CR EXPO HADDAD 11

Voyage au bout de la nuit à la Goutte d’or

Éclipses

La dernière partie, sans doute la plus empreinte de rêverie, est consacrée aux nuits artificielles dans la création contemporaine. Des thèmes nocturnes comme matériau et lieu de restitution de géographies singulières et familières, nous passons aux nuits comme réinvention des sens et libération de la créativité. Réévaluation des perceptions, travestissement des perspectives, illusions d’optique, la nuit offre une infinité de filtres et de regards nouveaux portés sur les couleurs et les formes.

Stéphanie Saoudé, Re-Enactment LB/Jasmine, 2019

Les œuvres de la salle se répondent dans une constellation de yeux grands ouverts. Elles se déploient à la manière d’un monde parallèle et décalé ouvert aux abstractions. Stéphanie Saadé nous revient avec une installation éphémère qui interpelle aussi bien notre mémoire olfactive qu’affective. Dans Re-Enactment LB/Jasmine (2019), des fleurs de jasmin parfumées sont dispersées « comme autant de petites étoiles filantes échouées » (selon le cartel) à même le sol, en formant une voie lactée fragile et entêtante, vouée à redevenir poussière avant de graviter autour d’un trou noir.

Face à elle, le peintre syrien Walid El Masri expose deux magnifiques paons « inondés de noir » tels un « refuge » sacré loin de la cruauté et de la douleur, selon les termes du cartel. Cette confession d’un homme ne manque pas de nous faire songer aux paons expressifs de la peintre algérienne Baya, associée depuis à la nostalgie de  l’« Arabie heureuse », pour reprendre André Breton et les surréalistes.

Mais ici, ce sont plutôt les mots tragiques du poète Tahar Djaout qui font écho au bestiaire de plumes : en vérité, Walid El Masri ne serait-il pas le frère de Baya, femme-oiseau, « Baya, la sœur de Schéhérazade. Schéhérazade, la tisserande des mots qui éloignent la mort[10] » ? C’est bien possible.

Walid El Masri est pris sous l’aile majestueuse d’un paon contre les drames qui se profilent. Ce faisant, il entre en résistance comme pour nous dire que seule la beauté sauvera le monde.

Walid El Masri, Sans titre, série Paons, 2018 (détail)

« L’œil et la nuit »

En définitive, si nous devions dresser le bilan d’une exposition réussie où les promesses de dépaysement sont au rendez-vous, évoquons d’abord le fait que tous les artistes exposés, à l’exception de Yazan Khalili basé en Palestine et İrem Sozen à Istanbul, vivent et travaillent en France ou en Europe. Il aurait été intéressant d’avoir les regards d’artistes vivant principalement dans des pays arabes et/ou musulmans, et dont les œuvres et l’expérience directe au contact du terrain (en guerre ou en paix) aurait apporté un supplément d’âme à l’ensemble.

Par ailleurs, si la sobriété de la scénographie est un parti pris qui peut se justifier par la volonté de donner une plus grande liberté d’interprétation au spectateur et de privilégier une démarche plus intimiste que pédagogique, la médiation et le catalogue souffrent d’un minimalisme documentaire qui laisse sur sa faim, ce qui est moins le cas pour le livret à destination des scolaires. En effet, des panneaux explicatifs plus fournis auraient complété les cartels poétiques et élégamment écrits, mais dont la petite taille ne rend pas la lecture aisée en cas de forte affluence.

Aussi, nous aurions souhaité par exemple voir une frise chronologique ou un planisphère pour une meilleure contextualisation historique, et afin d’éviter les biais culturalistes qui surdéterminent les assignations identitaires et qui font des artistes contemporains originaires des pays arabes et/ou musulmans, les héritiers naturels ou les représentants des Arts de l’Islam.

On regrettera en dernier lieu (et assez arbitrairement) l’absence de contributions littéraires issues d’un tel patrimoine en dehors des citations du Coran, de la mention des Mille et Une Nuits et d’un proverbe arabe qui agrémentent les murs. Celles-ci auraient pu ouvrir des perspectives plus grandes sur la civilisation islamique, dans sa richesse culturelle (arabe, berbère, turque, persane, etc.) et cultuelle (traditions soufies, confréries, etc.)

Enfin, bien que l’exposition ne prétende pas à l’exhaustivité tant la nuit est un thème inépuisable, qui fait figure de polygone étoilé infini, il aurait été extrêmement bienvenu de pousser plus loin ses ambitions en appréhendant ouvertement des thématiques très actuelles comme l’écologie et les questions environnementales qui traversent aussi bien le monde diurne que nos nuits modernes.

Certaines questions restent donc en suspens, mais nous les retrouverons formulées autrement, à travers la riche et belle programmation autour de l’exposition.

Retenons la conférence La nuit, la mystique et le rêve qui a convié les spécialistes du soufisme Pierre Lory et Éric Geoffroy à évoquer le voyage céleste de l’Isra, ou encore la table-ronde Corps féminins dans l’espace public qui s’est intéressée à la place du féminin dans l’espace public la nuit, en écho aux œuvres Les Intruses de Randa Maroufi et Je voudrais te parler de la peur de Mouna Saboni.

[1O] « Shérazade aux oiseaux », Algérie-Actualités, n°1146, 1er-7 oct. 1987, repris dans Tahar Djaout, Une mémoire mise en signes, Écrits sur l’art, Alger, El Kalima, 2013.



Citer ce billet
Perin Yavuz (2020, 18 mars). Voyage au bout de la nuit à la Goutte d’or. ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0z7