Bassam Kahwagi, Sans titre, acrylique sur toile, 110 x 485 cm, 2021. Avec l'aimable autorisation de la Saleh Barakat Gallery

Séance 2 : journée d’étude “Cosmopolitisme ? Art, colonialisme et nationalismes à Paris” — Vendredi 3 décembre 2021 (à l’INHA)

Photo Émile Savitry courtesy Sophie Malexis. Joan Miro, Pita Rodriguez, Gonzalo More, Joseph Reinhardt, Désirée Lieven, Henriette Gomes, Stéphane Grapelli et des amis chez Alejo Carpentier, rue Delambre. Entre 1936 et 1939.
Photo Émile Savitry courtesy Sophie Malexis. Joan Miro, Pita Rodriguez, Gonzalo More, Joseph Reinhardt, Désirée Lieven, Henriette Gomes, Stéphane Grapelli et des amis chez Alejo Carpentier, rue Delambre. Entre 1936 et 1939.
La deuxième séance du séminaire “L’art abstrait, Paris et les artistes du Maghreb et Moyen-Orient” se déroulera dans le cadre de la journée d’étude internationale “Cosmopolite ? Art, colonialisme et nationalismes à Paris”, sous la responsabilité scientifique de David Castañer et de Maureen Murphy, INHA, Galerie Colbert, salle Vasari

Le concept d’« école de Paris » a largement contribué à placer la capitale au centre d’une constellation moderne, reléguant le reste du monde aux marges. Si l’apport des artistes européens est largement connu, celui des artistes issus des Suds (Asie, Afrique, Amériques) l’est beaucoup moins. Cette journée d’étude vise à étudier la présence de ces acteurs à l’époque coloniale et postcoloniale, en questionnant les lieux de leurs pratiques (ateliers, expositions), de leurs rencontres (revues, cafés, congrès) et de leur création (les œuvres). Nous interrogerons les raisons de l’attractivité de la capitale, ainsi que les contraintes auxquelles étaient soumis les artistes issus des mondes colonisés ; nous questionnerons aussi les relations entre « modernismes cosmopolites » et nationalismes pour analyser l’effet retour de ce déplacement sur la pratique des artistes dans leurs pays d’origine.

Voir le programme ici.

Passes sanitaires obligatoire.