Que reflète cette flamme ? Une lecture de l’exposition Notre monde brûle, Palais de Tokyo (21 février-13 septembre 2020)

Wael Shawky
Ce texte est le fruit d’une écriture collective par Tamara Choukair, Zineb Diouani, Emma Giraudeau, Lydia Haddag, Rosalie Mahieu, Alain Messaoudi, Alba Perset et Perin Emel Yavuz, avec la collaboration de Silvia Naef et Claudia Polledri

L’exposition Notre monde brûle, présentée au Palais de Tokyo à Paris, a été conçue par Abdellah Karroum, pour le Mathaf. Arab Museum of Modern Art (al-mathaf al-‘arabî li l-fann al-hadîth) qu’il dirige à Doha depuis 2013[i], avec pour co-commissaire Fabien Danesi, pour le Palais de Tokyo[ii]. Notre monde brûle fait partie de la saison muséale du Palais de Tokyo, Fragmenter le monde, et de l’Année culturelle Qatar-France dont Qatar Museums, l’organisme chargé de la gestion et du développement des musées qataris, et l’Institut français du Qatar, antenne locale du réseau français culturel à l’étranger, sont les deux acteurs majeurs[iii]. À partir d’un hall central introductif, l’exposition s’articule en quatre séquences — être au monde ; les récits alternatifs ; al-thawrât (les révolutions) ; co-présences organiques — et trois espaces, sur deux niveaux. Elle présente les œuvres d’une trentaine d’artistes contemporains qui ne sont pas tous originaires du monde arabe mais dont la plupart ont des liens avec le Moyen-Orient et le Nord de l’Afrique[iv], figurant un monde arabe ouvert aux espaces turc, iranien et berbère, et au reste du monde. L’exposition souffre-t-elle des tensions suscitées par cette double inscription, parisienne et qatarie, culturelle et diplomatique ? Ou bien parvient-elle à en tirer sa propre dynamique ?

Notre monde brûle participe à une politique visant à corriger l’image négative qui reste attachée aux pays du golfe Arabo-persique. Bien que le Qatar évoque dans l’imaginaire collectif occidental la manne pétrolière et le conservatisme religieux, beaucoup plus que la création artistique, il se présente aussi comme un pays de musées, un centre pour le tourisme culturel. Dans le cadre de l’Année culturelle Qatar-France, le Mathaf, dix ans après son inauguration en 2010, doit accueillir deux expositions monographiques, l’une consacrée à l’artiste franco-marocaine Yto Barrada, l’autre à l’artiste franco-algérien Kader Attia[v]. Et  à Paris, Notre monde brûle, par son message d’universalisme et son appel au dialogue interculturel, s’insère dans un discours déjà bien rodé par les acteurs politiques. Le Qatar travaille en effet depuis quelques décennies à transformer son image à l’échelle internationale. Il s’est engagé, par exemple, à l’occasion de la coupe du monde de football qui doit se tenir en 2022 à Doha, à améliorer la condition juridique des travailleurs étrangers et à assurer la sécurité des homosexuels, et il affirme promouvoir l’investissement dans les énergies renouvelables.

À travers cette exposition, le Qatar semble viser la reconnaissance à Paris de son action culturelle, quelques semaines après la présentation, à l’Institut du monde arabe, de l’exposition AlUla. Merveille d’Arabie, coproduite par l’Arabie saoudite. La rivalité, qui oppose le Qatar et l’Arabie saoudite et qui s’est exacerbée depuis 2017 avec la rupture des relations diplomatiques, transparaît d’ailleurs discrètement dans l’exposition : aucun.e artiste saoudien n’y est présenté.e[vi]. Plus généralement, on peut s’interroger sur ce que l’exposition nous montre. Propose-t-elle « un regard engagé sur la création contemporaine depuis le Golfe Persique », comme l’affirme la présentation officielle sur le site du Palais de Tokyo[vii] ? Ou ne montre-elle que ce que les Occidentaux voudraient voir du monde arabe et du Moyen-Orient ? Est-elle l’expression d’un  “effet miroir”[viii] ?

[i] Abdellah Karroum a commencé à travailler comme commissaire d’exposition et critique d’art au Maroc, où il a inauguré en 2002 à Rabat L’Appartement 22, devenu un centre important d’art contemporain.

[ii] Historien de l’art français, Fabien Danesi travaille régulièrement depuis 2015 pour le Palais de Tokyo. Il a notamment été commissaire associé de l’exposition Prince.sse.s des Villes.

[iii] Entre janvier et décembre 2020, quarante-et-une manifestations (expositions, concerts, projections de films, conférences) ont été programmées, pour la plupart à Doha. Seules six d’entre elles ont lieu en France, toutes à Paris, à l’exception d’une programmation de films qataris dans le cadre du festival de courts-métrages de Clermont-Ferrand.

[iv] C’est le cas de Mustapha Akrim, Francis Alÿs, Kader Attia, Mounira Al Solh, Bouthayna Al Muftah, Monira Al Qadiri, Sophia Al Maria, Yto Barrada, Aslı Çavuşoğlu, Faraj Daham, Bady Dalloul, Khalil El Ghrib, Mounir Fatmi, Amal Kenawy, Basim Magdy, Amina Menia, Shirin Neshat, Sara Ouhaddou, Michael Rakowitz, Younes Rahmoun, Wael Shawky, Raqs Media Collective. Les œuvres de John Akomfrah, Sammy Baloji, Fabrice Hyber, Dominique Hurth, Jane Jin Kaisen, Otobong Nkanga, Ben Russell, Oriol Vilanova et Danh Vo, n’ont pas de lien direct avec le Moyen-Orient. Sont aussi exposés deux tableaux d’une artiste égyptienne d’une génération antérieure, Inji Efflatoun (1924-1989), tableaux qui sont entrés dans les collections du Mathaf.

[v] Le programme de l’Année culturelle indique la bi-nationalité des deux artistes, dont des œuvres sont aussi présentées dans le cadre de l’exposition Notre monde brûle.

[vi] On notera aussi que, dans le catalogue, Abdellah Karroum évoque le blocus que l’Arabie saoudite et les Émirats arabes unis imposent depuis 2017 au Qatar, ainsi que la guerre contre le Yémen. Voir Notre monde brûle, catalogue de l’exposition présentée au Palais de Tokyo (21 février-17 mai 2020), Paris, Éditions du Palais de Tokyo, 2020, p. 16.

[vii] Voir la page dédiée à l’exposition sur le site du Palais de Tokyo.

[viii] Alexandre Kazerouni, Le Miroir des cheikhs : musée et politique dans les principautés du golfe Persique, Paris, Presses universitaires de France, 2017.



Citer ce billet
Perin Yavuz (2020, 18 juin). Que reflète cette flamme ? Une lecture de l’exposition Notre monde brûle, Palais de Tokyo (21 février-13 septembre 2020). ARVIMM. Consulté le 1 mars 2024, à l’adresse https://arvimm.hypotheses.org/1855