“Actualité(s) de l’historiographie : conditions de production et situation”

One + Eleven = Two
Issam Kourbaj, One + eleven = two, 2007. 9ème édition de l’Encyclopedia Britannica, vol. 12, technique mixte, 50 x 28,5 cm. Avec l’aimable autorisation de l’artiste.

Le séminaire “Histoires de l’art au Maghreb et au Moyen-Orient XIXe-XXe siècle” consacre sa dixième année au thème “Actualité(s) de l’historiographie : conditions de production et situation”.

Responsables / Organizers

Joan Grandjean, Alain Messaoudi, Silvia Naef, Claudia Polledri, Perin Emel Yavuz

Infos pratiques (English text below)

Pour permettre au plus grand nombre de suivre le séminaire, celui-ci se déroulera cette année en mode hybride.

  • Périodicité : 1er et 3e vendredi du mois, du 18 novembre 2022 au 16 juin 2023
  • Horaires : 15:00-17:00
  • Lieu : Salle B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris
  • Visioconférence : Zoom

Attention : Vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Practical info

The seminar will be held in hybrid mode to allow as many people as possible to attend.

Frequency: 1st and 3rd Friday of the month, from November 18, 2022 to June 16, 2023
Schedule: 3 to 5pm
Location: Room B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (capacity: 12 seats)
Videoconference: Zoom

Please note: You will not be able to attend this seminar without first submitting a request via the following link: https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=679.

Please submit the application no later than 72 hours before the first session. The application is valid for the whole year and it can be made at any time.

Before each session, we will send a confirmation message to those who will be onsite, and the link to the videoconference room for those who will be online.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com

Présentation / Abstract

(English below)

Actualité(s) de l’historiographie : conditions de production et situation

Dans un contexte de développement des études sur les arts de la région MENA, le séminaire propose de revenir cette année à une réflexion centrée sur les modes d’écriture de l’histoire de l’art et à la situation des études sur les productions artistiques modernes et contemporaines de la région, en restant centré sur les arts plastiques. Il analysera les contextes de production des travaux de recherche, les avancées qu’ils proposent, et leur réception. En faisant une large place à la présentation de publications récentes, on reviendra donc sur les références théoriques, les sources, le contexte social et politique de production des ouvrages, et sur les évolutions actuelles – croisement avec les études postcoloniales, les études de genre, l’histoire connectée ; impact des nouvelles technologies numériques ; interrogations sur la classification des arts. On sera aussi sensible à la forme des ouvrages – langues de publication, matérialité des livres, formats numériques – et à l’impact de cette forme sur les modes de diffusion. On s’interrogera aussi sur leur articulation avec la production d’expositions, la constitution de collections et les modes de présentation des œuvres, et sur les interactions avec les processus de patrimonialisation. Nous proposons donc de nous consacrer à l’actualité de la recherche sur les modalités contemporaines d’écriture de l’histoire de l’art au Maghreb et au Moyen-Orient en étudiant les approches, les modes et les contextes de production ainsi que leurs relations avec les pratiques curatoriales et muséales.

The Current State of Historiography: Output Conditions and Status

Following the recent increase in studies on the arts in the MENA region, the seminar intends this year to initiate a reflection centered on the modes of writing art history and the status of studies on modern and contemporary artistic productions in the region, while keeping the focus on the visual arts. It will analyze the contexts of production of research works, the breakthroughs they propose, and their reception. By giving a large place to the presentation of recent publications, we will examine the theoretical references, the sources, the social and political context of their production, as well as current evolutions. We will cross them with postcolonial studies, gender studies, and connected history, and discuss the influence of new digital technologies and interrogations on the classification of arts. We will also be looking at the format of the publications – languages of publication, materiality of the books, digital formats – and to the impact of these forms on the modes of diffusion. We will further question the articulation of these publications with the making of exhibitions, the constitution of collections and the modes of presentation of the works, and on their interactions with the processes of patrimonialization. By studying the approaches, modes and contexts of production as well as their relations with curatorial and museum practices, we will focus on current research and contemporary methods of art history writing on the Maghreb and the Middle East.

Programme

18 novembre 2022 [séance en visioconférence]

Séance d’introduction et présentation de la programmation – Art global et regards : retour sur les polémiques suite à la Documenta et la Biennale de Berlin

2 décembre 2022 [séance en anglais et en visioconférence]

Metrics of Modernity: Art and Development in Postwar Turkey
Dr. Sarah-Neel Smith, Department of Art, Design, and Visual Culture, The Maryland Institute College of Art, Etats-Unis

Book abstract: In this vivid portrait of the art world of 1950s Turkey, Sarah-Neel Smith offers a new framework for analyzing global modernisms of the twentieth century: economic development.
After World War II, a cohort of influential Turkish modernists built a new art world in Istanbul and Ankara. The female gallerist Adalet Cimcoz, the art critic (and future prime minister) Bülent Ecevit, and artists like Aliye Berger, Füreya Koral, and Bedri Rahmi Eyüboğlu were not only focused on aesthetics. On the canvas, in criticism, and in the gallery, these cultural pioneers also grappled with economic questions—attempting to transform their country from a “developing nation” into a major player in the global markets of the postwar period.

Lien vers le livre sur le site de l’éditeur

Smith’s book publishes landmark works of Turkish modernism for the first time, along with an innovative array of sources—from gossip columns to economic theory—to reveal the art world as a key site for the articulation of Turkish nationhood at mid-century.

Dr. Sarah-Neel Smith’s work focuses on modernisms in a global and comparative perspective, with a particular focus on artistic exchanges between the Middle East, North Africa, Europe, and the United States.

A graduate of Smith College, she holds a Ph.D. in Art History from the University of California, Los Angeles and teaches in the Department of Art, Design, and Visual Culture at the Maryland Institute College of Art. Her writing has appeared in American Art, Art Journal, ARTMargins, Third Text, Bidoun and frieze. She is currently working on her second book, about eight American artists who traveled in the Middle East during the early decades of the Cold War, including Robert Rauschenberg, Frank Stella, Helen Frankenthaler, and Andy Warhol.

16 décembre 2022 [séance en anglais et en visioconférence]

Writing Art and Architectural Histories of the Arabian Peninsula: Transdisciplinary Approaches between Visual Culture and Oral History
Laura Hindelang, Institut d’histoire de l’art, Université de Berne, Suisse

Book Abstract: How do we engage with the art and architectural histories of the Arabian Peninsula? How can we see beyond the current focus on contemporary production in order to embed the region within the larger cultural history of the MENA region? In this presentation, Laura Hindelang reflects on the challenges of the field and archival work for her recently published book Iridescent Kuwait: Petro-Modernity and Urban Visual Culture since the Mid-Twentieth Century (2022). She discusses the ways in which visual culture and oral history can offer new ways for the research on the urban cultures in the Gulf as part of a media-historical approach. She argues that transdisciplinary approaches have become especially important for reaching a more nuanced understanding of the past while writing the historiography of the Arabian Peninsula for the (futuristic) futures to come.

Lien vers le livre en open access

Laura Hindelang is a post-doc researcher at the University of Bern, Institute of Art History. Her book Iridescent Kuwait: Petro-Modernity and Urban Visual Culture since the Mid-Twentieth Century (Berlin/Boston: De Gruyter, 2022) is a transdisciplinary study of the intersection between urban development, visual culture, contemporary art and petroleum industrialization in the Arab Gulf region. She recently co-edited the special issue “Urban Cultures in the Gulf from a Historical Media” in the Middle East Journal of Culture and Communication (Brill, 2022) and she has published articles on architecture, magazine culture and contemporary art of the Arabian Peninsula. Laura Hindelang is board member of Manazir – Swiss Platform for the Study of Visual Arts, Architecture and Heritage in the MENA Region and editorial member of Manazir Journal.

20 janvier 2023 [séance à l’ICI à partir de 16h]

Visite de l’exposition “Katia Kameli. Hier revient et je l’entends” à l’Institut des Cultures d’Islam

Katia Kameli mène un travail dense et protéiforme depuis le début des années 2000. Forte d’une double culture française et algérienne, elle se fait passeuse entre différents territoires et questionne les points aveugles de l’Histoire. Suivant ses propres cheminements, elle relie des faits éloignés, renoue des liens distendus, donne à entendre des paroles silenciées pour écrire des contre-récits. Ses recherches se mêlent, s’enchâssent et tissent entre elles une multiplicité de perspectives.

À l’intersection d’un langage poétique, d’études visuelles et de techniques artisanales, la pratique artistique de Katia Kameli est le fruit d’une grande fabrique de relations par affinités, proximités, et amitiés. Sa première exposition personnelle dans deux institutions parisiennes réunit un ensemble d’œuvres existantes et de nouvelles productions.

À l’ICI, l’exposition met un coup de projecteur sur vingt ans de créations. Elle souligne la cohérence d’une démarche où les récits circulent, se transforment, se transposent et se superposent, à travers le monde et les époques. L’artiste y embrasse le rôle de traductrice : ses photographies, vidéos, dessins et installations mettent en jeu un vocabulaire formel et conceptuel qui se conjugue au sein d’un espace intermédiaire entre les langues, les sons, les esthétiques et les cultures.

Le projet Le Cantique des oiseaux, co-produit avec La Criée, centre d’art contemporain à Rennes, inclut une vidéo réalisée à la Goutte d’Or en partenariat avec le Conservatoire du 18e – Gustave Charpentier. L’œuvre Stream of stories, sur les métamorphoses des fables de Kalîla wa Dimna qui ont inspiré Jean de La Fontaine, est augmentée d’une extension en tuft conçue en collaboration avec l’artiste- textile, Manon Daviet et avec le soutien du Cnap.

Merci de vous inscrire en cliquant ici.

La séance se déroulera exceptionnellement à l’ICI. Merci de bien vouloir se présenter au bâtiment de la rue Stephenson à 15h45.

3 février 2023 [séance en anglais et en hybride]

Fantasmic Objects: Art and Sociality from Lebanon, 1920-1950
Kirsten Scheid, Department of  Sociology, Anthropology, and Media Studies at the American University of Beirut, Liban

Fantasmic Objects: An Ontology for Art and Sociality from Modern Lebanon, 1920-1950, offers both an historical ethnography of a modern, non-metropolitan art world, and an art historically focused account of the civic imagination and visual generation emergent from Islamic philosophies and the particular problem of becoming Arab in the aftermath of the Ottoman caliphate’s abolition. It focuses on three modern Lebanese artists and their place in a contemporary art world in Beirut: Moustapha Farrouk, Omar Onsi and Saloua Raouda Choucair who are major figures in the history of modern Lebanese art and by extension, global modern art. Through its chosen examples, this book seeks: (1) to identify an Islamic ontology of modern art through the notion of fantasm, a practice of art-making in postcolonial societies that cannot point back towards their natural “representation” but must produce images of beings to become; (2) to illuminate the “exhibitionary sociality” of contemporary art worlds as a mode of understanding modern art and modernity; and (3) to propose “an alternate anthropology” of the Middle East by focusing on art, artists, and aesthetics, and thereby, an anthropological movement drawing on dreams, aspiration, and imagination to speak not simply of where people are but where they might go and why.

Lien vers le livre sur le site de l’éditeur

Faculty in both the Department of Sociology, Anthropology, and Media Studies and the Department of Fine Arts and Arts History at the American University of Beirut, Kirsten Scheid writes, teaches, and researches the role of art at cross-cultural junctures, including its transnational histories and role in social transition. She investigates the role modern and contemporary art practices had in establishing, if not also defining, nations, subjects, and their publics in the 20th- and 21st-century Middle East—particularly Lebanon and Palestine, where she has conducted field and archival research since 1992 in Lebanon and Palestine. Her research has been supported by the National Endowment for the Humanities, the Palestinian American Research Center, and the Wissenschaftskolleg zu Berlin, among others. Scheid was awarded an EHESS chaire sécable in 2019 and the Clark/Oakley Humanities Fellow 2019-2020. She has taught at Northwestern University and the City University of New York/the Graduate Center. In addition to her new book, her most recent publications include “Whither the Spiritual: Rethinking Secularism’s Legacy in Post-Ottoman Art,” a guest-edited dossier with Hannah Feldman for Regards: la revue des art du spectacle, “Art as Material Form and Agent: Becoming ‘Middle Eastern Women’ through Art,” in The Handbook of Middle Eastern Women, edited by suad Joseph and Zeina Zaatari (Routledge, 2022), and “Palestinian Art Talk: A Local Lexicon for Global Art Production,” in In Motion: The Global Politics of Artistic Engagement, edited by Pénélope Larzillière (Brill, 2022). She has also co-curated “Historical Modernisms in the Arab World” (ArteEast, 2008-2009), “The Arab Nude: The Artist as Awakener” (Beirut, 2016), “Jerusalem Actual and Possible, 9th edition of the Jerusalem Show” (Jerusalem, 2018), and is preparing “Partisans of the Nude: An Arab Art Genre in an Era of Contest, 1920-1960” (Columbia University, New York, 2023-2024).

17 février 2023 [séance en hybride]

Écrire l’histoire de la photographie en Egypte, entre archives et témoignages
Claudia Polledri, département d’histoire de l’art, Université Concordia et département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques, Université de Montréal, Canada

Les archives du photographe arméno-égyptien Van Leo (1921-2002) provenant des collections de l’Arab Image Foundation et de l’Université américaine du Caire, constituent un témoignage exceptionnel de l’histoire de la photographie Égypte, mais aussi de la communauté levantine et du monde arabe au courant du XXe siècle. Elles sont la matière première de l’ouvrage Becoming van Leo (Archive Books, 2022, édité par Karl Bassil, avec Negar Azimi et Katia Boyadjian) que nous présenterons dans le cadre de cette séance. Ce sera l’occasion aussi de discuter les modalités de « mise en récit » des archives et de témoignages que cet ouvrage propose.

Lien vers le livre sur le site de l’éditeur

Claudia Polledri a obtenu un doctorat en littérature comparée à l’Université de Montréal consacré aux représentations photographiques de Beyrouth (1982–2011). Elle a été coordinatrice du CRialt (2015–2018) et chercheuse invitée au LLA–CRÉATIS (Toulouse, 2016). Actuellement, elle est professionnelle de la recherche dans le cadre du laboratoire CinéMédias de l’Université de Montréal et chargée de cours au département d’histoire de l’art de l’Université Concordia où elle assure l’enseignement des arts de l’Islam. Poursuivant ses recherches sur la photographie contemporaine et le cinéma au Moyen-Orient, elle a été commissaire de l’exposition “Iran. Poésies visuelles”, présentée au Québec en 2019.

3 mars 2023 [séance en anglais et en visioconférence]

Move Over, Mona Lisa. Move Over, Jane Eyre: Understanding Cultural Decentering
Peggy Levitt, Wellesley College and the Global (De)Centre

Across the world, calls for greater equity in the halls of academia, museum galleries, and libraries are loud and clear. They demand more “diversity,” and “inclusion,” or that the university should be “globalized” or “decolonized.”  If everyone agrees that business as usual is no longer acceptable, why is progress so slow?  The simple answer is actually quite complicated.  The white, Western, Christian-centric, and heteronormative privilege that underlies the lack of diversity in intellectual and cultural institutions is the product of a supply chain of exclusions that leave out a broader set of experiences at every turn. These begin when a toddler in the US or Europe is surrounded by art supplies while a toddler living outside these regions is left empty-handed. They continue when a work by an author writing in a European language gets translated and circulates widely while her peer writing in Arabic or Hindi is read only by people back home. And they extend through the structures of the cultural and academic worlds to the halls of textbook publishing.  Bringing more scholars from the Global South into our curriculum, while an important first step, stops far short of addressing this deep-seated cultural and intellectual stacking of the deck.

That means that changing what happens in the university, museum, or library and archive cannot happen without changing how the knowledge that gets used there is produced. The institutional supply chain that connects them, or what I call the inequality pipeline places barriers to entry for artists, writers, and thinkers who live outside the traditional centers of cultural and intellectual power at every step of the way.  In this talk, I offer a framework for understanding global cultural circulation. We cannot effectively disrupt the pipeline if we do not understand how it actually works.

Peggy Levitt is Chair of the sociology department and the Mildred Lane Kemper Professor of Sociology at Wellesley College. She is a co-founder of the Global (De)Centre.  Her book “Transnational Social Protection: Transforming Social Welfare in a World on the Move” (co-authored with Erica Dobbs, Ken Sun, and Ruxandra Paul) will be published by Oxford University Press in 2023.  Artifacts and Allegiances: How Museums Put the Nation and the World on Display was published by the University of California Press in 2015.

Peggy co-directed the Transnational Studies Initiative and the Politics and Social Change Workshop at the Weatherhead Center for International Affairs at Harvard University from 1998-2020. She received Honorary Doctoral Degrees from the University of Helsinki (2017) and from Maastricht University (2014).  She has held numerous fellowships and guest professorships including, most recently, as a Fellow at the Institut Convergences Migration in Paris (2022), a Robert Schuman Fellow at the European University Institute (2017-2019) and a Distinguished Visitor at the Baptist University of Hong Kong (2019). Her earlier books include Religion on the Edge (Oxford University Press, 2012), God Needs No Passport (New Press 2007), The Transnational Studies Reader (Routledge 2007), The Changing Face of Home (Russell Sage 2002), and The Transnational Villagers (UC Press, 2001). 

www.peggylevitt.org

http://globaldecentre.world/

www.wellesley.edu/sociology/faculty/levitt

17 mars 2023 [séance en hybride]

Les conditions documentaires de production d’une histoire des arts visuels en Tunisie
Mohammed Ali Berhouma, École des Beaux-Arts de Nabeul, Tunisie

L’intervention vise à interroger, resituer et évaluer la place des sources documentaires aux fondements de l’écriture d’une histoire de l’art en Tunisie. Nous examinerons en particulier la part et l’apport de la presse écrite et des périodiques pour la restitution des données premières de la vie artistique et pour l’étude des productions artistique et discursive en Tunisie durant le XXe siècle.

Né à Alger en 1980, Mohamed-Ali Berhouma est maître assistant à l’Institut supérieur des Beaux-arts de Nabeul (Tunisie). Ses orientations de recherche portent d’une part sur l’historiographie de l’art moderne en Tunisie et ses sources, et d’autre part sur les pratiques artistiques contemporaines en Tunisie.

7 avril 2023 [séance en hybride en anglais et en français]

Focus sur les revues : Arabpop et Manazir Journal

Avec des représentants des revues Arabpop et Manazir Journal.

Nous avons choisi de dédier cette séance aux différentes revues, scientifiques et non, qui œuvrent pour l’étude, la diffusion et la valorisation des pratiques artistiques et des savoirs issus de la région du Maghreb et du Moyen-Orient dans une approche postcoloniale.

Pour cette séance nous aurons le plaisir de discuter avec des membres du comité éditorial des différentes revues (Manazir Journal : Joan Grandjean et Silvia Naef – Arabpop : Fernanda Fischione et Anna Gabai).

Arabpop est une revue dédiée aux arts et à la littérature contemporaine des pays arabes qui vise à chroniquer les changements culturels inaugurés ou simplement rendus visibles par les révolutions arabes de 2011, en suivant leurs trajectoires et leurs développements futurs.  Les pages d’Arabpop présentent des œuvres originales d’artistes et d’écrivains arabes vivant à l’intérieur et à l’extérieur de la région, ainsi que des articles de fond, des interviews, des traductions d’articles culturels de la presse arabe, des critiques de livres, de films et de productions musicales, et bien plus encore.

Anna Gabai est spécialiste de la bande dessinée, conservatrice, éditrice et éducatrice. Elle est titulaire d’une maîtrise en arabe, en études islamiques et en études juives, ainsi que d’une maîtrise en formation pour adultes. Anna Gabai a étudié à Venise et à Berlin et a passé de courtes périodes dans la région MENA. Elle a co-commandité plusieurs expositions internationales de bandes dessinées et a développé un projet de journalisme graphique dans la région MENA. Depuis 2021, elle est l’une des fondatrices et rédactrices en chef du magazine italien Arabpop. Rivista di arti e letterature arabe contemporanee.

Fernanda Fischione est titulaire d’une bourse de recherche Marie Skłodowska-Curie à l’université Sapienza de Rome et à l’université internationale de Rabat. Son projet, intitulé TRANSECT, porte sur le pluralisme et la nation dans les romans maghrébins contemporains diffusés par les prix littéraires internationaux. Elle est titulaire d’un doctorat en littérature arabe moderne et contemporaine de l’Université Sapienza de Rome. Depuis 2015, elle mène un projet parallèle sur la musique de protestation dans la région SWANA à la suite des soulèvements de 2011. Outre ses activités universitaires, elle est traductrice littéraire de l’arabe vers l’italien et fondatrice et rédactrice en chef du magazine Arabpop. Rivista di arti e letterature contemporanee.

Manazir est une plateforme d’échange dont l’objectif est de rassembler plusieurs pôles de recherche existant en Suisse qui s’intéressent à l’étude des arts visuels, de l’architecture et du patrimoine dans la région MENA (Moyen-Orient – Afrique du Nord).  « Manazir » désigne autant le paysage, le point de vue que la perspective en arabe, en turc ottoman et en persan. Manazir est donc orientée vers une diversité de « paysages » et de « perspectives » transculturels et transdisciplinaires et s’ouvre à une multiplicité de thèmes, d’époques et d’aires géographiques. Il s’agit d’une plateforme non-hiérarchique qui entend mettre en réseau chercheurs, doctorants d’universités et professionnels du monde de l’art d’institutions suisses afin de donner une visibilité nationale et internationale à une production scientifique riche mais relativement méconnue. Le but est aussi de diffuser l’information concernant les colloques, workshops, expositions qui ont lieu en Suisse. Par ailleurs, la plateforme œuvre à promouvoir la recherche à travers Manazir Journal, une revue en ligne qui publie régulièrement des numéros thématiques, en libre accès Platinum et évaluée par des pairs.

Silvia Naef est professeure ordinaire à l’Unité d’arabe et directrice du Master Moyen-Orient au Global Studies Institute de l’Université de Genève. Joan Grandjean est assistant et doctorant à l’Unité d’arabe de l’Université de Genève. Ils sont parmi les membres fondateurs de Manazir, plateforme suisse consacrée à l’étude des arts visuels, de l’architecture et du patrimoine de la région MENA ainsi que de Manazir Journal. Ils font également partie du groupe de recherche ARVIMM. Plus d’informations dans la rubrique “L’équipe” du site internet de l’ARVIMM.

21 avril 2023 [séance en hybride]

Enjeux de l’historiographie et de la mise en exposition des arts plastiques du Maghreb et du Moyen Orient. Autour de quelques publications et expositions récentes
Anissa Bouayed, Université de Paris, Emilie Goudal, Université de Lille,  Lydia Haddag, Université Paris 1 et Nada Majdoub, Institut du monde arabe

La séance a pour objectif de présenter la mise en œuvre de quelques productions récentes, ouvrages ou expositions. A travers les exemples du livre La génération du Môle d’Alger (Alger, édition Casbah, 2022) et des expositions « Algérie mon amour » (Ima, Paris, 2022), « Baya, femmes en leur jardin » (IMA, Paris puis Centre de la Vieille Charité, Marseille, 2023), et « Habibi, les révolutions de l’amour » (IMA, Paris, 2022-2023), on y discutera leurs objectifs, les questions qu’ont posées leur conception et les interactions entre auteurs/commissaires et éditeurs/institutions commanditaires. On y a abordera aussi la question de leur réception, des réactions qu’ont pu exprimer lecteurs et visiteurs.

Anissa Bouayed est historienne, chercheure associée au CESSMA (Université de Paris) et commissaire d’exposition. Elle a travaillé sur l’histoire culturelle et sociale de l’Algérie à l’époque coloniale et postcoloniale. Elle a publié L’art et l’Algérie insurgé ( Alger, Enag, 2005), codirigé Art et résistance au Maghreb et au Moyen-Orient(Cahiers du Gremamo, L’Harmattan, 2020) et contribué au livre d’artiste d’El Meya, cycle Oum Lil(Alger, Rhizome, 2021). Elle a été co-commissaire de l’exposition « Baya » présentée à l’IMA et à Marseille (2022-2023) et a consacré à l’artiste plusieurs travaux (« Une femme pionnière dans le monde des arts, Baya », in Revue des sciences humaines et sociales de l’Université de Constantine 2 ; « Vie et œuvre de Baya », catalogue de l’exposition Baya).

Historienne de l’art, Émilie Goudal est chercheure associée au CEAC et enseignante à l’Université de Lille. Autrice de l’ouvrage Des Damné(e)s de l’Histoire. Les arts visuels face à la guerre d’Algérie (Presses du réel, 2019), ses travaux portent sur les interpénétrations entre art contemporain, politique et enjeux de mémoire(s) (Allemagne, Algérie, États-Unis, France). Chercheure associée à plusieurs expositions sur l’Algérie, ses travaux ont été publiés dans différentes revues (Perspective, Aware, Gradhiva…), catalogues d’exposition et ouvrages collectifs. Lauréate 2022 de la bourse de l’Institut pour la photographie, elle étudie actuellement le fonds photographique d’Agnès Varda au prisme des « désordres et [des] charmes de la décolonisation » (A. Varda, 1977).

Lydia Haddag est doctorante en histoire de l’art à l’Université Paris 1 Panthéon Sorbonne, rattachée au laboratoire InVisu (CNRS/INHA). Ses recherches portent sur l’histoire des collectifs artistiques entre les villes d’Alger et de Tunis, des années 1930 à 1990. Elle est l’auteure de La Génération du Môle d’Alger, un essai consacré à un groupe d’artistes algérois réuni autour du peintre Sauveur Galliéro. Elle a collaboré en 2022-2023 avec l’AMCA et la Fondation Getty au projet « Mapping Art Histories in the Arab World, Iran, and Turkey » en qualité de « Lead Researcher » pour l’Algérie.

Nada Majdoub est historienne de l’art et chargée de collections à l’Institut du monde arabe à Paris. Ses premières recherches ont porté sur la genèse du Salon d’art dans la Tunisie sous protectorat français. Elle s’intéresse depuis à la production de nouveaux savoirs et pratiques curatoriales afin de mettre en avant les artistes modernes et contemporains du monde arabophone et de ses diasporas. Elle est commissaire associée de l’exposition Habib.t.i, les révolutions de l’amour (IMA, 2022) et travaille actuellement à la recherche autour des collections du musée de l’Institut du monde arabe en vue de sa prochaine refonte.

2 juin 2023, de 10h à 12h [séance fermée]

Séance des étudiants
Devenir Hassan Massoudy : La construction de soi d’un artiste arabe entre Bagdad et Paris au milieu du XXe siècle  — Marie Tufféry, M2, EHESS

Hassan Massoudy, né à Najaf en 1944, a connu un grand succès sur la scène artistique internationale grâce à ses calligraphies colorées nourries du contact de l’artiste avec l’art européen. D’abord formé à la calligraphie à Bagdad, Massoudy émigre à Paris en 1969 et entre à l’Ecole des Beaux-Arts. Après de longues années de recherches figuratives il retourne à la calligraphie sur les conseils de son entourage. Celui qui se rêvait peintre à l’occidentale devient alors, aux yeux du grand public, l’incarnation de l’artiste oriental, « calligraphe du désert » et passeur entre les cultures. À partir des archives de l’artiste, de ses écrits autobiographiques et d’une série d’entretiens, nous cherchons à mettre en évidence les mécanismes qui ont participé à l’élaboration de cette identité intime et artistique, une construction de soi, qui naît de l’interaction productive entre l’artiste arabe et son public occidental.

Marie Tuffery est diplômée de Sciences Po Paris et étudiante en master 2 « Arts, Littératures et Langages » à l’EHESS. Sous la direction de Rémi Labrusse, elle prépare un mémoire en histoire de l’art sur le calligraphe Hassan Massoudy. Arabisante, elle a auparavant travaillé dans une galerie d’art en Égypte.

Hocine Ziani, un autre orientalisme dans la production picturale algérienne contemporaine — Louise Fiorio, M1, ENS et Paris I

Hocine Ziani, l’artiste autodidacte qui se mit à faire de la peinture académique : c’est tout le paradoxe d’un parcours inédit au sein de la production artistique algérienne de la deuxième moitié du XXe siècle.
Ziani, né en 1953, peint à partir des années 1970 et jusqu’à aujourd’hui des portraits d’Algériens illustres ou inconnus, des scènes de genre, des batailles et des natures mortes. A chaque étape de sa carrière, il peint de tout sans distinction, même s’il commence avec le portrait et qu’il fait dans les années 1980 de la peinture d’histoire, pour répondre aux commandes du Gouvernement Algérien. Malgré la singularité de son travail, que l’on ne peut affilier ni à la génération précédente marquée par la guerre de Libération, ni à la génération suivante engagée sur le plan international, nous pensons que Hocine Ziani, son travail figuratif et ses stratégies pour exister sur la scène artistique sont représentatifs d’un moment dans l’histoire de l’art algérienne.
Enfin, et surtout, la peinture de Ziani suscite des réflexions étroitement liées au contexte décolonial : débats entre tradition et innovation, authenticité et universalité – la persistance de ces débats montre bien le poids colonial dans le développement des arts plastiques en Algérie. En étudiant la peinture de Ziani, nous explorerons donc les conséquences de l’irruption des valeurs occidentales sur la production artistique en Algérie, jusque dans ses manifestations contemporaines.

Louise Fiorio, étudiante en M1 de recherche en histoire de l’art contemporain, poursuis son cursus conjointement entre Paris-I Panthéon Sorbonne et l’École Normale Supérieure de Lyon, où elle a été admise en 2021 en histoire de l’art. Son mémoire de M1, sous la direction de Philippe Dagen, porte sur l’histoire de l’art en Algérie à partir des années 1960, et sur les réminiscences de l’orientalisme dans la peinture de l’artiste Hocine Ziani. Auparavant, elle a été commissaire de l’exposition d’art contemporain « Incurables » à Villeurbanne et a participé à plusieurs travaux de recherche pour le Musée des Beaux-Arts de Lyon, le Musée des Augustins de Toulouse et l’émission d’histoire de l’art « Oh ! Biz’Art » diffusée sur France 2 en 2023.

2 juin 2023, de 15h à 17h [séance en hybride]

Y a-il un art moderne « arabe » ? Retour sur l’ouvrage A la recherche d’une modernité arabe de Silvia Naef à l’occasion de sa réédition et traduction en anglais chez Zamân Books
Silvia Naef, Unité d’arabe, Université de Genève, Suisse, et Morad Montazami, Zamân Books, France, avec la participation en VC d’Arthur Debsi, Mathaf: Arab Museum of Modern Art, Qatar

Résumé du livre : La question de la modernité a été centrale pendant plusieurs décennies (1950-1980) dans les recherches des artistes arabes et a dominé les débats. Pour un nombre important d’entre eux, cette modernité devait également être « arabe », en ayant recours à des éléments visuels et conceptuels issus des arts de la région. C’est sur ce débat que nous allons revenir ici, en nous posant également la question de l’actualité de ces réflexions et de ce qui en survit, de nos jours, dans la création contemporaine.

Silvia Naef est professeure à l’Université de Genève où elle dirige le Master Moyen-Orient (MAMO) du Global Studies Institute. Elle est spécialiste de l’art arabe moderne et de la question de l’image en Islam. Elle est parmi les membres fondateurs de Manazir, Swiss Platform for the Study of Visual Arts, Heritage and Architecture in the MENA Region et dirige actuellement un projet de recherche sur les collections d’artefacts que les pays de cette région ont offerts aux organisations internationales.

Morad Montazami est historien de l’art, éditeur et commissaire d’exposition. Il est rédacteur en chef de la revue Zamân (Textes, images et documents) et directeur de la plateforme Zamân Books & Curating qui développe les études et les expositions sur les modernités arabes, africaines et asiatiques. Il est l’auteur de nombreux articles sur des artistes tels que Jeremy Deller, Francis Alÿs, Zineb Sedira, Éric Baudelaire, Walid Raad, Latif al-Ani, Mohamed Melehi, Faouzi Laatiris…

Arthur Debsi est chercheur au département des collections et du curatoriat à Mathaf: Arab Museum of Modern Art, à Doha. Il est spécialisé dans les modernités arabes et la question de l’identité. Il a participé au lancement de la collection en ligne de The Dalloul Art Foundation à Beyrouth. Il a contribué à des catalogues d’exposition, notamment Monaco-Alexandrie, Le Grande Détour, Villes-mondes et surréalisme cosmopolite, ainsi qu’à celui de la collection de l’UNESCO. 

16 juin 2023 [séance en hybride]

Une biennale d’art islamique à Djeddah : sociologie politique de la culture en Arabie Saoudite
Alexandre Kazerouni, maître de conférences en sociologie politique à l’École normale supérieure

En 2023, du 23 janvier au 23 avril, la ville de Djeddah en Arabie saoudite a été le lieu de la première édition d’une “biennale d’art islamique ». Cet événement est venu enrichir la liste déjà longue des projets culturels de type artistique qui se sont multipliés dans le royaume depuis 2015. Cette conférence visera a décrire la première édition de la “Biennale d’art islamique” (bināli al-funun al-islamiyya) et à la situer dans son contexte historique, géographique et sociologique national et international.

Alexandre Kazerouni est maître de conférences en science politique à l’École normale supérieure. Spécialisé sur le monde musulman contemporain, ses recherches se concentrent sur les États de la péninsule arabique, suivant une approche sociologique attentive aux objets culturels. Il est l’auteur de Le Miroir des cheikhs. Musée et politique dans les principautés du golfe Persique (PUF, 2017).



Citer ce billet
arvimm (2022, 15 novembre). “Actualité(s) de l’historiographie : conditions de production et situation” ARVIMM. Consulté le 25 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d104