Que reflète cette flamme ? Une lecture de l’exposition Notre monde brûle, Palais de Tokyo (21 février-13 septembre 2020)

Partager un regard arabe ?

Dans sa préface au catalogue, Sheikha Al Mayassa, sœur de l’émir du Qatar et présidente du conseil d’administration de Qatar Museums, exprime sa volonté de “faire découvrir à la France l’étendue remarquable de la créativité qui existe au Qatar et dans notre région[i]”. Il s’agirait donc de mieux faire connaître des artistes du Moyen-Orient, en les présentant, d’égal à égal, aux côtés d’artistes “internationaux[ii]”. La collection du Mathaf s’est constituée autour de l’art arabe moderne dès le début des années 1990, bien avant son ouverture au public. De toute évidence, l’exposition présentée à Paris vise à mieux la faire connaître en Europe et à confirmer l’inscription du Mathaf dans un réseau international. Elle contribue aussi à l’intégration des artistes issus du Moyen-Orient dans les courants d’un art contemporain globalisé tout en faisant apparaître les spécificités d’un regard arabe sur le monde.

De fait, la scénographie de l’exposition privilégie une dimension universelle plutôt que l’affirmation d’un ancrage local des œuvres. Se côtoient ainsi des œuvres sans lien direct avec le Moyen-Orient et d’autres marquées par des lieux ou des événements propres à la région. Notre monde brûle témoigne ainsi d’une volonté d’inscrire le Moyen-Orient dans le monde, là où la précédente exposition d’Abdellah Karroum, Revolution Generations, présentée à Doha d’octobre 2018 à février 2019, restait centrée sur le monde arabe, la Turquie, l’Iran et leurs diasporas, à travers une réflexion sur les générations d’artistes engagés de la seconde moitié du XXe siècle. L’exposition du Palais de Tokyo dépasse les frontières et assume l’appartenance à un monde commun, aussi fragmenté soit-il, qui a en partage des transformations politiques et sociétales, des changements climatiques, des conflits géopolitiques et des soulèvements populaires, qu’il s’agisse des “printemps arabes” ou d’autres mouvements contestataires. Si cette exposition rassemble des artistes de toutes les nationalités inquiets de la situation du monde, on peut cependant y trouver des marques spécifiques de la production des artistes du Maghreb et du Moyen-Orient, à travers par exemple la place donnée à la culture arabe.

On a déjà évoqué la sculpture de Mustapha Akrim, fondée sur l’écriture du mot hurriyya (liberté). La recherche autour des qualités plastiques des lettres a été une des thématiques majeures de l’art moderne dans les pays du Maghreb et du Moyen-Orient, comme en témoignent la Hurufiyya dite aussi “école des peintres du signe”. Il n’est donc pas étonnant de retrouver ces références à l’écriture dans des œuvres utilisant de nouveaux médiums (installation, vidéo, photographie, etc.). En témoigne l’impressionnant mobile en verre coloré de Sara Ouhaddou, suspendu au dessus du grand escalier qui mène à l’exposition. En reprenant la technique du verre irakien, teinté dans la masse, utilisé autrefois pour le décor des maisons urbaines au Maroc, l’artiste crée une nouvelle calligraphie pour transcrire les poèmes de femmes amazighs. Pour le réaliser, Sara Ouhaddou a travaillé avec des artisans héritiers de  savoir-faire anciens, dans une démarche qui lie mémoire et modernité, artisanat traditionnel et art contemporain, avec l’ambition de formuler un « alphabet universel». Tag Tag Tagiya, une installation conçue pour l’exposition par l’artiste qatarienne Bouthayna Al Muftah, se nourrit de la culture vernaculaire du Golfe. Dans une vidéo qui montre le processus de création, l’artiste, entourée au sol d’une écriture cursive qui fait l’effet d’un tourbillon, invite le visiteur à déambuler et à interroger la dimension cyclique du temps. Des livres suspendus renvoient à des référents de la culture enfantine et folklorique, à des traditions antérieures à l’ère du pétrole.

Sara Ouhaddou

Les œuvres présentées par l’artiste koweïtienne Monira al Qadiri interrogent des ressources locales, perles et pétrole, diversement patrimonialisées[iii]. La série OR-BIT, réalisée en 2016, est constituée de petites sculptures métalliques et nacrées, qui ont la forme des trépans que l’on utilise pour forer le sol. Tournées vers le ciel, elles lévitent majestueusement en tournant sur elles-mêmes. En associant la brutalité d’un outil de forage destructeur à la préciosité de leurs surfaces irisées, elles semblent rappeler que les perles, comme le pétrole, peuvent être associées à la destruction aussi bien qu’à la richesse. De cette temporalité suspendue se dégage une critique de la surexploitation des deux ressources naturelles sur lesquelles s’est fondée la richesse locale et, plus généralement, des excès du capitalocène qui a mis le monde en danger par la consommation effrénée d’hydrocarbures.

Rien dans l’exposition n’insiste sur ce qui ferait l’unité d’un regard arabe. Ce sont plutôt des œuvres singulières qui sont mises en valeur, les textes d’accompagnement donnant quelques éléments permettant de les situer dans un contexte local. Leurs significations particulières participent cependant à la construction du discours plus général exprimé par Notre monde brûle, qui se nourrit aussi d’une interrogation sur l’usage des héritages du passé.

[i] Catalogue de l’exposition, p. 5. On notera que trois artistes qataris participent à l’exposition : Sophia Al Maria, Bouthayna Al Muftah et Faraj Daham.

[ii] Ibid.

[iii] La richesse tirée de la pêche et du commerce des perles fait sans doute l’objet d’une plus grande mise en valeur patrimoniale que l’extraction pétrolière, comme le rappelait le Monument de la Perle au centre de Manama, devenu en 2011 le symbole de la contestation du pouvoir à Bahreïn et détruit pour effacer le souvenir de celle-ci.



Citer ce billet
Perin Yavuz (2020, 18 juin). Que reflète cette flamme ? Une lecture de l’exposition Notre monde brûle, Palais de Tokyo (21 février-13 septembre 2020). ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0zb