Séance des étudiants — 2 juin 2023

10h à 12h [séance fermée]

Devenir Hassan Massoudy : La construction de soi d’un artiste arabe entre Bagdad et Paris au milieu du XXe siècle  — Marie Tufféry, M2, EHESS

Hassan Massoudy, né à Najaf en 1944, a connu un grand succès sur la scène artistique internationale grâce à ses calligraphies colorées nourries du contact de l’artiste avec l’art européen. D’abord formé à la calligraphie à Bagdad, Massoudy émigre à Paris en 1969 et entre à l’Ecole des Beaux-Arts. Après de longues années de recherches figuratives il retourne à la calligraphie sur les conseils de son entourage. Celui qui se rêvait peintre à l’occidentale devient alors, aux yeux du grand public, l’incarnation de l’artiste oriental, « calligraphe du désert » et passeur entre les cultures. À partir des archives de l’artiste, de ses écrits autobiographiques et d’une série d’entretiens, nous cherchons à mettre en évidence les mécanismes qui ont participé à l’élaboration de cette identité intime et artistique, une construction de soi, qui naît de l’interaction productive entre l’artiste arabe et son public occidental.

Marie Tuffery est diplômée de Sciences Po Paris et étudiante en master 2 « Arts, Littératures et Langages » à l’EHESS. Sous la direction de Rémi Labrusse, elle prépare un mémoire en histoire de l’art sur le calligraphe Hassan Massoudy. Arabisante, elle a auparavant travaillé dans une galerie d’art en Égypte.

Hocine Ziani, un autre orientalisme dans la production picturale algérienne contemporaine — Louise Fiorio, M1, ENS et Paris I

Hocine Ziani, l’artiste autodidacte qui se mit à faire de la peinture académique : c’est tout le paradoxe d’un parcours inédit au sein de la production artistique algérienne de la deuxième moitié du XXe siècle.
Ziani, né en 1953, peint à partir des années 1970 et jusqu’à aujourd’hui des portraits d’Algériens illustres ou inconnus, des scènes de genre, des batailles et des natures mortes. A chaque étape de sa carrière, il peint de tout sans distinction, même s’il commence avec le portrait et qu’il fait dans les années 1980 de la peinture d’histoire, pour répondre aux commandes du Gouvernement Algérien. Malgré la singularité de son travail, que l’on ne peut affilier ni à la génération précédente marquée par la guerre de Libération, ni à la génération suivante engagée sur le plan international, nous pensons que Hocine Ziani, son travail figuratif et ses stratégies pour exister sur la scène artistique sont représentatifs d’un moment dans l’histoire de l’art algérienne.
Enfin, et surtout, la peinture de Ziani suscite des réflexions étroitement liées au contexte décolonial : débats entre tradition et innovation, authenticité et universalité – la persistance de ces débats montre bien le poids colonial dans le développement des arts plastiques en Algérie. En étudiant la peinture de Ziani, nous explorerons donc les conséquences de l’irruption des valeurs occidentales sur la production artistique en Algérie, jusque dans ses manifestations contemporaines.

Louise Fiorio, étudiante en M1 de recherche en histoire de l’art contemporain, poursuis son cursus conjointement entre Paris-I Panthéon Sorbonne et l’École Normale Supérieure de Lyon, où elle a été admise en 2021 en histoire de l’art. Son mémoire de M1, sous la direction de Philippe Dagen, porte sur l’histoire de l’art en Algérie à partir des années 1960, et sur les réminiscences de l’orientalisme dans la peinture de l’artiste Hocine Ziani. Auparavant, elle a été commissaire de l’exposition d’art contemporain « Incurables » à Villeurbanne et a participé à plusieurs travaux de recherche pour le Musée des Beaux-Arts de Lyon, le Musée des Augustins de Toulouse et l’émission d’histoire de l’art « Oh ! Biz’Art » diffusée sur France 2 en 2023.



Citer ce billet
Perin Yavuz (2023, 1 juin). Séance des étudiants — 2 juin 2023. ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d10g