« L’art abstrait, Paris et les artistes du Maghreb et Moyen-Orient », thème du séminaire 2020-2021

Selim Turan, Sans titre (mise en situation d’une peinture abstraite dans une illustration de salon), gouache sur impression offset, non daté. Coll. privée.

Responsables / Organizers

Alain Messaoudi, Silvia Naef, Claudia Polledri, Perin Emel Yavuz

Horaires et lieu / Schedule and location

Les horaires et le lieu du séminaire seront communiqués ultérieurement.

Schedule and location of the seminar to be announced later.

Présentation / Abstract

(English below)

L’art abstrait, Paris et les artistes du Maghreb et Moyen-Orient

Paris reste au lendemain de la Seconde Guerre mondiale un centre qui attire des artistes originaires du Maghreb et du Moyen-Orient. Or, s’y développe un art abstrait qui, par certains aspects, peut faire écho à des traditions vivantes qui leur sont familières, notamment autour du Salon des Réalités Nouvelles, créé en 1946. L’historiographie générale de l’abstraction gestuelle/lyrique et de l’art informel réserve peu de place à ces artistes et à ces traditions, par comparaison aux arts d’Extrême-Orient, auxquels on fait souvent référence lorsqu’on analyse les œuvres de Georges Mathieu, de Hans Hartung ou de Jean Degottex. C’est le plus souvent à l’échelle de leur « aire culturelle » d’origine, arabe, turque ou iranienne, que les œuvres de ces artistes, dont certains ont été formés à la calligraphie, ont été étudiées, qu’il s’agisse de la Hurufiyya (« lettrisme », en arabe), de la production de l’école turque de Paris ou de l’oeuvre de l’Iranien Charles Hossein Zenderoudi. A travers cet objet de recherche, nous poursuivrons donc notre réflexion sur la place des artistes du Maghreb et du Moyen-Orient dans la production artistique européenne au XXe siècle et à l’heure actuelle, ainsi que dans l’historiographie. Elle sera complétée par des enquêtes dans les archives des institutions concernées et, le cas échéant, un travail collectif d’écriture autour d’une exposition en lien avec la thématique.

Abstraction, the Parisian environment and artists from the MENA region

Post-World War II, Paris remained a centre that attracts artists from the MENA region. The abstract art that is then developing in Paris could, in certain aspects, echo living traditions that were familiar to them, particularly in the artistic networks gravitating around the Salon des Réalités Nouvelles, created in 1946. The general historiography of gestural/lyrical abstraction and Art informel is rather silent about these artists and traditions. In comparison, it refers more to the Far Eastern arts when analysing the works of Georges Mathieu, Hans Hartung or Jean Degottex. The works of these Middle Eastern artists, some of whom were trained in calligraphy, are more often studied as regard as their original « cultural area », whether Arab, Turkish or Iranian. Historiography thus links them to the Hurufiyya (« Lettrism », in Arabic), to the production of the Turkish school in Paris, or to singular works such as that of the Iranian Charles Hossein Zenderoudi, but takes little interest in their relations with the Parisian artistic scene. Through this research object, we will therefore continue our reflection on the place of MENA artists in European artistic production in the 20th century and today, as well as in historiography. It will be supplemented by surveys in the archives of the institutions concerned and, where appropriate, a collective work of writing around an exhibition related to the theme.