Compte rendu du séminaire “Histoires de l’art au Maghreb 
et au Moyen-Orient XIXe-XXe siècle”, IISMM/EHESS, 2022-2023

Actualité(s) de l’historiographie des arts (Moyen Orient et Nord de l’Afrique : conditions de production et situation

 

Nos travaux ont porté sur les formes, les lieux d’écriture et la réception de l’histoire des arts des 19e-21e siècles au Maghreb et au Moyen-Orient, en présentant des ouvrages récents, de jeunes revues (Manazir Journal, 2019 ; Arabpop, 2021), et les questions suscitées par des expositions à différentes échelles. La présentation d’ouvrages récents nous a permis d’aborder la façon dont le développement de l’art moderne et de l’abstraction dans la Turquie des années 1950 s’est articulé avec les évolutions économiques et les politiques modernisatrices du pays, “laboratoire de l’aide américaine”, objet de l’ouvrage de Sarah-Neel Smith, Metrics of Modernity. Art and Development in Postwar Turkey (2022). La dimension visuelle des cultures urbaines du Golfe arabo-persique a été présentée par Laura Hindelang (Iridescent Kuwait. Petro-Modernity and Urban Visual Culture since the Mid-Twentieth Century, 2021). Kirsten Scheid nous a introduit à sa conception d’une ontologie islamique de l’art moderne et à la notion de « socialité d’exposition » (Fantasmic Objects : An Ontology for Art and Sociality from Modern Lebanon, 1920-1950, 2022Les modalités d’écriture de l’histoire et les sources sur lesquelles elles reposent ont été abordés à travers le cas des archives du photographe arméno-égyptien Van Leo (1921-2002) par Claudia Polledri coautrice avec Negar Azimi et Katia Boyadjian de Becoming Van Leo (2022) et par Mohammed Ali Berhouma (blog « Les Carnets des imaginaires de l’atelier »), à propos de l’usage des sources de presse pour la reconstitution de la vie artistique dans la Tunisie du XXe siècle. ). Le séminaire a aussi permis de présenter les travaux de master de Marie Tufféry (sur le calligraphe Hassan Massoudy) et de Louise Fiorio (sur le peintre Hocine Ziani). Les enjeux de la mise en exposition ont été débattus à travers différents prismes : controverses ayant accompagné la 15e édition de la Documenta, confiée à des commissaires issus du Sud, et la 12e édition de la biennale de Berlin ; enjeux économiques et politiques de la Biennale d’art islamique de Djeddah, analysés par Alexandre Kazerouni ; signification et impact à différentes échelles d’expositions monographiques, comme celles consacrée à Katia Kameli à l’Institut des cultures d’Islam à Paris ou à Baya à l’Institut du monde arabe et à la vieille Charité à Marseille. Ont participé à ces débats les commissaires d’expositions et chercheuses Anissa Bouayed, Emilie Goudal (« Baya » et « Algérie mon amour. Artistes de la fraternité algérienne 1953-2021 ») et Nada Majdoub (« Habibi, les révolutions de l’amour »). Peggy Levitt, cofondatrice de the Global (De)Centre, a posé la question d’une écriture de l’histoire de l’art générale inclusive et représentative de la production artistique des artistes de la région MENA à travers le cas d’artistes libanais situés en dehors des centres du pouvoir culturel et intellectuel et pris dans un “pipeline de l’inégalité”. Les enjeux politiques des manifestations artistiques ont aussi été abordés à travers le cas de l’engagement des artistes iranien.nes dans le mouvement de protestation entamé en septembre 2022 et du soutien des institutions culturelles en Europe. La réédition et la traduction en anglais de l’ouvrage de Silvia Naef, A la recherche d’une modernité arabe (1996), a été l’occasion d’une discussion avec Morad Montazami (Zamân Books) et Arthur Debsi (Mathaf, Doha) qui a permis de réfléchir aux formes nouvelles et aux déplacements de l’intérêt pour les productions artistiques du Maghreb et au Moyen-Orient. 

 



Citer ce billet
arvimm (2023, 3 novembre). Compte rendu du séminaire “Histoires de l’art au Maghreb 
et au Moyen-Orient XIXe-XXe siècle”, IISMM/EHESS, 2022-2023. ARVIMM. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d10j