C’est Beyrouth !

Compte-rendu de l’exposition de l’Institut des cultures d’Islam, Paris, 28 mars-28 juil. 2019

Emma Giraudeau, M1 MAM, Sorbonne-Université

L’Institut des Cultures d’Islam accueille du 28 mars au 28 juillet 2019 une exposition intitulée C’est Beyrouth. Situé dans le 18e arrondissement de Paris, ce lieu, fondé en 2006, est « un centre d’art contemporain, une scène musicale, un lieu de dialogue et d’apprentissage »[1] qui organise des conférences, des projections ou encore des cours de langue en rapport avec le monde musulman. Sous le commissariat de Sabyl Ghoussoub, la direction artistique de Bérénice Saliou et la direction générale de Stéphanie Chazalon, C’est Beyrouth rassemble seize artistes, photographes et vidéastes, libanais et européens.

L’exposition fait le choix d’une approche par les individus et leur quotidien, avec des œuvres qui ont en commun d’interroger les effets de la guerre de 2006 sur la société libanaise. Cette guerre de trente-trois jours « qui brise l’élan de la jeunesse et réveille les traumatismes passés »[2] est interprétée comme la blessure de trop, celle qui vient rompre l’espoir suscité par la reconstruction du pays après la guerre civile. Alors que trop d’expositions sur le Liban faisaient penser à des reportages de guerre, C’est Beyrouth met un point d’honneur à se détacher de cette vision militaire et à redonner la place qu’ils méritent aux corps. Comment vit-on dans une société marquée par le conflit avec le voisin israélien et par la guerre civile, l’un et l’autre étant liés. Quelle place pour les loisirs, la jeunesse dans un pays en reconstruction ?

Fouad Elkoury

C’est Beyrouth s’intéresse également à la population dans sa globalité et particulièrement aux minorités. Plusieurs artistes abordent la question des minorités sexuelles et de genre, mais aussi des « réfugiés oubliés ». C’est aussi l’aspect multiconfessionnel du Liban, souvent vu comme une source de tensions, qui est présenté sous un aspect différent, plus intime. C’est Beyrouth dresse un portrait sociologique d’un pays complexe marqué par les conflits. La question de l’identité est interrogée : y a-t-il finalement une identité nationale au Liban ? Qu’est-ce qu’être libanais ? Qu’est-ce qui unit et rassemble tous les habitants, si ce n’est la guerre, vécue par tous ? À travers cette exposition, nous comprenons la société libanaise comme une multitude d’identités, qui apprennent à vivre ensemble, qui s’entremêlent et tentent de reconstruire leur pays.

Patrick Baz, série Chrétiens du Liban

Les artistes sont regroupés par thèmes. La religion est abordée à travers les photos de Patrick Baz et de Hassan Ammar ainsi qu’avec la vidéo de Sirine Fattouh. Beyrouth est avant tout présentée comme une ville multiconfessionnelle où les différentes communautés (principalement musulmane et chrétienne) réussissent à vivre ensemble et finalement, ont de multiples pratiques en commun. La communauté queer est abordée par Roy Dib et Mohamad Abdouni. Le premier nous propose la vidéo du road trip d’un couple gay factice de Beyrouth à Ramallah. Les inquiétudes du quotidien concernent autant leur sexualité que le conflit israélo-palestinien. C’est notamment la question de la frontière, difficile à franchir, qui est évoquée. Mohamad Abdouni propose une série de photographies intitulée Doris & Andrea qui suit le quotidien d’une mère et de son fils genderqueer.

[1] Site de l’Institut des Cultures d’Islam, URL : https://www.institut-cultures-islam.org/lici-cest/.

[2] Texte introductif à l’exposition Cest Beyrouth.



Citer ce billet
Perin Yavuz (2019, 13 juin). C’est Beyrouth !. ARVIMM. Consulté le 19 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/d0z4