Séance 13 – Copier ou adapter un modèle européen ? Mise en regard des choix des nouvelles écoles d’art fondées à Madagascar et en Chine au XXe siècle – 31 mai

31 mai 2024 [séance en hybride]

Copier ou adapter un modèle européen ? Mise en regard des choix des nouvelles écoles d’art fondées à Madagascar et en Chine au XXe siècle

Francesca Dal Lago, chercheuse associée au Centre de Recherche sur les Civilisations de l’Asie Orientale (CRCAO), Paris et Pauline Monginot, pensionnaire, INHA, Paris

À partir de 1913 et jusqu’aux années 1950, l’administration coloniale française s’attache à reproduire à Tananarive une scène artistique similaire à celle de Paris. Musée et école des beaux-arts se veulent le cœur de cette vie picturale que les Salons et expositions viennent rythmer. Dans cette intervention, nous interrogerons les raisons qui motivent une telle politique culturelle autant que la réalité du fonctionnement de ces institutions, façade d’un monde de l’art qui s’appuie sur des logiques sociales malgaches antérieures à la colonisation.

En Chine, pays qui ne fut pas une colonie, le modèle d’éducation artistique français a pourtant été rigoureusement suivi dans le plan de modernisation lancé par la nouvelle République après la fin du système impérial en 1911. Dès la fin des années 1920 plusieurs académies des Beaux-Arts ont été créées dans le pays. Les plus renommées, qui restent toujours très actives aujourd’hui, sont l’Académie Centrale des Beaux-Arts de Pékin et l’Académie des Beaux-Arts de Chine, dans la ville de Hangzhou, près de Shanghai. Ces deux institutions ont été fondées par des artistes qui avaient étudié à Paris entre-deux guerres.

L’intérêt de ces artistes s’est focalisé dans un premier temps sur l’apprentissage de formes académiques centrées sur le dessin et la représentation du corps, formes absentes de la tradition artistique chinoise. Mais l’attention s’est bientôt tournée vers des questions identitaires, avec la perspective de trouver un moyen d’articuler les nouveaux savoirs et les techniques de la tradition classique. Les efforts pour conjuguer les formes de l’école traditionnelle, définie par l’utilisation de l’encre et du pinceau souple, et une pratique de la peinture à l’huile dérivée de modèles européens restent centraux dans l’expression artistique de la Chine moderne et contemporaine.

Francesca Dal Lago est une chercheuse indépendante spécialiste d’histoire de l’art de la Chine moderne et contemporaine. Formée en sinologie à l’Université de Venise, elle a ensuite étudié à l’Académie Centrale des Beaux-Arts de Pékin et travaillé comme attachée culturelle à l’Ambassade d’Italie. Elle réside actuellement à Paris, Elle a organisé la première participation d’artistes chinois à la Biennale de Venice en 1993. Docteure en histoire de l’art l’Université de New York (Institute of Fine Arts), elle a enseigné à l’Université de McGill de Montréal. Ses recherches actuelles portent sur l’expérience des études artistiques des artistes chinois à Paris au XXe siècle et sur les parcours muséologiques d’objets d’origine chinoise dans les institutions françaises.

Pauline Monginot est pensionnaire à l’Inha. Elle est spécialiste d’histoire et d’histoire de l’art malgache au XIXe et au XXe siècle. Après avoir soutenu une thèse consacrée à la peinture et aux peintres malgaches des XIXe et XXe siècle en 2019 (Université Paris Diderot), elle intègre l’ERC Musicol – ENS Ulm pour mener un travail collaboratif sur les pratiques musicales dans l’empire colonial français. Elle rejoint l’INHA en juillet 2021 pour travailler aux côtés de Claire Bosc-Tiessé au sein du programme : Vestiges indices et paradigmes : temps et objets d’Afrique. Elle développe depuis septembre 2023 un projet de recherche consacré aux objets malgaches dans les collections muséales françaises.


Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Prenez garde à bien sélectionner le bon séminaire dans le menu déroulant : “Art moderne et contemporain du Maghreb et du Moyen-Orient : regards croisés sur les logiques culturelles d’une institutionnalisation en cours”.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com



Citer ce billet
arvimm (2024, 18 mai). Séance 13 – Copier ou adapter un modèle européen ? Mise en regard des choix des nouvelles écoles d’art fondées à Madagascar et en Chine au XXe siècle – 31 mai. ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11oo3