Soutenance de thèse : Zahra Jahan Bakhsh, La valeur de l’art du Moyen-Orient :
 l’effet de l’arrivée du marché sur l’évolution du monde de l’art de l’Iran, du Liban et des Émirats Arabes Unis et leur rayonnement international — 31 mars 2017, Maison de la recherche de Paris 3

Nous sommes très heureux d’annoncer la soutenance de thèse de Zahra Jahan Bakhsh en sociologie des arts et de la culture intitulée La valeur de l’art du Moyen-Orient :
 l’effet de l’arrivée du marché sur l’évolution du monde de l’art de l’Iran, du Liban et des Émirats Arabes Unis et leur rayonnement international. Elle se déroulera le Vendredi 31 mars 2017, 14h00, à la Maison de la Recherche de Paris 3 – Salle « Athéna » (rdc), 4 rue des Irlandais, 75005 Paris.

Zahra avait participé à l’École d’automne de l’ARVIMM en novembre 2016.

 

Jury :

  • Jean-Louis Fabiani, Directeur d’études, EHESS.
  • Beatrice Joyeux-Prunel, Maître de conférences HDR en histoire de l’art contemporain à l’École Normale Supérieure. (rapporteur)
  • François Mairesse, Professeur de Muséologie à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3.
  • Silvia Naef, Professeur de l’histoire de l’art à l’Université de Genève. (rapporteur)
  • Bruno Pequignot, Professeur de sociologie à l’université Sorbonne Nouvelle Paris 3. (directeur)

Résumé :

La valeur de l’art du Moyen-Orient : l’effet de l’arrivée du marché sur l’évolution du monde de l’art de l’Iran, du Liban et des Émirats Arabes Unis et leur rayonnement international.

Cette thèse a pour principal objectif d’étudier la nouvelle configuration de la valeur de l’art moderne et contemporain du Moyen-Orient, et plus précisément la perception qui s’est fait jour à partir du milieu des années 2000, où Dubaï serait devenu le lieu de fixation de la valeur économique et de diffusion de l’art à différents niveaux : national, régional et international. L’art visuel du Moyen- Orient, jusqu’alors limité aux scènes nationales et négligé sur la scène internationale, connaît une évolution locale ainsi qu’un rayonnement international inédit. La mutation innovante du monde de l’art de cette zone géographique repose, en général, sur l’implantation de maisons de vente et sur la formation d’un marché international pour l’art du Moyen-Orient à Dubaï. Ce nouveau dispositif a influencé non seulement l’écosystème du monde national de l’art, mais aussi le choix d’artistes, des commissaires d’exposition autant que des conservateurs des musées internationaux. L’accroissement de champ du marché est l’objet principal de cette étude, et l’ajustement du champ artistique un objet secondaire. En retraçant l’histoire des pays étudiés par une approche sociologique de l’art, il s’agira, d’abord, de cerner l’évolution quantitative et qualitative des galeries d’art visuel, après les avoir identifiées en tant qu’acteur multifonction du monde de l’art, en ce qui concerne trois pays emblématiques de l’art de la région : l’Iran, le Liban et les Émirats Arabes Unis ; ensuite, il s’agira d’analyser leurs activités internationales ainsi que leur rayonnement à la fois régional et international, avant la formation du marché de l’art de Dubaï en 2006 et jusqu’à 2015. La méthodologie employée pour ce travail sollicitera un certain nombre d’outils propres aux sciences sociales et humaines : l’entretien compréhensif, l’enquête quantitative, l’analyse typologique, l’étude documentaire et l’enquête de terrain: l’immersion et l’observation participante.

Mots clés : Monde de l’art, Moderne, Contemporain, Marché de l’art, Vente aux enchères, Galerie, Musée, Dubaï, Iran, Liban, Emirats Arabes Unis.

 



Citer ce billet
Perin Yavuz (2017, 25 mars). Soutenance de thèse : Zahra Jahan Bakhsh, La valeur de l’art du Moyen-Orient :
 l’effet de l’arrivée du marché sur l’évolution du monde de l’art de l’Iran, du Liban et des Émirats Arabes Unis et leur rayonnement international — 31 mars 2017, Maison de la recherche de Paris 3. ARVIMM. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0yn