Histoires de l’art au Maghreb et au Moyen Orient, XIXe-XXIe siècle — Migrations artistiques : circulation, transferts culturels, création

Khaled Takreti, Baluchons 3, 2017. Acrylique sur toile, 146 x 114 cm. Donation Claude & France Lemand. Musée, Institut du monde arabe, Paris. © Khaled Takreti. Courtesy Galerie Claude Lemand, Paris.

Responsables

Alain Messaoudi, Silvia Naef, Fanny Gillet, Claudia Polledri, Perin Emel Yavuz

Informations pratiques

  • 1er et 3e vendredi du mois, 15h à 17h
  • IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris

Présentation

(English below)

Migrations artistiques : circulation, transferts culturels, création

Les premières années du séminaire ont mis en lumière l’importance des mobilités artistiques, à travers les protagonistes, les discours, les formes et les œuvres, dans, vers et à partir de la région du Maghreb et du Moyen-Orient — étant elle-même une terre d’intenses mobilités activées par son histoire et sa géographie. Pour cette raison, l’équipe ARVIMM se propose de poursuivre son travail sur l’écriture de l’histoire de l’art sous l’angle de la migration et des aspects qu’elle recouvre : les circulations, les échanges, les transferts culturels et l’expérience migratoire. L’objectif est de décrire, de penser et d’analyser la migration artistique et son interaction avec les dynamiques historiques de la création dans la région, d’une manière concrète, historiographique, théorique et esthétique.

À travers l’étude des parcours d’artistes, il s’agit de retracer leurs trajectoires migratoires, qu’elles soient temporaires ou définitives, volontaires (formation artistique, stratégie de carrière…) ou contraintes par des situations politiques (atteintes aux libertés fondamentales, opposition aux régimes…) ou de guerre. Dans le cadre d’une analyse des transferts culturels et des échanges artistiques, l’étude de ces trajectoires portera une attention aux réseaux d’insertion, vecteurs de rencontres et d’influences, dans les pays d’accueil et d’origine. Il s’agit en effet de comprendre comment, dans  le déplacement, les artistes — médiateurs culturels en puissance — contribuent à l’exportation et à l’importation transnationales de biens symboliques par des processus d’appropriation, de diffusion et de transmission de concepts théoriques et de pratiques artistiques au Maghreb et au Moyen-Orient. Sans exclusive, nous nous intéresserons autant aux artistes natifs qu’aux artistes d’origine européenne qui ont joué un rôle dans la construction du monde de l’art dans ces territoires.

Enfin, parce la création interagit avec le monde environnant, nous nous intéresserons aux productions artistiques en tant qu’elles témoignent de l’expérience migratoire. Dans une approche à la fois biographique et plastique qui s’inscrit dans la problématisation de cette histoire connectée, il s’agit ici d’étudier les liens entre les effets sur l’artiste de ce vécu individuel et subjectif et la manière dont il s’imprime dans les œuvres qu’il produit. L’enjeu se veut aussi théorique en proposant de travailler sur les concepts littéraires d’écriture migrante et d’écriture de l’exil et sur leur opérabilité dans le champ des arts visuels.

Artistic Migrations: circulations, cultural transfers and creation

This year, we propose to continue our inquiry into the writing of the history of visual arts in North Africa and Middle East since the 19th century, from the perspective of migration and related aspects: movements, exchanges, cultural transfers and migratory experiences. We will examine artists’ paths towards, within or from this geographical area, by retracing their migratory trajectories, whether temporary or permanent, voluntary (in search of a new environment, to pursue studies or a career…) or forced (to escape a situation of war or political repression…). We will pay particular attention to integration networks, which are vehicule for encounters and influences, in both host and home countries. Our aim is to understand how, in the process of displacement, artists — as potential cultural mediators — contribute to the export and import of symbolic goods through the appropriation, dissemination and transmission of concepts and practices. We will include an analysis of artistic productions that reflect the migratory experience. Through biography and forms, we will study how a subjective experience is expressed in artworks. This will lead us to think about the concepts of migrant literature and their operability in the field of visual arts.

Programme

Jeudi 14 novembre 2019, 13h-17h, salle des étudiants, puis salle Lombard

Exceptionnellement, la rentrée du séminaire aura lieu le jeudi 14 novembre, de 13h à 17h, en raison de la mutualisation de la séance avec le séminaire « Frontières et enfermements dans les sociétés arabes et les mondes musulmans : incorporations, affects et vécu« .

13h-14h : Accueil des étudiants du séminaire « Histoires de l’art au Maghreb et au Moyen Orient, XIXe-XXIe siècle »
IISMM-EHESS, salle des étudiants, 1er étage, 96 bd Raspail, 75006 Paris

14h-17h : Séance mutualisée avec le séminaire « Frontières
et enfermements dans les sociétés arabes et les mondes musulmans : incorporations, affects et vécu
 »
IISMM-EHESS, salle Lombard, rdc, 96 bd Raspail, 75006 Paris

    • Introduction du séminaire par Amin Moghadam, Stéphanie Latte-Abdallah, Hélène Thiollet
    • Perin Emel Yavuz, CNRS/Institut Convergences Migrations, Mobilités artistiques et imaginaires migratoires. Renouveau du motif de la Méditerranée dans les arts plastiques au prisme des crises des années 2010.
    • L’immigration et les migrations au prisme de l’art contemporain dialogue entre l’artiste plasticienne Ghazel et Isabelle Renard, Cheffe du service des expositions et collections du Musée National de l’Histoire et de l’Immigration – Palais de la Porte Dorée
    • Débat

Vendredi 6 décembre 2019, 14h-17h

Séance annulée

Vendredi 20 décembre 2019, 15h-17h

Séance annulée

Vacances scolaires : 21 déc.-6 janv.

Vendredi 17 janvier 2020, 15h-17

Hélène Tissières, chercheuse affiliée au Global Studies Institute de l’Université de Genève

Art contemporain de l’Afrique et de sa diaspora : de la trace et du fantôme 

Cette intervention est basée sur une réflexion de l’artiste franco-algérien Khader Attia Réfléchir la mémoire et du positionnement des artistes concernant « l’amputation », soit la blessure donc des violences et des destructions (trace) et de la mémoire (fantôme), et leur façon de dénoncer les déséquilibres de la globalisation. Il sera question non seulement des injustices perpétrées et de l’absence d’écologie, mais aussi de la violence, des guerres, et de la question de l’immigration. Sans résolution (solutionnement), les fantômes prennent le devant de la scène et James Baldwin dans divers interviews, rapportés dans le film I am not your Negro de Peck, en évoque les conséquences. Seront étudiées les œuvres de divers artistes dont Jems Koko Bi (ivoirien), Bruce Clarke (anglo-sud-africain), Safaa Erruas (marocaine) et Kacimi (marocain), et également le travail des cinéastes marocain Zinoun et franco-algérien Allouache ainsi que du rappeur sénégalais Didier Awadi qui a composé avec un musicien tunisien. Les entrelacs Maghreb-Afrique subsaharienne seront constants.

Vendredi 31 janvier 2020, 15h-17h

Alix Brouillon, masterante, EHESS

L’atelier des artistes en exil : ethnographie d’une maison-refuge
L’atelier des artistes en exil est une association fondée en 2017 par Judith Depaule et Ariel Cypel. Cette maison-refuge, unique dans le monde, selon les termes de Judith, se propose d’accueillir des réfugiés artistes ayant été contraints de fuir leur pays. Face à l’urgence de l’accueil et de la gravité de leur situation, l’atelier répond à plusieurs missions. Il propose, en effet, d’accompagner les artistes, toutes disciplines confondues, selon leurs besoins et leur situation. Il s’agit pour cette association d’offrir aux artistes une aide dans les démarches administratives, mais aussi de leur offrir un espace de travail, un lieu de rencontres et de sociabilité et un espace à soi, ainsi qu’un soutien psychologique. Cet espace de travail permet aux réfugiés de continuer à exercer leur art et d’être mis en relation avec des professionnels, en d’autres termes, de s’insérer au mieux dans la société française. Enfin, si une telle structure existe, c’est parce que les institutions délèguent aux associations engagées comme celle-ci la responsabilité de la prise en charge d’individus en exil, rendant l’existence de l’atelier et le travail de ceux qui l’animent, indispensable.

Jihane Alami, Master 2 Politique Transnationale ou Masterante, Paris 8 département de Science Politique

Articuler migration et pratiques artistiques : l’exemple des artistes irakiens dans le contexte post-Saddam à Londres et à Amman

Cette présentation s’appuie sur un travail de recherche de trois ans, à Amman puis à Londres, à la rencontre des artistes irakiens exilés dans ces capitales. La méthodologie d’enquête, au croisement de la sociologie des migrations et de celle de l’art, permet d’éclairer différentes dimensions du travail de ces artistes, notamment en ce qui concerne leur identité d’artiste “irakien”, ainsi que leur insertion dans les scènes artistiques contemporaines. Il s’agit à la fois de comprendre les processus évolutifs de création artistique au niveau local aussi bien que de leur donner un sens au niveau transnational, au regard du contexte de la guerre en Irak d’une part et à l’aune des processu.

Vendredi 7 février 2020, 15h-17h

Fabienne Dumont, historienne de l’art, professeure à l’École nationale supérieure des beaux-arts de Nancy

Migrer et représenter les migrations. Autour de l’exposition TRANS/HUMANCE de Nil Yalter au MAC VAL

Artiste en migration, Nil Yalter (1938, Le Caire) s’installe à Paris en 1965 pour poursuivre un cursus aux Beaux-arts et y établir sa carrière. Dès les années 1970, elle développe un art pionnier tant sur le plan des formes que sur celui des thèmes. Vidéo, peinture, dessin, photographie, collage, performance et installation concourent à former une œuvre hybride dont la matière première est issue d’une méthodologie anthropologique qui s’intéresse aux conditions de vie des minorités et des populations marginalisées : femmes, prisonnières, homosexuels, travailleur·euse·s immigré·e·s, communautés exilées… À travers ses œuvres, Nil Yalter donne à entendre la difficulté à vivre une situation d’exil au sein d’une ville, un pays, ou de la société.
Au cours de cette séance, Fabienne Dumont, commissaire de l’exposition TRANS/HUMANCE et meilleure spécialiste en France de Nil Yalter, reviendra sur le parcours de l’artiste et le thème de la migration qui prédomine dans son œuvre.

Pour préparer la séance

  • Trans/humance, exposition au Mac/Val, Ivry-sur-Seine, 5 octobre 2019 au 9 février 2020
  • Fabienne Dumont, Nil Yalter. Une œuvre sociologique à la confluence des mémoires et des mythologies, Mac/Val, 2019, 320 p.
  • Fabienne Dumont, Entretien avec Nil Yalter, Manuella Édition, 2019, 112 p.

Vacances scolaires : 8-24 février

Vendredi 6 mars 2020, 15h-17h

En raison de la crise du Coronavirus, notre intervenante a renoncé à sa venue en France. La séance est remplacée par une une visite collective de l’exposition Notre monde brûle au Palais de Tokyo organisée en collaboration avec le MATHAF sous le commissariat d’Abdellah Karoum. Rendez-vous dans le hall du Palais de Tokyo à 15h. Merci de nous confirmer votre venue : arvimm.groupe@gmail.com

Vendredi 20 mars 2020, 15h-17h

Séance fermée en visio-conférence. Travail avec les étudiants sur l’exposition Notre monde brûle.

Vendredi 27 mars 2020, 15h-17h

Séance fermée en visio-conférence. Travail avec les étudiants sur l’exposition Notre monde brûle.

Vendredi 3 avril 2020, 15h-17h

Séance fermée en visio-conférence dédiée aux exposés des étudiants.

La génération du môle d’Alger et la modernité picturale

Lydia Haddag 

Il s’agira à travers le groupe de la génération du môle d’Alger de présenter les enjeux liés à la modernité picturale en Algérie coloniale. L’idée est d’inscrire les évolutions de la vie artistique algéroise dans l’histoire politique et sociale de la première moitié du XXème siècle.

Étude du signe arabe dans l’Œuvre de Saloua Raouda Choucair

Tamara Choukair

Il s’agira de présenter les recherches menées sur ce sujet depuis l’année dernière, la manière dont elles ont évoluées, les difficultés rencontrées, les problèmes de méthodologie, et les enjeux du sujet qui s’inscrit à la fois au bureau des Arts des pays d’Islam et celui d’Art contemporain. Cette présentation sera l’occasion de dresser les thématiques qui tournent autour de la production sculptée de l’artiste.

Vendredi 10 avril 2020, 15h-17h

Séance fermée en visio-conférence dédiée aux exposés des étudiants.

Les cavaliers spahis ont combattu au sein de l’armée française d’Afrique et notamment, au Maghreb (1830-1870)

Zineb Diouani

Je me focaliserai sur les spahis algériens qui ont combattu en Algérie et au Maroc. Les régiments de spahis se distinguent dans le fait qu’ils sont composés majoritairement de Maghrébins. Ils sont aussi issus de la culture ottomane mais incarnent, la tradition équestre arabe-berbère. L’idée est de montrer que leur intégration au sein de l’armée française est due, en grande partie, au symbole qu’ils représentent. J’essayerai de le démontrer à travers l’art.

Les écoles coloniales de l’arrondissement de Tizi-Ouzou de 1944-1954

Rosalie Mahieu

Cette période, à raison, a été perçue comme l’essor du mouvement nationaliste algérien. Cependant, elle est aussi une phase d’approfondissement de la colonisation avec des plans de scolarisations massifs. Il s’agira donc d’étudier les écoles républicaines laïques et les écoles missionnaires en Kabylie à l’aune de l’essor des tensions coloniales.

L’inscription de l’art dans le quartier de Weibdeh à Amman

Alba Perset

Il s’agira de faire un état des lieux de mes pistes actuelles. Mon sujet étant en chantier, puisqu’il a été modifié récemment et réduit au Quartier de Weibdeh à Amman. Je présenterais donc l’interdisciplinarité au centre de ma méthode d’enquête, entre anthropologie de l’art, anthropologie urbaine et anthropologie sonore.  Ces diverses disciplines donneront une dimension plus sensible à mon sujet. Elles me permettront d’appréhender le quartier de Weibdeh en étant au plus proche de la vision des artistes eux mêmes, qui le vivent sensiblement et à travers ces trois perspectives, l’art, la spatialisation et le son et qui le modifient chaque jour un peu plus par leurs interventions sociales ou créatives.

Vendredi 17 avril 2020, 15h-17h

Séance fermée en visio-conférence. Travail avec les étudiants sur l’exposition Notre monde brûle.

Vendredi 15 mai  2020, 15h-17h

Séance en visio-conférence. Ouverte sur invitation à demander à l’adresse : arvimm.groupe@gmail.com

Silvia Naef, Professeure ordinaire, Université de Genève, département d’arabe

Etel Adnan et la multiplicité des langages

Le travail artistique et littéraire de l’artiste libanaise Etel Adnan (née en 1925), fille d’un père syrien et d’une mère grecque, ayant grandi à Beyrouth où elle a suivi toute sa scolarité en français, étudiante à la Sorbonne puis enseignante en Californie, pour enfin revenir à Paris récemment, se nourrit de ces expériences et identités multiples. La migration choisie, en France d’abord puis aux États-Unis, ne rompt cependant pas le lien qu’Adnan entretient avec le monde arabe, et qui s’exprime notamment par ce qu’elle définit comme un nouveau langage, entre la peinture et l’écriture, qui lui permet de « peindre en arabe », un langage qu’elle découvre au début de son séjour californien. Comme l’anglais, langue qu’elle adopte pour ses poèmes à la place du français, à la même époque. Le Nouveau Monde qu’Adnan découvre dans les années 1960 lui confère des nouveaux moyens d’expression, qui font d’elle, comme elle le disait dans une interview qu’elle avait donnée en ligne en 2018, une artiste « pionnière du monde globalisé » (consulté le 29 mars 2020).

Nagham Hodaifa, docteure en Histoire de l’art, chercheuse associée à l’EA HiCSA-Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne. Également artiste-peintre, diplômée de l’École des Beaux-arts de Damas

Marwan entre Damas et Berlin. Le visage en question.

Aujourd’hui nous pouvons saisir l’influence de Marwan (1934-2016), artiste majeur du monde arabe, sur l’œuvre de nombreux artistes contemporains arabes. Peintre diasporique dont le langage artistique s’est élaboré entre Damas et Berlin, Marwan a émigré en Allemagne en 1957 et y est demeuré jusqu’à sa disparition en 2016. Dès les années 1960, sa peinture fait référence dans le milieu de l’avant-garde berlinois et s’inscrit dans le mouvement historique de la Nouvelle Figuration ou Pathetische Figuration alors que, durant cette décennie et plusieurs dizaines d’années plus tard, son art reste peu connu dans le monde arabe. En effet, l’œuvre de Marwan témoigne d’une réelle singularité par son exploration inlassable du motif du visage, un leitmotiv qu’il décline durant cinquante ans de vie artistique, sous des formes variées, et qui peut apparaître comme une manifestation esthétique de ce déplacement culturel. Car la thématique du « visage » (on dit habituellement un portrait ou un autoportrait) est rarement explorée par ses contemporains originaires du monde arabe. Comment alors aborder ce motif dans sa relation avec la culture visuelle du pays d’origine et de celui d’adoption de l’artiste ? Pour Marwan, la répétition du motif tient à son lien culturel avec l’Orient : regarder un même sujet en portant un nouveau regard, reprendre la même forme pour la réengendrer autrement. Cette répétition doit elle être lue comme l’écho d’un procédé pictural propre à la peinture ou d’une inspiration venue d’Orient?

Pour préparer la séance

  • Hodaifa (Nagham), Marwan. Face à face, Berne, Peter Lang,
    coll. « Études culturelles et sociales sur le Moyen-Orient », 2018, 396 p.

Vendredi 29 mai 2020, 15h-17h

Séance en visio-conférence. Ouverte sur invitation à demander à l’adresse : arvimm.groupe@gmail.com

Victoria Ambrosini, docteure en histoire de l’art de l’EHESS, commissaire

Les pratiques artistiques syriennes en situation de mobilité et d’exil

La dictature du clan Assad depuis 1970, puis la répression des mouvements révolutionnaires à partir de 2011 ont considérablement pesé sur le développement artistique local. Le plus souvent les artistes ont dû s’expatrier pour exister, articulant ainsi un lien entre art et migration. Pourtant, rares sont ceux qui depuis l’exil, sont parvenus à une reconnaissance.
C’est surtout à partir des Printemps arabes et de la guerre en Syrie, en 2011, que des artistes, déjà reconnus localement et internationalement, produisent en situation de migration. Le développement du marché (2000) puis la médiatisation des événements politiques (après 2011) amplifient l’audience internationale de ces artistes mais les soumettent également aux attentes politiques et culturalistes des prescripteurs occidentaux, commissaires d’exposition et critiques.

Vendredi 19 juin 2020, 15h-17h

Séance en visio-conférence. Ouverte sur invitation à demander à l’adresse : arvimm.groupe@gmail.com

Olga Nefedova, Associate professor – National Research University HSE, Moscow/Researcher – Orient-Institut Beirut (Max Weber Foundation)

Art and Artists Crossing Borders: the Early History of Art Education for Arab Artists in the USSR in 1950-70s

During recent decades, interest in different facets of contemporary Arab art has increased significantly. Although this interest has played a key role in bringing modern and contemporary Arab art into wider focus, significant gaps remains in the scholarly discussion. This seminar will analyse the new artistic practices and the art heritage of Arab artists who graduated from various USSR art institutions. It studies artists who graduated or were continuing as postgraduate students between 1959, when the first group of Arab art students arrived in the USSR and 1979. The study is based on the previously unpublished material from various archives. The research was undertaken with the aid of artists and artists’ relatives, based on the materials gathered through meetings, interviews and correspondence with them. Information from large collections of press clippings from Soviet newspapers, journals and magazines of 1950-1980s was also considered. The seminar will address the problem of Arab artists’ education within the context of social realism ideology in art, as well as problem of students’ adaptation in the USSR and their post-Soviet art career in their own countries and abroad.


Une réflexion sur « Histoires de l’art au Maghreb et au Moyen Orient, XIXe-XXIe siècle — Migrations artistiques : circulation, transferts culturels, création »

Les commentaires sont fermés.