative
Victorine Grataloup, directrice de Triangle-Astérides, Marseille, et membre fondatrice du collectif éditorial Qalqalah قلقلة 

Présentation d’une recherche qui avait pour objet d’interroger le corpus formé par les œuvres des artistes ressortissant·es de pays d’Afrique du Nord, de Méditerranée de l’Est et de la Péninsule arabique dans les collections du Fonds national d’art contemporain (Fnac) géré par le Centre national des arts plastiques (Cnap) : de quelles œuvres s’agit-il, acquises à quelle(s) période(s), quel·les artistes en sont les auteur·ices, de quels pays en sont-ils·elles ressortissant·es ? Quelles histoires de mobilités, de circulations, de transferts culturels, quelles géohistoires artistiques cela dessine-t-il ?
Pour le dire autrement, cette étude s’est intéressée à « la manière dont [au sein des collections de l’État français] cette question des nationalités artistiques et des relations qu’elles entretiennent – internationalités artistiques – s’est configurée et reconfigurée au cours du temps, et plus particulièrement des XXe et XXIe siècle » (Bruno Nassim Aboudrar, François Mairesse, Laurent Martin, Géopolitique de la culture. L’artiste, le diplomate et l’entrepreneur, Paris, Armand Colin, 2021, p. 13) dans l’espace de l’ex-Empire colonial français en Afrique du Nord et en Méditerranée de l’Est, par comparaison avec le reste du monde arabe.

Actuellement directrice du centre d’art contemporain d’intérêt national Triangle-Astérides à Marseille, Victorine Grataloup est curatrice, co-fondatrice de la plateforme d’échanges artistiques, de recherche et d’édition trilingue Qalqalah (avec Line Ajan, Virginie Bobin, Montasser Drissi, Vir Andres Hera et Salma Mochtari) ainsi que du collectif curatorial Le Syndicat Magnifique (avec Thomas Conchou, Anna Frera et Carin Klonowski). Elle a grandi à Drancy en Seine-Saint-Denis, étudié l’histoire et la théorie des arts à l’EHESS (Paris), la Humboldt Universität (Berlin) et à l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne où elle ensuite a enseigné l’économie de l’art pendant six ans ; et a auparavant exercé au Palais de Tokyo, à KADIST, à Bétonsalon – centre d’art et de recherche, au Cneai, puis en indépendante. Son travail est transdisciplinaire et collaboratif, à l’intersection de problématiques artistiques et sociales à la croisée des langues. Elle s’intéresse aux enjeux politiques et affectifs des pratiques artistiques, aux imaginaires collectifs et aux représentations minoritaires, aux institutions souhaitables et hospitalières. 

19 janvier 2024 [séance en anglais et en hybride]

Madrid, Córdoba and beyond: the project of Casa Árabe
María Gómez López, chercheuse postdoctorante, Universidad Autónoma de Madrid et Universidad Complutense de Madrid

Founded in 2006 Casa Árabe is an active platform in the generation of knowledge about the Arab world in Spain. With headquarters in Madrid and Córdoba, the institution is part of a wider network of houses that encompass Casa América, Casa Asia, Casa Africa, Casa del Mediterráneo and Centro Sefarad-Israel. All of them operate as public diplomatic tools that envisage culture as an essential way of strengthening the existing bods between Spain and these geopolitical spaces. With this purpose, Casa Árabe offers every year an engaging cultural program that enables its visitors to know more about the region’s past and present. The objective of this intervention is to share a panoramic overview of Casa Árabe’s history and program paying particular attention to its position in and contribution to the Spanish cultural and academic panorama.

María Gómez López is Margarita Salas Postdoctoral Fellow at Universidad Autónoma de Madrid and Universidad Complutense de Madrid. She holds a PhD in Art History and a MA in History of Art and Architecture of the Islamic Middle East from the School of Oriental and African Studies (SOAS) University of London and. Her research dives into the convergence of art, cartography and spatial experience in the contemporary production from the Arab world. She is the curator of the exhibition “A world of snippets” and co-curator of “Hand over hand: crafts and design in Morocco” at Casa Árabe. The results of her research have been shared in national and international events and platforms within and beyond the academic sphere.

2 février 2024 [séance en hybride]

De ‘Contemporary Arab Representions’” au soft power culturel du Golfe : réflexions critiques [séance en hybride]
Catherine David, historienne d’art et commissaire d’exposition

Catherine David est une historienne de l’art et commissaire d’exposition dans de nombreuses institutions. En 1997, elle a notamment été directrice artistique de la documenta X à Kassel, ouvrant largement à un public international la création artistique du monde arabe. De 1998 à 2003, elle a été directrice du projet à long terme “Contemporary Arab Representations”, initié par la Fundació Antoni Tàpies, Barcelone et présenté au Fundacio Tapiès Barcelone, Witte de With Rotterdam, Kunstwerk Berlin, Bildmuseet Umea. Au cours des quinze dernières années, elle a été commissaire de la plateforme ADACH pour les arts visuels lors de la 53e Biennale des arts de Venise (2011) ; de la rétrospective Hassan SHARIF Experiments & Objects / 1979 – 2011 présentée à Qasr Al Hosn à Abu Dhabi (2011) ; de MARWAN : Early Works 1962 – 1972 au Beirut Exhibition Center, Beyrouth (2013) et à la Serralves Foundation, Porto (2014) ; d’Unedited History. Iran 1960-2014 au Musée d’art moderne de la ville de Paris et au MAXXI à Rome (2014) ; et Dia al-Azzawi : A Retrospective (From 1963 to Tomorrow) à Mathaf et Al Riwaq à Doha (2017).

16 février 2024 [séance en hybride]

L’institution de la culture en Tunisie, entre anciennes et nouvelles structures
Alia Nakhli, maître-assistante, l’Ecole Supérieure des Sciences et Technologies du Design, Université de la Manouba et Elsa Despiney, historienne de l’art

En Tunisie, la constitution du Fonds national d’arts plastiques remonte au début de la période coloniale, à la fin du XIXe siècle. Un crédit a été mis en place par la résidence générale pour apporter un appui politique à la vie artistique et pour la constitution d’une collection destinée à garnir les cimaises d’un futur musée. Plus tard, une Commission d’achat d’œuvres d’art, a été créée, afin d’encourager la production artistique par de plus larges acquisitions. Au lendemain de l’indépendance, le nouvel état-nation maintient la Commission d’achat, qui continue à acquérir les œuvres, lors des différentes expositions, ayant lieu dans les diverses galeries du pays, qu’elles soient publiques ou privées. Les œuvres s’accumulent, durant plus d’un siècle, pour former un fonds d’environ 13000 œuvres. Cependant, plus le nombre d’œuvres augmente, plus l’espoir de voir un musée pouvant accueillir et donner à voir cette collection diminue. Avec l’ouverture de la Cité de la culture, en mars 2018, une nouvelle institution, le musée national d’art moderne et contemporain, voit le jour. Son objectif est de donner une visibilité, aux artistes vivants ainsi qu’à ceux dont les œuvres font partie du Fonds national d’arts plastiques. Cela, même si le musée ne dispose pas de sa propre collection d’art moderne. Il s’agit, ainsi, à travers cet exemple, de questionner les politiques culturelles menées dans le domaine des arts visuels.

Elsa Despiney est historienne de l’art. Elle a enseigné l’histoire de l’art ainsi que l’évolution artistique de diverses régions du monde, d’Afrique et du monde arabe, à la fois à l’université et dans différents instituts culturels à l’étranger. Elle est titulaire d’un doctorat en histoire des échanges culturels internationaux et d’une maîtrise en histoire de l’art. Elle a écrit 100 mots pour l’art africain (Paris, Maisonneuve Larose) et co-écrit Artistes de Tunisie (Tunis, Cérès). Basée à Tunis, Elsa Despiney effectue régulièrement des missions auprès de différents organismes à visée culturelle (Tfanen Tunisie Creative, L’Art Rue, entre autres) et conduit des formations en lien avec les problématiques de la scène artistique et culturelle.

Alia Nakhli est historienne de l’art contemporain et enseigne à l’École supérieure des sciences et technologies du design (ESSTED), à l’Université de la Manouba. Elle est docteure en histoire de l’art. Ses recherches portent sur l’histoire de l’art contemporain, en Tunisie, du XIXe au XXIe siècles. Elle s’est également intéressée à l’histoire de l’art dans le monde arabe, au XXe siècle, à travers l’histoire de l’Union générale des artistes plasticiens arabes. Elle a publié Arts visuels en Tunisie. Artistes et institutions (1881-1981), (Tunis, Nirvana), 2023.

1 mars 2024 [séance en hybride]

Le Musée d’Art Contemporain de Téhéran et l’ouverture du marché de l’art iranien
Firouzeh Saghafi, doctorante, Université de Genève

A l’aube des années 2000, deux nouvelles typologies d’expositions rentreront dans l’histoire d’exposition du Musée d’Art Contemporain de Téhéran (TMoCA): des présentations personnelles d’artistes européens et des expositions thématiques, concentrée sur l’art contemporain iranien. Dans ce séminaire nous allons voir comment ces nouvelles politiques d’exposition du TMoCA ainsi que les changements dans la bureaucratie culturelle iranienne ont participé à l’ouverture de l’art iranien dans le marché international mais aussi à son exposition dans les institutions artistiques étrangères.

Firouzeh Saghafi est doctorante à l’Université de Genève sous la direction de professeure Silvia Naef. Elle travaille sur la création et le développement du Musée d’Art Contemporain de Téhéran (TMoCA), avec une thèse intitulée : “Entre une modernité importée et une contemporanéité anxieuse : les fonctions politiques et identitaires du Musée d’Art Contemporain de Téhéran, 1977-2005”. Elle travaille avec la galerie Dastan à Téhéran en tant que conseillère et a également assisté des commissaires sur des projets d’exposition tels que “Mechanisms” au Wattis Institute for Contemporary Arts (2016) à San Francisco, et “Medusa, Bijoux et Tabous” au Musée d ‘Art Moderne de la ville de Paris (2017).

15 mars 2024 [séance en anglais et en hybride]

Curating the Arts of Islamicate Societies in the 21st Century
Michael Chagnon, curateur, musée de l’Aga Khan, Toronto, Canada

How do recent shifts in academic art history and museology inflect curatorial approaches to Islamicate visual and material culture? This presentation focuses on the challenges, and opportunities, that current orientations in the field offer for innovative interpretations of the arts of Islamicate societies in museums. Recent gallery interventions and exhibitions at the Aga Khan Museum will be introduced as case studies, illustrating how the institution approaches the display of contemporary and traditional art to address decentered art histories and cultural representation.

Michael Chagnon is Curator at the Aga Khan Museum in Toronto, where he has curated numerous exhibitions, mostly recently the widely acclaimed Rumi: A Visual Journey through the Life and Legacy of a Sufi Poet (2023), the multimedia installation Hakan Topal: The Golden Cage (2022), and the digitally enhanced exploration of Persian, Turkish, and South Asian manuscript illustration, Remastered (2020-21). A specialist of painting and the arts of the book from the early modern Persianate cultural sphere, Dr. Chagnon has held previous curatorial posts at the Brooklyn Museum, the Los Angeles County Museum of Art, and Japan Society (New York).  He received his Ph.D. from the Institute of Fine Arts, New York University in 2015.

29 mars 2024 [séance en anglais et en hybride]

“Curating the Region”: the institutionalisation of contemporary art from the Arab world and the Middle East and the problematics of the ‘regional’ exhibition
Edward Mcdonald-Toone, Senior Project Curator, International Partnerships team, Tate

résumé à venir

Dr Ted McDonald-Toone holds a Doctorate in History of Art from UCL (University College London), where his research focussed on the geopolitics of modern and contemporary art exhibitions in relation to representations of the Arab world and the Middle East and North Africa. He undertook a Darat al Funun Dissertation Fellowship in Amman in 2015, and holds a BA (Hons) in Art History from the University of Melbourne, Australia. Having worked in museums both before and after his graduate study, he now works as a Senior Project Curator in the International Partnerships team at Tate, where he oversees a portfolio of exhibitions drawn from the Tate collection and realised in collaboration with venue museums around the world.

5 avril 2024 [séance hors programme et en hybride]

Rachel Hautot (1882-1935) : « Des paysans normands aux bédouins du désert »
Hend Guirat, maîtresse assistante, département d’Histoire, Université de Tunis

 Retracer le parcours de Rachel Hautot de son village natal de Normandie, Fermanville, jusqu’à sa disparition tragique à Tunis en 1935, permet de s’interroger sur le statut d’une artiste femme dans la Tunisie sous protectorat français.. Les archives de l’École des beaux-arts de Paris permettent de remonter à ses débuts dans un univers où les femmes peinent à se faire reconnaître. Les premières récompenses vont conduire l’artiste à Tunis où elle fait le choix de s’installer. Elle y produit une œuvre immense, récolte des récompenses mais connaît aussi des déboires. Nous essayerons de montrer comment Rachel Hautot, femme de tous les défis, cherchait à travers son art une certaine aspiration à l’émancipation et comment dans cette Tunisie des années vingt et trente, l’artiste a pu être écartelée entre son statut de française et sa condition féminine. Le fonds Rachel Hautot, conservé au Musée Thomas-Henry à Cherbourg, permet de reconstituer en partie le puzzle de sa vie et de son œuvre. Il témoigne également de la mémoire de l’artiste dans sa région natale.

Fellow of the Merian Centre for Advanced Studies in the Maghreb (MECAM) – 2023/2024 et enseignante-chercheure à la Faculté des Sciences Humaines et Sociales de Tunis (Université de Tunis). Elle a soutenu  en  2014 à l’EHESS (Paris), une thèse sur « La peine de mort en Tunisie sous le protectorat. Les condamnations prononcées par la justice pénale française (1883-1955) ». Ses travaux de recherche portent essentiellement sur l’histoire de la justice à l’époque coloniale et postcoloniale et sur les divers acteurs de la hiérarchie judiciaire (magistrats, interprètes et avocats). Elle s’intéresse également à l’histoire des femmes.

3 mai 2024 [séance en hybride]

programme de la séance à venir

17 mai 2024 [séance en anglais et en hybride]

Expanded Provincialism: The Case of Turkey
Vasif Kortun, curateur et auteur indépendant

We live in the dictatorship of the present, decoupled from the future and the past, as if history is over. The global interest in contemporary international practices, unanchored from possible horizons and histories, also blindsides us. Power has never been as centralized because institutions shape themselves after the center. Our local philanthropists, under the deception that their artists should have representation at the centers, support the centers more than work on the ground and enjoy their admittance to the “Story” as they rub shoulders with their lookalikes abroad. Money has always steered the museums. Their claim on the reassessment of world art history has always been dubious. There are exhibitions, but without a structural transformation of institutions, revisionist modern histories are written only by academia or university museums. Our need for horizontality, “margin speaking to margin,” has gained ground but not adequately. The discourse of decoloniality is horizontal, and we need to speak from outside the linear modernity. Otherwise, we will not get far with the creolization of artistic languages, the unwieldy monotony of talking to a center or producing art for export. I plan to outline the saga of Turkey’s modernity as a particular case in the context of the transformation since the 1990s with reference to the Balkans and the MENA region. 

Vasif Kortun is a curator, writer, and teacher of visual art, its institutions, and spatial practices. He has co-curated the Taipei Biennale (2008) and the Istanbul Biennial (2005) and was one of the co-curators of the 24. São Paulo Biennial (1998). Kortun was the founding director of Research and Programs of SALT, an intradisciplinary cultural institution based in Turkey. Kortun has written extensively on contemporary art and the cultural situation for books and other publications. In 2023, he co-edited Özer Kabaş: Sentez ve Montaj and Gürel Yontan Serseri Mayın. He is a research and curatorial advisor to Mathaf: Arab Museum of Modern Art in Doha and serves on the board of the Foundation for Art Initiatives, SALT, and the Museum of Contemporary Art in Antwerp.

31 mai 2024 [séance fermée]

séance des étudiant.es 

7 juin 2024 [séance en hybride]

programme de la séance à confirmer