C’est Beyrouth !

Cha Gonzales est la seule photographe à présenter un travail sur la jeunesse libanaise. Dans sa série Abandon, elle nous donne un aperçu des fêtes des jeunes et montre, finalement, les blessures et la détresse de cette nouvelle génération. Les crises, sociales comme économiques, ainsi que la guerre marquent profondément cette jeunesse qui semble s’échapper dans le monde de la nuit pour retrouver un peu de chaleur.

Cha Gonzalez, Série Abandon

Le thème des exilés regroupe trois artistes. Christophe Donner réalise une vidéo sur l’artiste palestinien Abdul Rahman Katanani qui a réalisé une installation où il reconstitue le camp de Sabra. Cette vidéo fait prendre conscience du décalage entre la dimension esthétique de l’art, et son aspect militant. Dalia Khamissy photographie, notamment pour les ONG et la presse, la situation des réfugiés au Liban. Ses images montrent la difficulté et la précarité des conditions dans lesquelles survivent ces hommes, femmes et enfants. Myriam Boulos s’intéresse aux communautés éthiopienne, malgache et sri-lankaise dont les femmes occupent souvent des postes d’employées de maison à Beyrouth. Elle choisit de poser un regard axé sur leur quotidien, leur « dimanche » plutôt que sur leur travail. Joana Hadjithomas et Khalil Joreige proposent un travail commun intitulé Tout est vrai. Ce sont plusieurs vidéos, installées dans un hammam qui permettent de recueillir divers témoignages : celui d’un arnaqueur en ligne,  un scam, celui d’une danseuse russe, ou encore celui d’un Libanais issu de la communauté noire qui raconte la complexité de vivre son identité dans la société beyrouthine.

Vianney Le Caer et Ziad Antar s’intéressent au corps comme marqueur d’identité. Leurs deux travaux, centrés sur le corps masculin, montrent l’ambivalence des reflets des corps dans la société. Ziad Antar photographie des policiers mis en scène dans un studio. A travers la représentation de corps dont sont soulignés la force et la virilité, il questionne la notion de pouvoir dans l’espace public. Vianney Le Caer observe la corniche de Beyrouth où se mêlent des hommes de différentes générations venus pour bronzer, prier, se montrer…

Fouad Elkouny, à travers sa vidéo On war & Love, raconte, sous la forme d’un journal intime, le quotidien d’un Libanais pendant le mois qu’a duré la guerre de 2006. Il décrit sa double détresse face à l’état de son pays et alors que se défait une histoire d’amour. Natalie Naccache expose un travail autour de l’iftar. Elle s’intéresse à la manière de célébrer la rupture du jeûne dans des familles issues de différentes classes sociales et de différents horizons culturels. Les différences s’expriment dans la manière de fêter la rupture du jeûne selon les familles bourgeoises, les commerçants, les réfugiés…

Myriam Boulos, Série C’est Dimanche

Les artistes rassemblés pour cette exposition proposent des regards extrêmement différents sur le Liban, et sur Beyrouth en particulier. Mais ils ont en commun de montrer une société dans sa globalité, ses fractures et ses espoirs. La guerre est un élément que l’on ressent dans tous les travaux, même ceux qui ne l’abordent pas directement. La difficulté sociale à reconstruire le pays est alors centrale. Ce sont néanmoins les corps qui sont mis en avant. L’exposition nous présente Beyrouth comme une ville où se rencontrent des êtres humains, des individus issus de communautés aux histoires multiples, mais qui réussissent à cohabiter.



Citer ce billet
Perin Yavuz (2019, 13 juin). C’est Beyrouth !. ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0z4