Faire histoire au Maghreb et au Moyen-Orient : quel rôle pour les artistes ? (Panel 100) — World Congress for Middle Eastern Studies (WOCMES), Séville, 16-22 juillet 2018, 14h30-15h30

  • Lieu : Universidad de Sevilla – Calle San Fernando, 4, 41004 Sevilla / salle 205
  • Responsables : Claudia Polledri (chercheuse postdoctorale, CRIalt-Université de Montréal, ARVIMM) et Perin Emel Yavuz (Institut des Migrations/CNRS, ARVIMM)

Propos

Ce panel se propose de questionner la contribution des artistes à l’écriture de l’histoire dans la région de la période contemporaine. Par contribution, nous entendons l’engagement des artistes dans le processus de relecture et d’écriture des histoires nationales. L’implication des artistes dans la fabrique de l’histoire repose sur deux caractéristiques prégnantes du rapport qu’entretiennent les pays de la région à l’histoire. D’une part, c’est une histoire dont l’écriture reste difficile sur le plan historiographique en raison de la domination d’un récit national placé hors du temps. D’autre part, l’instabilité politique de la région a provoqué des phénomènes de réactivation de la mémoire ainsi que l’interprétation à la lumière du présent de questions historiographiques passées. Nous supposons que ce rapport à l’histoire, dans un contexte politique et géopolitique en cours de définition, s’avère avoir un impact non seulement sur les objets de la création artistique, mais aussi sur les modes de production et conservation du patrimoine culturel de la région.

Liste des intervenants

  • Rachid Idir Aadnani, Senior Lecturer, Wellesley College
  • Joan Grandjean, doctorant, assistant, Unité d’arabe, Université de Genève
  • Claudia Polledri, chercheuse postdoctorale, CRIalt-Université de Montréal, ARVIMM
  • Perin Emel Yavuz, ingénieure de recherche, Institut des Migrations/CNRS, ARVIMM

Programme

Rachid Idir Aadnani, Wellesley College

‘Of linguistic guerrillas and songs of passion: How artists challenge the boundaries of the permissible’.

Perin Emel Yavuz, CNRS

‘En deçà du grand récit national de la République turque, l’espace micro-politique du quotidien Les artistes dans l’histoire’.

Fondée par Mustafa Kemal en 1923, la République turque se structure sur un récit national puissant dont la rhétorique moderne, laïque et nationaliste structure l’action de l’État et modèle la société. Depuis les années 2000, ce récit est mis en concurrence avec un nouveau récit ancré dans l’Islam et l’histoire ottomane, sous l’impulsion de l’actuel président. Si ces deux récits s’entrechoquent, leur verticalité commune assourdit les singularités dissonantes aux approches critiques. Comme dans de nombreux états puissants, pour ne pas dire autoritaires, l’espace politique où se fabrique l’histoire se joue à deux niveaux: celui surplombant du pouvoir et celui sous­‐jacent des individus en interaction avec leur quotidien. Espace de repli certes, le quotidien n’en est pas moins un champ d’actions et de discours où se construisent des mondes et des histoires, qui sont autant de contributions alternatives à l’histoire.C’est à cet espace micro-­‐politique du quotidien que cette communication s’intéressera à partir de la production d’artistes contemporains de Turquie tels que Fikret Atay, Mentalklinik, Halil Alindere, Hüseyin Alptekin, Aydan Murtezaoglu ou Gülsün Karamustafa, parmi d’autres. Nous postulons d’emblée que ces artistes, reconnus localement et internationalement,adoptent un positionnement critique, endossant la responsabilité d’apporter une contribution à l’histoire de leur pays. Néanmoins, celle-‐ci s’opère par des voies détournées en lien avec de l’espace quotidien où se jouent les enjeux politiques, sociaux et culturels, et se tissent les rapports individuels et collectifs à la mémoire et au patrimoine. En analysant les manières de faire de ces artistes en prise avec l’espace quotidien dans un contexte de vigilance et de contrôle des prises de position, nous nous attacherons à mettre en lumière comment ils font œuvre d’h

Joan Grandjean, Université de Genève

‘L’origine du futur: les artistes contemporains et l’archéologie’.

L’archéologie et l’art contemporain ne sont pas forcément antinomiques. Bien que la première discipline ait pour but de révéler les origines de l’humanité et qu’il est vrai que la deuxième s’insère dans une proposition de l’actuel et du futur, les deux pensent toutefois la « création d’un monde, résurgence de la création monde » (Meillassoux). Depuis quelques années, les objets du passé ont considérablement influencé la création artistique contemporaine de l’espace géoculturel arabe. L’objet/relique est par conséquent pensé comme lieu de résurgence et/ou de remplacement pour proposer de nouvelles perspectives historiques. En faisant intervenir ces résidus du passé, les artistes (Ali Cherri dans Fragments (2016) ; Larissa Sansour dans In The Future They Ate From The Finest Porcelain (2016) ; Monira al-Qadiri dans Petro-Historical Complex (2018) ; dans l’exposition itinérante Tea With Nefertiti: The making of the Artwork By the Artist, the Museum and the Public (2012-13) sous le commissariat de Sam Bardaouil et Till Fellrath ; etc.) adoptent une méthodologie propre à la discipline de l’archéologie dans un souci de compréhension des origines et des modus operandi de la fabrique de l’histoire. En questionnant la création dans son rapport avec l’origine et l’historicité et en analysant quelques exemples, il sera intéressant de voir comment ces représentations contemporaines de l’objet/relique agencent une complexité narrative qui ouvre non pas au révisionnisme mais à la spéculation – au « partage du sensible » (Rancière).

Claudia Polledri, Université de Montréal

‘Histoire(s) de la photographie. La Fondation arabe pour l’image d’après Akram Zaatari’.

Dans sa dernière exposition, Against photography. An annotated history of the Arab Image Foundation (Beyrouth) présentée au MACBA de Barcelone et au K21 de Düsseldorf, l’artiste libanais Akram Zaatari retrace l’histoire de la « Fondation arabe pour l’image » (1997 – 2017) et du travail de patrimonialisation de l’image photographique qu’elle mène depuis vingt ans. Le propos de cette communication est d’interroger le modèle historiographique proposé par Zaatari dans cette exposition afin d’écrire une histoire de la photographie de la région MENA. En s’appuyant sur les travaux qui portent sur les usages créatifs des archives (Lemay 2014), nous verrons comment Zaatari, à partir des archives de la FAI, parvient à faire émerger le complexe système de relations existant entre la production d’images, un territoire et son histoire, sans se limiter à une approche chronologique centrée sur l’évolution technique du médium (Poivert, 2008).