CR EXPO HADDAD 11

Voyage au bout de la nuit à la Goutte d’or

CR EXPO HADDAD 03
Timo Nasri, It’s always night or we wouldn’t need light, 2015. Crédit photo : Marc Domage

Ce même universel se traduit par des entrelacs entre arts graphiques arabes et astronomie grecque chez Timo Nassri. Dans sa série It’s always night or we wouldn’t need light (2015), le photographe et sculpteur allemand rend hommage à son Panthéon personnel. Parmi les figures invoquées, on trouve la mathématicienne, philosophe néoplatonicienne et astronome Hypathie d’Alexandrie « première martyre de la philosophie », « assassinée par des moines chrétiens » (selon le cartel), le lexicographe de Bassorah Al Farahidi, ou encore le calligraphe irakien Ibn Muqla qui s’inspira de la voûte céleste pour imaginer quatre nouvelles lettres pour l’alphabet arabe. Ibn Muqla eut la main et la langue coupées pour profanation de la parole divine. L’artiste célèbre ainsi deux personnalités persécutées pour leurs approches visionnaires.

De ce fait, son œuvre réintroduit de la complexité, à contre-courant du discours quelque fois irénique de l’exposition, en rappelant les perpétuelles tensions entre dogmes religieux, interdits sociaux et liberté de création, et ce quelles que soient les époques et les régions du monde. Ce ne sont plus les risques qui pèsent sur des personnalités d’exception mais la violence de masse que dénonce le plasticien Renaud Auguste Dormeuil. Dans The Day Before_Star System_ Halabja, l’artiste français opère une reconstitution numérique du ciel de Bagdad la nuit du 16 mars 1988 avant l’attaque irakienne contre la ville kurde de Halabja durant la guerre Iran/Iraq. Le massacre par armes chimiques provoque la mort de plus de cinq mille civils[5]. Dans The Day Before Baghdad (2004), il sonde le ciel de la veille des bombardements américains sur la ville, un certain 18 mars 2003. La nuit devient ici un territoire politique habité, que l’on investit à vif et qui permet de percer à jour les tragédies qui se trament dans l’ombre.

Sur une note plus méditative, la suite de l’exposition met en scène un large éventail d’« expériences intérieures au cœur du ballet cosmique[6] ». C’est le cas de la série photographique Moongold (2016-2018) de l’artiste libanaise Stéphanie Saadé. Munie de son téléphone portable, elle capture en faible résolution sept nuits beyrouthines puis procède à des détournements en rehaussant ses tirages de feuilles d’or qui épousent la forme d’un croissant ou d’une pleine lune. L’intervention de l’artiste dans le cours des évènements inscrit la nuit dans une construction changeante et aléatoire où se tissent des intrigues.

Fayçal Baghriche, La nuit du doute (extrait), 2016. Source : Vimeo.

Sur un registre plus bavard, La Nuit du doute (2016) du vidéaste algérien Fayçal Baghriche propose une immersion dans ses souvenirs d’enfance à l’aune d’une co-présence de sensations réelles et fantasmées. À l’issue d’une anecdote, l’artiste relate comment, au sortir d’un sommeil perturbé, il est frappé de terreur à l’idée d’être devenu aveugle, après avoir tenté en vain de faire fonctionner tous les interrupteurs de sa maison de campagne. Or, ce n’est qu’en observant les étoiles au dehors qu’il reprend pleinement possession de son sens de la vue et réalise qu’une panne d’électricité avait plongé son village dans le noir. Ponctuée de réactions hilarantes comme « tout le monde rêve en noir et blanc, seuls les fous rêvent en couleurs », la vidéo rend compte de phénomènes assez évidents (la peur de la pénombre chez les enfants) depuis des réalités situées, ici celles de l’électrification des villages d’Algérie, des pannes de courant régulières dans certaines régions, ou encore de l’introduction progressive de la télévision dans les foyers. Cette modernisation des formes de vie (au sens d’Agamben[7]) génère des transformations radicales au Maghreb et à l’échelle planétaire, à la fois dans le rapport au temps et à l’espace, les cultures visuelles nocturnes, qu’elles soient urbaines ou rurales ayant été façonnées tout le long du XXe siècle par ces profondes mutations. Des changements qui continuent et s’accentuent au XXIe siècle, comme tente de le suggérer la suite de l’exposition.

Si Les Nuits Claires parvient à nous immerger dans une variété d’univers nocturnes, la médiation de cette partie tend à insister sur une « islamité » de la nuit, que nous peinons à retrouver dans chaque œuvre. Bien que ce décalage soit moins perceptible dans les autres parties, plus « profanes », il est plus dû à la communication générale autour de l’exposition qui insiste sur la thématique de l’islam qu’aux choix des œuvres qui ouvrent des perspectives plus larges.

Passagers de la nuit

La seconde partie du parcours se veut comme un appel à redescendre sur terre qui coïncide justement avec la transition vers le second bâtiment de l’ICI.

Au fil des décennies et à mesure des avancées technologiques, représenter la nuit est devenu un acte délibéré pour les artistes modernes et contemporains qui ne sont plus soumis aux contraintes passées liées au manque de luminosité à la nuit tombée. Si l’industrialisation, l’éclairage ou la conquête spatiale ont ouvert un champ des possibles inédit pour les artistes, ces transformations n’ont cessé de saturer ou de domestiquer nos nuits, en les dépouillant de leurs silences, de leurs mystères, voire de leur bienveillance[8]. Par là même, ils suscitent de nouveaux débats et créent de nouvelles adversités : l’idéologie de la transparence et la culture du secret s’opposent pour décrire un nouvel ordre mondial. En ce sens, l’actualité politique et sociale réactive des problématiques séculaires liées à notre place au sein de l’univers et aux menaces qui pèsent sur la nature et ses cycles de vie.

Sous des « lueurs mouvantes et inquiétantes[9] » la nuit matérialise la solitude et cultive un flou artistique. Les œuvres de la salle aux murs rouges entrent en écho. C’est l’occasion pour les artistes de revisiter les notions de portrait. C’est le cas du visage surgi dans le noir que saisit Mouna Saboni. Dans Sans titre, je voudrais te parler de la peur (2015), la photographe témoigne des sévices physiques et moraux que subissent les Égyptiennes dans leur quotidien de femmes.

L’art du paysage n’est pas en reste. La politique et la science-fiction se mêlent chez Yazan Khalili qui, au détour de ses Landscapes of darkness (2010), illustre ses pérégrinations clandestines entre Birzeit et Yaffa.

Le photographe dépeint avec un contraste aveuglant des villages fantomatiques de Cisjordanie occupée qui font face à des colonies israéliennes illuminées comme autant de petites guirlandes derrière une sombre démarcation, à la faveur de la longue nuit coloniale.

CR EXPO HADDAD 05
Vue de l’exposition. À droite, Mouna Saboni, Sans tutre, je voudrais te parler de la peur, 2015. À gauche : Halida Boughriet, Constellation, 2010. Crédit : Marc Domage

Retenons enfin le superbe spectacle que nous offre la franco-algérienne Halida Boughriet. Constellation (2010) immortalise un impressionnant feu d’artifice, qui fait tour à tour penser à un embrasement de lave volcanique, à des « coulures sanglantes » (selon le cartel), ou à des néons d’allégresse et d’horreur. « Le vieux monde se meurt, le nouveau monde tarde à apparaître et dans ce clairobscur surgissent les monstres » aurait pu commenter Gramsci. « Il faut avoir du chaos en soi pour accoucher d’une étoile qui danse » aurait objecté Nietzche.

[5] K. Nezan, « Quand “notre” ami Saddam gazait ses Kurdes », Le Monde diplomatique [en ligne], mars 1998. URL : https://www.monde-diplomatique.fr/1998/03/NEZAN/3615.

[6] Guide de l’exposition.

[7] Giorgio Agamben (1993). « Forme-de-vie », Futur Antérieur, n°15, 1993. En ligne sur le site de Multitudes.net. URL : https://www.multitudes.net/Forme-de-vie/.

[8] C’est la thèse centrale de Michaël Foessel dans La Nuit : vivre sans témoin (Paris, Autrement, 2017). Voir un entretien avec le philosophe diffusé sur France Culture en 2020 : https://www.franceculture.fr/emissions/les-chemins-de-la-philosophie/la-nuit-vivre-sans-temoin-de-michael-foessel

[9] Guide de l’exposition.



Citer ce billet
Perin Yavuz (2020, 18 mars). Voyage au bout de la nuit à la Goutte d’or. ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0z7