Que reflète cette flamme ? Une lecture de l’exposition Notre monde brûle, Palais de Tokyo (21 février-13 septembre 2020)

Une exposition paradoxale ?

Qu’avons-nous finalement retiré de l’exposition ? En règle générale, elle nous a laissé un sentiment partagé. Elle nous a permis de découvrir des artistes, invitant à nous documenter sur leurs trajectoires et parfois dans leurs recherches. Cet accès qu’elle nous a ouvert tient sans doute à la qualité de la mise en espace des œuvres, malgré les contraintes du lieu. Pourtant, sur le plus long terme, l’exposition nous laisse dans un certain désarroi : au-delà d’une affirmation d’engagement, d’une dénonciation du péril dans lequel le capitalocène plongerait l’humanité, quel est ce regard particulier, vu du Doha, que l’exposition est censée nous faire partager ? Le développement en Europe de la pandémie de Covid-19 a confirmé l’actualité du propos affiché par l’exposition : notre monde est en crise. Mais l’ambition politique affirmée est-elle tenue ? Dans le texte qu’il a rédigé pour le catalogue, Fabien Danesi considère qu’une exposition qui “réunit des entités diverses aux temporalités propres afin de produire des agencements sensibles” est un dispositif politique “dans la mesure où il dessine un faisceau de différences et d’affinités qui constitue in fine une longueur d’onde”, sans que les œuvres soient “la pure expression d’une idéologie donnée[1]”. Par sa forme même, l’exposition incarnerait “la fragmentation du monde”, symbolisée par l’œuvre de Danh Vō, We the People, fragments d’une réplique de la statue de la Liberté de Bartholdi, placée à l’entrée de l’exposition.

Se pose ici la question de l’accompagnement des visiteurs de l’exposition. Les textes présentant les œuvres sont généralement courts, peut-être pour conserver toute sa vivacité à la rencontre du visiteur avec les œuvres, sans lui imposer un discours préconçu. Et le parcours est relativement peu lisible, les trois premières parties (“être au monde” ; “les récits alternatifs” ; “al-thawrat”), étant présentées dans une première série de salles complétées par l’installation de Wael Shawky au niveau inférieur, la quatrième (“coprésences organiques”) s’inscrivant dans une seconde série de salles[2]. Pour certains d’entre nous, la déambulation, avec des œuvres qui rappellent souvent les désastres humains, écologiques et sociaux passés et présents, fait ressentir la détresse dans lequel se trouve le monde, en même temps que la créativité dont elles témoignent suscite un mouvement d’espoir. Pour d’autres, il manque une ligne générale, ou bien l’élan suscité par les œuvres est rompu par les contradictions internes, à l’échelle de l’exposition, et par le discours plus conventionnel porté par un catalogue qui, à part les préfaces des deux responsables des institutions organisatrices, les textes des deux commissaires, et ceux produits par les artistes, se limite à une suite de courtes  contributions présentant avec plus ou moins de bonheur chacun des exposants, selon un ordre dont on peine à comprendre la logique[3].

Pour répondre à la question posée en introduction, celle du point de vue porté par l’exposition, il ne semble pas précisément situé, ni clairement défini. À travers les artistes qu’elle présente, l’exposition propose des regards qui ne convergent pas nécessairement. Plutôt que d’un miroir d’un seul tenant, on pourrait la rapprocher d’une glace aux multiples facettes et aux angles adoucis. Dans le texte qu’il a composé pour le catalogue, Abdellah Karroum anticipe peut-être les critiques, lorsqu’il affirme qu’il faut ”faire avec, c’est-à-dire agir, naviguer sur les vagues au lieu de leur résister[4]”. Sans donc brûler ses vaisseaux.

[1] Fabien Danesi, “L’incandescence comme immanence du monde”, in Notre monde brûle, catalogue de l’exposition, op. cit., p. 29. On y trouve des références aux ouvrages de Joëlle Zask, Laurent de Sutter, Bruno Latour, Anna Lowenhaupt Tsing et Donna Haraway, sans oublier Guy Debord, à l’œuvre duquel Fabien Danesi a consacré plusieurs travaux.

[2] On notera que ces quatre parties, présentées sur le feuillet distribué aux visiteurs, ne se retrouvent pas dans le catalogue où le texte d’Abdellah Karroum parle d’une “construction en trois thèmes qui s’entrelacent” : la crise écologique ; la crise sociale et politique ; la crise éthique et humaine (“Notre monde brûle”, in Notre monde brûle, catalogue de l’exposition, op. cit., p. 18).

[3] L’ordre choisi reprend approximativement le parcours de l’exposition.

[4] Ibid., p. 16.



Citer ce billet
Perin Yavuz (2020, 18 juin). Que reflète cette flamme ? Une lecture de l’exposition Notre monde brûle, Palais de Tokyo (21 février-13 septembre 2020). ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0zb