De l’art abstrait à l’art contemporain : signes et gestes calligraphiques chez les artistes du Moyen-Orient et du Maghreb — Forum Insaniyyat Tunis 2022

  • Lieu : Campus Universitaire de La Manouba, 2010
  • Responsable : Yavuz, Perin Emel (Institut des Migrations/CNRS, ARVIMM)
  • Discutant : Messaoudi, Alain (Université de Nantes, CRHIA-EA 11639

Propos

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Paris continue à attirer des artistes originaires du Maghreb et du Moyen-Orient. Or, s’y développe un art abstrait qui, par certains aspects, peut faire écho à des traditions vivantes qui leur sont familières, notamment autour du Salon des Réalités Nouvelles, créé en 1946. L’historiographie générale de l’abstraction gestuelle/lyrique et de l’art informel réserve peu de place à ces artistes et à ces traditions, par comparaison aux arts d’Extrême-Orient, auxquels on fait souvent référence lorsqu’on analyse les œuvres de Georges Mathieu, de Hans Hartung ou de Jean Degottex. C’est le plus souvent à l’échelle de leur « aire culturelle » d’origine, arabe, turque ou iranienne, que les œuvres de ces artistes, dont certains ont été formés à la calligraphie, ont été étudiées, qu’il s’agisse de la Hurufiyya (« lettrisme », en arabe), de la production de l’école turque de Paris ou de l’œuvre d’artistes iraniens singuliers. Dans le sillage des travaux du séminaire du groupe de recherches sur les arts visuels au Maghreb et au Moyen-Orient, 19e-21e siècle (Arvimm) organisé en 2020-2021 à l’IISMM-EHESS avec la perspective d’une publication collective, cet atelier se donne pour objectif d’interroger, à partir de trajectoires individuelles d’artistes moyen-orientaux et maghrébins, le rapport du geste artistique à la calligraphie, à la lettre arabe et au signe. Il s’agit également de décloisonner ces artistes d’une approche culturaliste et de les réinscrire dans une avant-garde internationale.

Liste des intervenants

Ait Slimani Zouina, doctorante en histoire de l’art, École normale supérieure de Paris, Université de Genève
Naef Silvia,  professeure ordinaire, Université de Genève
Polledri Claudia, Postdoctorante, Université de Montréal, Laboratoire CinéMedias
Yavuz Perin Emel, ingénieure de recherche, Institut des Migrations/CNRS, ARVIMM

Programme

Zouina Ait Slimani (École normale supérieure de Paris, Université de Genève)

Une approche de l’abstraction par le prisme de la théorie : le cas de Shakir Hassan Al Said (1925-2004)

En 1971 le peintre et théoricien de l’art irakien Shakir Hassan Al Said publie son manifeste d’al-buʿd al-wāḥid (Une seule dimension) dans lequel il posait les fondements théoriques de la hurūfiyya (« lettrisme »). Ces écrits constituent le point de rencontre entre l’art abstrait et les possibilités plastique de la lettre arabe. Bien que les fondements théoriques aient été posés à cette occasion, les artistes irakiens expérimentent les lettres de l’écriture arabe depuis les années 1940, jetant ainsi les bases de ce qui sera définit par la suite comme al-hurūfiyya. Les deux artistes irakiens que sont Madiha Umar (1908-2005) et Jamil Hamoudi (1924-2003) furent les premiers à avoir utilisé des éléments de l’alphabet arabe dans un style pictural ou sculptural principalement abstrait.

Cette démarche s’inscrit dans le développement d’une recherche artistique qui puise dans le registre formel de l’art préislamique et islamique pour incarner le renouveau de l’art irakien. Cependant, loin d’un retour aux formes calligraphiques traditionnelles, Al Said vise un réemploi moderne des formes dans le but d’aboutir à un art abstrait qui ne soit pas le simple reflet des styles artistiques occidentaux. Cette communication se focalisera sur l’analyse des préoccupations esthétiques et théoriques de Shakir Hassan Al Said entre l’abstraction et l’emploi de la lettre arabe.

Silvia Naef (Université de Genève, Unité d’arabe)

Retour sur la hurufiyya : entre lettres, lignes et signes

Alors que le premier manifeste prônant l’usage des lettres arabes, celui rédigé par l’artiste irakienne Madiha Omar, date de 1949 et que de nombreux artistes ont expérimenté, dans plusieurs pays, avec cette pratique bien auparavant, c’est le manifeste Al-bu’d al-wahid (Une seule dimension), dû à Shakir Hassan Al Said qui en théorise l’emploi en 1971 et qui sera à l’origine du mouvement artistique panarabe qu’on nomme hurufiyya.
La réflexion de Al Said devait beaucoup à son intérêt pour le soufisme et à ses efforts pour construire une théorie de l’art à partir de cette pensée. D’autres artistes, notamment au Maghreb, parfois en lien et en collaboration avec Al Said, ont formulé leurs propres visions de la hurufiyya, partant de présupposés très différents de ceux de Al Said. C’est de cela qu’il sera question ici.

Claudia Polledri (Université de Montréal, Département d’histoire de l’art et d’études cinématographiques, Laboratoire CinéMedias)

Le geste calligraphique dans la photographie iranienne contemporaine

Avec série “Women of Allah” (1993-1997), Shirin Neshat introduit l’usage de la calligraphie dans la photographique contemporaine iranienne en apportant sur les images des inscriptions après tirage. La relation entre image et écriture a été adoptée aussi par d’autres photographes iraniens comme Bahman Jalali dans la série « Image of imagination » (2000-2008) ou, plus récemment, par Newsha Tavakolian, par exemple dans la série “Mothers of Martyrs”.
À partir d’une réflexion sur le geste calligraphique, cette communication se propose d’analyser la portée esthétique et signifiante que ce geste assume en photographie et de réfléchir à comment son introduction permet d’articuler la relation entre photographie et peinture.

Perin Emel Yavuz (Institut des Migrations/CNRS, ARVIMM)

Selim Turan : de la forme à l’informe aux confins d’une gestualité calligraphique

Selim Turan (né à Istanbul en 1915 et décédé à Paris en 1994) entre au département de peinture à l’Académie des beaux-arts d’Istanbul dont il sort diplômé en 1938. Il suit également des cours d’arts décoratifs, de calligraphie et de miniature. A cette époque, dans le contexte de la modernisation de la Turquie, sa peinture se veut figurative et soucieuse de décrire la réalité sociale. Grâce à une bourse du gouvernement français, il arrive à Paris en 1947. Au contact de l’avant-garde parisienne et auprès de Hans Hartung dont il a été l’assistant, il adopte la peinture abstraite. Là où les maîtres parisiens de l’abstraction gestuelle sont influencés par la calligraphie extrême-orientale, Selim puise ses sources dans le geste calligraphique oriental. Cette intervention s’attachera à retracer la trajectoire plastique de l’artiste qui le conduit à adopter cette abstraction empreinte d’une gestualité calligraphique au cœur de la modernité parisienne.



Citer ce billet
arvimm (2022, 26 octobre). De l’art abstrait à l’art contemporain : signes et gestes calligraphiques chez les artistes du Moyen-Orient et du Maghreb — Forum Insaniyyat Tunis 2022. ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d102