Bassam Kahwagi, Sans titre, acrylique sur toile, 110 x 485 cm, 2021. Avec l'aimable autorisation de la Saleh Barakat Gallery

Séance 12 – Aléas retours. Les nouveaux enjeux de l’abstraction au Maroc dans les années 60 et 70 – 3 juin 2022

3 juin 2022 [séance dématérialisée]

Aléas retours. Les nouveaux enjeux de l’abstraction au Maroc dans les années 60 et 70
Fatima-Zahra Lakrissa et Maud Houssais, chercheures et curatrices indépendantes

Durant les années cinquante et soixante, les peintres marocains Jilali Gharbaoui et Ahmed Cherkaoui posent les premiers gestes essentiels accomplis dans le domaine de l’art moderne au Maroc. Un de ces gestes est le dialogue engagé avec l’École de Paris, qui marque le passage emblématique de la peinture marocaine vers l’abstraction. Leur propre résistance à consacrer une rupture définitive avec le terreau artistique marocain complexifie cependant leur appartenance ou affiliation au mouvement. Ils incarnent de ce fait une période de transition dans l’histoire de l’art au Maroc, où il s’agit pour les artistes de penser simultanément leur possible inscription au projet d’un art international, tout en pensant la position d’altérité qui leur y est assignée.

Cette quête est poursuivie de manière quasi simultanée à partir du Maroc par certains artistes de retour après une formation artistique, théorique et professionnelle dans des capitales artistiques européennes autres que Paris, telles que Rome, Milan, Prague, Varsovie et Madrid. Les années soixante et soixante-dix voient l’ambition espérantiste de l’art abstrait rejoindre des enjeux d’émancipation sociale au moment où diverses formes d’art (littérature, poésie et cinéma associés) forment le socle d’une approche émancipatrice de l’art visant à renouveler l’expérience d’une communauté du sensible. L’abstraction se présente alors comme un langage artistique pleinement acteur de la mutation sociale souhaitée. Elle se verra intégrer l’espace public sous la forme d’un art monumental qui renoue avec le projet de la synthèse des arts, tout en rendant possible une articulation entre la tradition esthétique occidentale et sa négation apparente : l’art traditionnel et populaire au Maroc.

Cette communication s’intéresse à l’émergence de certaines formes, pratiques et concepts qui ont encadré et nourri cette quête, entre expérimentation, théorie et pédagogie de l’art (en dehors de toute discipline universitaire), ainsi qu’à la fonction de l’abstraction, intégrée d’une manière pragmatique aux forces transformatrices de la société, dans un projet de synthèse des arts pensé depuis le Maroc et soutenu par de nouvelles circulations artistiques initiées par des artistes tels que Farid Belkahia, Mohamed Melehi et Mohammed Chabâa.

Infos pratiques (English text below)

Pour permettre au plus grand nombre de suivre le séminaire, celui-ci se déroulera cette année en mode hybride.

  • Horaires : 15:00-17:00
  • Lieu : Salle B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (jauge : 12 places)
  • Visioconférence : Zoom

Attention : En raison de la situation sanitaire, vous ne pourrez pas accéder à ce séminaire sans avoir préalablement déposé une demande via le lien suivant : https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=276.

Merci de déposer la demande au plus tard 72 heures avant la première séance. Une seule demande suffit pour l’année et elle peut être effectuée à n’importe quel moment de l’année.

Avant chaque séance, nous enverrons un message de confirmation pour ceux qui seront en présentiel et le lien vers la salle de visioconférence pour ceux qui seront en distanciel.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Practical info

The seminar will be held in hybrid mode to allow as many people as possible to attend.

Schedule: 3 to 5pm
Location: Room B03_18, 54 bd Raspail 75006 Paris (capacity: 12 seats)
Videoconference: Zoom

Please note: Due to the health situation, you will not be able to attend this seminar without first submitting a request via the following link: https://participations.ehess.fr/demandes/__nouvelle__?seminaire=276.

Please submit the application no later than 72 hours before the first session. The application is valid for the whole year and it can be made at any time.

Before each session, we will send a confirmation message to those who will be onsite, and the link to the videoconference room for those who will be online.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com



Citer ce billet
Perin Yavuz (2022, 1 juin). Séance 12 – Aléas retours. Les nouveaux enjeux de l’abstraction au Maroc dans les années 60 et 70 – 3 juin 2022. ARVIMM. Consulté le 17 avril 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0zz