« L’art abstrait, Paris et les artistes du Maghreb et Moyen-Orient », thème du séminaire 2020-2021

Selim Turan, Sans titre (mise en situation d’une peinture abstraite dans une illustration de salon), gouache sur impression offset, non daté. Coll. privée.

Responsables / Organizers

Alain Messaoudi, Silvia Naef, Claudia Polledri, Perin Emel Yavuz

Horaires et lieu / Schedule and location

En raison des mesures sanitaires prises par le gouvernement, le séminaire se déroule en visioconférence, les 1er et 3e vendredi du mois, de 15h à 17h, à partir du 20 novembre 2020.

ATTENTION : les inscriptions s’effectuent via l’application Listsem, mise à disposition par l’EHESS. Veuillez vous rendre à la page suivante : http://listsem.ehess.fr/courses/1011/requests/new
Merci
de déposer votre demande 72h avant le début de la première séance.
Nous vous enverrons ensuite le lien vers la salle de visioconférence pour y participer à distance.

Pour toute information, contactez-nous à l’adresse suivante : arvimm.groupe(at)gmail.com

Due to the health measures taken by the government, the seminar will take place by videoconference, on the 1st and 3rd Friday of the month, from 15:00 to 17:00, from November 20, 2020.

To register, use the Listsem application provided by EHESS. Please go to the following page (http://listsem.ehess.fr/courses/1011/requests/new) to submit your application 72 hours before the start of the session. One registration is all you need for the whole year.

For more information, please contact us at the following address: arvimm.groupe(at)gmail.com

Présentation / Abstract

(English below)

L’art abstrait, Paris et les artistes du Maghreb et Moyen-Orient

Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, Paris continue à  attirer des artistes originaires du Maghreb et du Moyen-Orient. Or, s’y développe un art abstrait qui, par certains aspects, peut faire écho à des traditions vivantes qui leur sont familières, notamment autour du Salon des Réalités Nouvelles, créé en 1946. L’historiographie générale de l’abstraction gestuelle/lyrique et de l’art informel réserve peu de place à ces artistes et à ces traditions, par comparaison aux arts d’Extrême-Orient, auxquels on fait souvent référence lorsqu’on analyse les œuvres de Georges Mathieu, de Hans Hartung ou de Jean Degottex. C’est le plus souvent à l’échelle de leur « aire culturelle » d’origine, arabe, turque ou iranienne, que les œuvres de ces artistes, dont certains ont été formés à la calligraphie, ont été étudiées, qu’il s’agisse de la Hurufiyya (« lettrisme », en arabe), de la production de l’école turque de Paris ou de l’œuvre de l’Iranien Charles Hossein Zenderoudi. À travers cet objet de recherche, nous poursuivrons donc notre réflexion sur la place des artistes du Maghreb et du Moyen-Orient dans la production artistique européenne au XXe siècle et à l’heure actuelle, ainsi que dans l’historiographie.

Abstraction, the Parisian environment and artists from the MENA region

After World War II, Paris continued to  attract artists from the MENA region. The form of abstraction that was developing then in Paris, particularly in the artistic networks gravitating around the Salon des Réalités Nouvelles, created in 1946, could, for certain aspects, echo living traditions that were familiar to them.. The general historiography of gestural/lyrical abstraction and Art informel is rather silent about these artists and traditions. When analysing the works of Georges Mathieu, Hans Hartung or Jean Degottex, it rather refers to East Asian arts. The works of these artists from the MENA region, some of whom were trained in calligraphy, are more often studied in terms of their original Arab, Turkish or Iranian « cultural area »,  . Historiography thus links them to the Hurufiyya (« Letterism », in Arabic), to the production of the Turkish school in Paris, or to singular works such as those of the Iranian Charles Hossein Zenderoudi, but takes little interest in their relations with the Parisian art scene. Through this research topic, we will continue our reflection on the place of artists from the MENA region in European artistic production since the 20th century, as well as in historiography.

Programme

Vendredi 20 novembre 2020

Séance introductive

Vendredi 4 décembre 2020

Occident/Moyen-Orient : Historiographies comparées de l’art abstrait
Silvia Naef, Professeure ordinaire, Unité d’Arabe, Université de Genève, et Perin Emel Yavuz, Ingénieure de recherche, Institut Convergences Migrations/CNRS

L’objectif du séminaire étant de croiser et de faire dialoguer les histoires de l’art abstrait en Occident et au Moyen-Orient, cette séance sera consacrée à un état des lieux de chacune d’elles afin de poser quelques jalons historiques et d’identifier des points de rencontre.

Vendredi 18 décembre 2020

Fahrelnissa Zeid and the post-war Nouvelle École de Paris: Negotiating a Universalist Modernist Practice with Parochial Cosmopolitanism (intervention probablement en français)
Adila Laïdi-Hanieh, Director General of the Palestinian Museum

Turkish-Jordanian modernist Fahrelnissa Zeid (1901-1991) was the first Middle Eastern artist to conduct a career recognized at home (Turkey) as well as in post War art centres, decades ahead of globalized contemporary artists. Even as her progress was beset by gender and class bias as well as by orientalist framings, her drive and prolific and innovative production helped her break barriers. She affirmed herself on the 1940s male dominated Turkish art scene, she then became the first Middle Eastern artist to exhibit alone in a commercial New York Gallery in 1950 after her first solo Paris exhibition in 1949. She was the first woman of any origin to exhibit solo at the London ICA in 1954.
My intervention focuses on her 1947-1957 Paris period, even though Fahrelnissa Zeid continued living and exhibiting on and off in Paris until 1968. That year she made Paris her full time home, until she left definitely in 1975.  I will review her successful integration in the Paris art scene, and her complex reception by critics and gatekeepers that ranged from recognizing her paintings’ radical properties to emphasizing her foreign origins.

Adila Laïdi-Hanieh, Ph.D. published in 2017 the artist biography Fahrelnissa Zeid. Painter of Inner Worlds (London: Art/Books) based on exclusive access to her private papers and personal archive. It provides a revisionist and definitive account of both her life and the constant reinvention that characterized her artistic practice. It foregrounds the importance of her extensive knowledge of European culture and her shifting health state on her artistic vision, and challenges orientalist interpretations of her art. In doing so, it redefines Fahrelnissa Zeid for the contemporary reader as one of the most important modernists of the twentieth century. Dr. Laïdi-Hanieh is a former student of Fahrelnissa Zeid. She received a Post-doctoral fellowship from the Arab Council for the Social Sciences in 2017, and received her Ph.D. in Cultural Studies from George Mason University in 2015, obtained as a Fulbright scholar. Since 2018 she is the Director General of the Palestinian Museum.

Sitographie :

Vendredi 15 janvier 2021

Séance restreinte aux étudiants qui valident le séminaire. Elle portera sur le catalogue de l’exposition Taking Shape. Abstraction from the Arab World, 1950s-1980s (New York, Grey Art Gallery, 14 janv.-13 mars 2020; commissaires: Lynn Gumpert, Suheyla Takesh).

Vendredi 29 janvier 2021

L’art abstrait gestuel dans les galeries et les salons parisiens. Quelles sources pour identifier la présence des artistes moyen-orientaux ?
Avec Julie Verlaine, Maîtresse de conférences en histoire contemporaine, Membre junior de l’Institut universitaire de France, Université de Paris I Panthéon-Sorbonne, Centre d’Histoire Sociale des mondes contemporains
et Domitille d’Orgeval, Art Moderne PIASA, docteure en histoire de l’art et auteur de la thèse « Le Salon des Réalités Nouvelles : les années décisives : de ses origines (1939) à son avènement (1946-1948) »

Parcourir les biographies des artistes moyen-orientaux à Paris, et notamment leurs listes d’expositions pendant la période de l’après-guerre, est un moyen efficace pour mesurer leur insertion et leur activité dans les réseaux artistiques de l’époque. Par ce biais, il est possible d’observer leurs relations avec les instances de consécration que sont les salons et les galeries dédiés à l’art abstrait, témoignant d’une participation active à la scène artistique et d’une reconnaissance des mondes de l’art. Ce travail, qui vaut pour les artistes dont l’œuvre et le parcours sont documentés, ouvre un champ peu exploré par la recherche au carrefour de l’histoire de l’art de l’abstraction d’après-guerre et de l’histoire sociale et culturelle des circulations artistiques entre la France et le Moyen-Orient. L’enjeu n’est pas anodin pour l’écriture de l’histoire de l’art : il s’agit de subvertir un récit dominant écrit pour et par les dominants et de réhabiliter la production des artistes moyen-orientaux qui ont participé, eux aussi, à l’aventure de l’abstrait.

Pour cette séance placée sous le signe de la transmission, nous avons souhaité inviter deux spécialistes des mondes de l’art d’après-guerre à Paris pour partager leurs connaissances sur les galeries, pour l’une, et le Salon des Réalités nouvelles, pour l’autre. Sous la forme d’un atelier de recherche, l’objectif est de nous aider à comprendre le contexte de l’époque, à ouvrir des pistes de recherche et à cerner des approches méthodologiques pour redonner visibilité aux artistes du Moyen-Orient.

Vendredi 5 février 2021

Participation et réception critique des artistes turcs à l’École de Paris
Clotilde Scordia, historienne de l’art et commissaire d’exposition

Dès la fin du XIXe siècle, des peintres Turcs viennent à Paris étudier dans les académies. Ne restant souvent que quelques mois, ils repartent ensuite en Turquie mais sont les précurseurs d’une génération d’artistes qui s’installent en France de façon pérenne après la Seconde Guerre mondiale. Nous verrons dans cette contribution le parcours de ces peintres et sculpteurs, leur réception critique et leur participation aux manifestations artistiques (salons, expositions, biennales…) de la Seconde ou Nouvelle École de Paris. Venus se confronter aux « nouvelles tendances », nous parlerons notamment des peintres abstraits Nejad, Selim, Mübin, Bitran mais aussi des sculpteurs İlhan Koman, Kuzgun Acar ou encore Semiramis Zorlu qui s’affranchissent à Paris de la représentation figurée et du carcan académique.

Diplômée de Paris-Sorbonne en histoire de l’art, Clotilde Scordia a consacré ses sujets de Master aux peintres Turcs de la Seconde École de Paris et au peintre Néjad (1923-1995). Elle travaille sur les catalogues raisonnés et fonds d’atelier d’artistes (Néjad, Albert Bitran). Pendant douze ans, elle a également travaillé sur le catalogue raisonné d’André Lhote (1885-1962). Ses recherches portent principalement sur la période de l’après-guerre, les avant-gardes des pays extra-européens et la création en période de conflit. Son livre Les Peintres Turcs de l’École de Paris paraîtra en mars 2021 (éditions Déclinaison, préfacé par Annie Cohen-Solal). Actuellement, elle est commissaire de l’exposition « Robert Doisneau, portraits d’artistes et vues de Lyon » au musée Jean-Couty à Lyon (jusqu’au 11 avril 2021).

Vendredi 19 février 2021

L’art abstrait international au prisme des catalogues d’expositions.
Béatrice Joyeux-Prunel, Professeure ordinaire à l’université de Genève, Chaire des humanités numériques

À l’occasion de la parution de son livre Naissance de l’art contemporain 1945-1970. Une histoire mondiale (Paris, Editions du CNRS, 2021), et dans le cadre du thème du séminaire sur « L’art abstrait, Paris et les artistes du Maghreb et Moyen-Orient »,  Béatrice Joyeux-Prunel se propose de montrer comment par le biais des catalogues d’expositions nous pouvons appréhender la place des artistes du Maghreb et du Moyen-Orient dans l’internationalisation artistique. Elle présentera en particulier comment s’utilise BasArt, une base mondiale et collaborative de catalogues d’expositions publiée en ligne par le groupe Artl@s (https://artlas.huma-num.fr). Il s’agira aussi d’évaluer dans quelle mesure peuvent être appréhendés les enjeux de carrière et de création des artistes en question, entre le local et l’international, le politique et l’esthétique.

Béatrice Joyeux-Prunel est spécialiste de l’internationalisation artistique et culturelle. Elle a fondé en 2009 le projet Artl@s (https://artlas.huma-num.fr), et publié trois livres de référence sur l’internationalisation artistique : Les avant-gardes artistiques. Une histoire transnationale. Vol. 1 1848-1918 (Paris, Gallimard, Folio Histoire 2016). Vol.2 1918-1945 (Paris, Gallimard, Folio Histoire 2017) ; et Naissance de l’art contemporain 1945-1970. Une histoire mondiale (Paris, CNRS Editions, 2021).

Vendredi 26 février 2021

Le Coran, Paris, l’UNESCO et l’artiste iranien Charles-Hossein Zenderoudi
Alice Bombardier, CERMOM (INALCO)

En 1972 à Paris, une version française du Coran est illustrée par l’artiste iranien Charles-Hossein Zenderoudi. Commande de l’UNESCO, cette édition luxueuse du texte sacré –pourtant en première ligne des interdits islamiques de figuration – reçoit la même année le prix international du « plus beau livre ». L’exploration que fait Charles-Hossein Zenderoudi des codes de l’art sacré en les adaptant à la postmodernité artistique est particulièrement novatrice dans le contexte de l’art islamique. Je présenterai les diverses facettes de ce Coran exceptionnel à la lumière des différentes phases de la carrière artistique de Charles-Hossein Zenderoudi, menée entre l’Iran et la France.

Le Coran, 2 vols, tr. Jean Grosjean, intro. Jacques Berque, illus. Charles-Hossein Zenderoudi, imprimé en 3 624 exemplaires par les Presses Firmin-Didot et Saint Augustin à Bruges, dir. Philippe Lebaud, Jacques Cornulier, Jean-François Fouquereau, Adrien Frutiger and Bruno Pfaffi (Paris, 1972). Publié avec un facsimile du manuscrit de Ibn al-Bawwāb’s et un commentaire de D.S. Rice.

Alice Bombardier, « A Contemporary Illustrated Qur’an: Zenderoudi’s Illustrations of Grosjean’s Translation (1972) », in Alessandro Cancian (ed.), Approaches to the Qur’an in Contemporary Iran, Oxford University Press (Oxford, 2019). https://www.academia.edu/39960815/A_Contemporary_Illustrated_Quran_Zenderoudis_Illustrations_of_Grosjeans_Translation_1972_

Alice Bombardier est une spécialiste de la peinture iranienne moderne et contemporaine. Elle est actuellement chercheuse au CERMOM à Paris (INALCO). En 2012, elle a obtenu son doctorat sur la peinture iranienne et les peintres à l’Université de Genève et à l’EHESS. Parmi ses dernières publications figurent Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran. Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940 (Peter Lang, Berne, 2017) ainsi que des articles sur la peinture iranienne au XXe siècle.

Vendredi 5 mars 2021

Méthodologies et sources en histoire de l’art au Moyen-Orient et au Maghreb
Table ronde dans le cadre du séminaire des étudiant.e.s de l’ARVIMM (Zouina Ait-Slimani, Mathilde Ayoub, Tamara Choukair, Hayat Jmammou et Mona Zaibet)

 À quelles problématiques de la recherche en histoire de l’art sommes-nous aujourd’hui confronté.e.s dans nos travaux ? Comment étudier, traduire et écrire une histoire de l’art commune et selon quels prismes historiographiques ? Quelles positions et méthodologies adopter dans un processus de recherche réflexif ? 

Lors de cette table ronde, nous aborderons plusieurs questionnements communs, notamment ceux de la place institutionnelle que l’histoire de l’art occupe actuellement dans les régions que nous étudions. Nous aborderons ainsi les questions de légitimité d’une histoire de l’art qui s’est principalement écrite d’un point de vu occidentalocentré et les problématiques terminologiques. À cette occasion, la place des sources arabes et de leur traduction dans les écrits scientifiques sera examinée et débattue. Nous discuterons aussi des pratiques curatoriales et des écritures qui en découlent à l’occasion des expositions ou de leurs catalogues ou à travers des écrits d’artistes. Les enjeux que les nouvelles formes de discours et de diffusion comme les réseaux sociaux dans la fabrication de ces récits et plus généralement de l’histoire de l’art mondialisée.

Consulter le programme détaillé en suivant ce lien.

Vendredi 19 mars 2021

La calligraphie en caractères arabes, idiome de la civilisation islamique.
Eloïse Brac de la Perrière, Professeure des universités,
Sorbonne Université

« Langage de la main, idiome de l’esprit », c’est ainsi que le savant baghdadi Ibrāhīm al-Shaybānī (m. 911) décrit l’art de la calligraphie en pleine période médiévale. Avec l’expansion de l’islam, la calligraphie devient très rapidement le principal médium artistique partagé par les communautés musulmanes à travers le monde. Art fondateur donc, il se manifeste dans toutes les langues transcrites en écriture arabe, concerne tous les genres de textes et figure sur tous types de supports. Son étude a souffert des clivages entre différents champs disciplinaires (épigraphie, paléographie, numismatique, codicologie…) et son message formel, visuel, souvent mal compris, a été réduit à ses manifestations les plus classiques. C’est pourtant un phénomène artistique complexe, multidimensionnel et, finalement, extraordinairement vivant.

Éloïse Brac de la Perrière est professeure d’histoire de l’art et archéologie du monde islamique à Sorbonne Université. Spécialiste de l’Inde islamique et du monde persanophone, ses recherches portent sur l’histoire des pratiques artistiques à travers l’étude des manuscrits, de l’iconographie et de la calligraphie. Entre 2012 et 2017, elle a codirigé le projet Kalila wa Dimna (BnF) qui a donné lieu à une exposition à l’Institut du Monde arabe, ainsi qu’à un volume collectif (sous presse). Depuis, Éloïse Brac de la Perrière est coresponsable de l’inventaire scientifique des collections d’art islamique du musée des Beaux-Arts de Lyon, dont le catalogue raisonné est en préparation, et elle dirige le projet CallFront, Calligraphie aux frontières du Monde islamique.

Vendredi 2 avril 2021

Pour une étude de la présence des artistes du monde arabe à l’Ecole des beaux-arts : quelques repères
Alice Thomine-Berrada, Conservateur du patrimoine au Musée d’Orsay

Discutante : Kirsten Scheid, Professeure associée, American University in Beirut

Après un état des lieux bibliographique et archivistique, il s’agira d’abord de présenter le fonctionnement de l’Ècole des beaux-arts dans la période d’après-guerre, puis de redessiner la place des artistes du monde arabe au sein des artistes étrangers fréquentant l’Ècole au XXe siècle. Enfin, à partir de quelques exemples (Amor Ben Mahmoud, Mohamed Abou-Kalam ou encore Abraham Hadad), un questionnement s’ouvrira sur l’importance de leur passage à l’Ècole dans leur parcours professionnel.

 

Archiviste paléographe, conservateur du patrimoine, docteur de l’École pratique des hautes études, Alice Thomine-Berrada est historienne de l’architecture du XIXe et du début du XXe siècle. Elle est depuis 2008 conservateur au musée d’Orsay où elle s’occupe de la collection de dessins d’architecture.

Kirsten Scheid est professeure associée d’anthropologie au département de sociologie, d’anthropologie et d’études des médias de l’université américaine de Beyrouth. Ses recherches et son enseignement portent sur l’anthropologie de l’art, l’esthétique, l’historiographie et la théorie de l’art, la modernisation et le cosmopolitisme, l’affect et les élites.

Vendredi 16 avril 2020

Étude critique et cheminements autour d’une brèche panarabe dans l’École de Paris

Le cas particulier du « dialogue » franco-marocain entre la Biennale de Paris (1961) et l’exposition « Rencontre internationale », Musée des Oudayas de Rabat (1963-1964)

Morad Montazami, Zamân Books & Curating

Concernant le rôle des artistes arabes au sein du mouvement et des réseaux célèbres de l’École de Paris, la question de la marginalité est à prendre au sérieux. C’est-à-dire de nous demander comment on habite les marges, comment on échappe aux marges ou comment on peut survivre aux marges. Ce faisant, différents modes de rencontre semblent prévaloir, que ce soit « en marge » des ateliers de l’Ecole des Beaux-arts de Paris dans les années 1950, dans le programme des galeries ou dans les catalogues d’exposition parisiens. Pour la poignée de noms comme Ahmed Cherkaoui, Jilali Gharbaoui, Mohammed Khadda ou Shafic Abboud, à la renommée relative, combien d’artistes arabes demeurent inconnus et peuvent être indexés « en marge » ? Faut-il en déduire un effet de riposte contre un mouvement occidental attrape-tout – englobant entre autres l’ « art informel », l’ « abstraction lyrique », le « tachisme », l’ « art brut » ? Peut-on vraiment dire que cette riposte se déroule de l’intérieur ? Les expériences subjectives incarnées par ces noms peuvent-elles se rejoindre, se résoudre dans un mouvement dialectique et transculturel ? Quels sont les contre-récits visuels opposés par les conceptions et les perceptions panarabes aux têtes de file de l’Ecole de Paris?

Morad Montazami est historien de l’art, éditeur et commissaire d’exposition. Il est rédacteur en chef de la revue Zamân(Textes, images et documents) et directeur de la plateforme Zamân Books & Curating qui développe les études et les expositions sur les modernités arabes, africaines et asiatiques. Il est l’auteur de nombreux articles sur des artistes tels que Jeremy Deller, Francis Alÿs, Zineb Sedira, Éric Baudelaire, Walid Raad, Latif al-Ani, Mohamed Melehi, Faouzi Laatiris…

Vendredi 21 mai 2021

Des histoires décoloniales de l’abstraction. Archives croisées entre Paris et le Moyen-Orient
Nadia Radwan, Assistant Professor in World Art History, University of Bern

Cette contribution s’inscrit dans une réflexion sur la manière d’inclure des histoires de l’abstraction longtemps considérées comme en marge des canons de l’histoire de l’art. Elle se propose d’aborder les questions d’absence, d’exclusion et de traduction qui jalonnent l’étude des artistes abstraits de la région MENA. Mettant en avant l’importance des archives souvent transnationales et plurilingues, il s’agit de questionner des œuvres et des documents marqués par les antagonismes et les différences qui viennent complexifier un récit homogène de l’abstraction. En outre, en mettant en avant les trajectoires multiples entre Paris et le Moyen-Orient, cette contribution entend décentrer les récits européens et moyen-orientaux sur l’art abstrait de façon à mettre en évidence des œuvres qui sont le fruit d’histoires croisées souvent dissimulées au profit de discours identitaires ou d’altérité.

Shafic Abboud : Archives d’un peintre, archives d’un père, une expérience à la croisée des mémoires et des documents
Christine Abboud

Hériter du fonds d’un artiste est une étrange aventure, qui redessine les contours de votre propre histoire. Mais au-delà, comment gérer et organiser des œuvres et surtout des documents, alors que l’on est n’est ni historien de l’art ni archiviste…? Je tenterai d’expliquer comment je me suis appropriée ce matériau à la fois mort et vivant, quelles sont les questions qui se posent lorsque l’on a la volonté de ne pas « trahir », de ne pas fausser la lecture que d’autres pourraient faire de l’archive et surtout de batailler contre un « portrait officiel » qui se met si vite en place et qui brouille la recherche.

Vendredi 4 juin 2021

Jamil Hamoudi et Paris (1947-1962) : l’expérience de l’abstraction au prisme d’une histoire croisée entre Paris et Bagdad
Zouina Ait Slimani, doctorante à l’École normale supérieure (IHMC) /Université de Genève (Unité d’arabe).

De tous les artistes irakiens de passage à Paris, Jamil Hamoudi (1924-2003) semble apparaître comme étant l’une des figures les plus connues pour son implication au sein des cercles artistiques et intellectuels parisiens. Peintre, sculpteur et critique d’art, il est à l’origine de la publication de al-Fikr al-ḥadīth (1945-1947), première revue culturelle d’avant-garde en Irak consacrée à l’art et à la littérature. Après des études de peinture et de sculpture à l’Institut des beaux-arts de Bagdad (1945), Jamil Hamoudi obtient une bourse et se rend à Paris en 1947, où il intègre un cycle d’étude en peinture à l’École Nationale Supérieure des Beaux-arts de Paris, période durant laquelle il poursuit également des cours de dessin à l’Académie Julian, ainsi que des cours d’histoire de l’art à l’École du Louvre. En 1949, il est élu membre du Salon des Réalités Nouvelles, figurant dans plusieurs expositions de ce groupe entre 1949 à 1953. En 1950, il organise sa première exposition individuelle à la galerie Voyelles à Paris. Durant cette première période parisienne, Jamil Hamoudi édite sa seconde revue en langue française, Ishtar (1958-1962), dont le sous-titre est évocateur : « Ishtar, Orient-Occident. Pour une compréhension meilleure entre l’Orient et l’Occident ».

À travers l’étude de la trajectoire individuelle de Jamil Hamoudi, et en prenant appui à la fois sur l’analyse de ses œuvres, des archives et des textes de cette période, cette contribution vise dans un premier temps à appréhender la réception de l’œuvre de cet artiste dans la scène artistique parisienne et en Irak, dans le but de réfléchir dans un second temps, à la restitution d’un récit sur l’histoire de l’abstraction qui prend en considération les connexions, les croisements et les transferts artistiques de cette période, inscrivant ainsi, l’histoire de cette abstraction dans une perspective extra-européenne et mondiale.

Après l’obtention d’un Master 1 avec un mémoire sur l’artiste irakien Dia al-Azzawi, et d’un Master 2 sur l’étude des pratiques artistiques dans les trois pays du Maghreb (Algérie, Maroc, Tunisie) des années 1950 aux années 1970, à l’université de Paris 1 Panthéon-Sorbonne, Zouina Ait Slimani travaille à présent sur une thèse en Esthétique, histoire et théories des arts à l’École normale supérieure de Paris en cotutelle avec l’Université de Genève. Ses recherches portent sur l’histoire de l’écriture sur l’art en Irak des années 1930 aux années 1980.

Vendredi 18 juin 2021

Séance de synthèse

En prévision de la dernière séance de l’année, le 18 juin 2021 prochain, nous invitons les participants et les auditeurs à un échange de synthèse et de réflexion pour préparer le séminaire 2021-22, qui se poursuivra sur le thème de cette année.