Archives de catégorie : Séminaire

Histoires de l’art dans le monde musulman (Maghreb et Moyen-Orient), XIXe-XXIe siècle – 2ème Année

Image à la une : Lamia Joreige, Beyrouth autopsie d’une ville, chapitre II : « Beyrouth 1001 vues », Vidéo HD, 16 min, (2010). Crédits Lamia Joreige. 

 IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris, 15h à 17h
Après avoir effectué un état des lieux de la recherche sur les arts visuels du Maghreb et du Moyen-Orient lors des deux premières années du séminaire, l’ARVIMM ouvre un nouveau cycle portant sur la production des histoires de l’art dans et sur la région. Trois axes d’interrogation seront abordés. Le premier aura pour but de rendre compte des histoires de l’art produites nationalement, et d’en identifier les acteurs et les usages. Nous tenterons de mettre en lumière les dynamiques régionales à l’œuvre et leur inscription dans des processus politiques comme les mouvements d’indépendance, le panarabisme ou la mondialisation. Un deuxième axe abordera le contexte actuel de réévaluation des modernités extra-occidentales auquel prennent part de nombreuses institutions muséales à l’aune d’outils théoriques tels que l’histoire globale et les études postcoloniales et culturelles, et les écueils (formes d’assignations, universalisme, détermination occidentale des conventions esthétiques). Cet axe sera propice à la comparaison internationale et à la spécification de la situation de la région. Un troisième axe méthodologique abordera la dimension patrimoniale de la production des histoires de l’art, à travers la question de la conservation des œuvres et des archives, de leurs accessibilités dans un moment historique traversé par les conflits, où les productions artistiques sont au cœur du débat public sans constituer pour autant une priorité politique.

Calendrier

18/11/16

Svetlana Sequeira Costa, co-founder and artistic director, Arts Cabinet, London
Towards new models of cooperation between artists and researchers

02/12/16

Bernard Müller, Docteur en anthropologie, chercheur, dramaturge et concepteur de programmes culturels
Anthropologie, art et utopie.Du terrain comme pratique conviviale

16/12/16

Anahi Alviso-Marino, Post doctorante associée, CESSP/CRAPUL/CEFAS, Hybridités, circulations et influences dans les arts visuels du Koweït : premières analyses de terrain

06/01/17             

Séance consacrée aux travaux des étudiants (annulée)

20/01/17  

Nicolas Schaub, Docteur en histoire de l’art contemporain, Postdoctorant Deutsches Forum für Kunstgeschichte,
L’illusion d’un territoire. La Société coloniale des artistes français et l’Afrique du Nord, 1907-1935

03/03/17

Mirna Boyadjian, doctorante en esthétique, Université de Paris 8
La narration spéculative chez Walid Raad, Jalal Toufic, Joana Hadjithomas et Khalil Joreige comme puissance collective dans le contexte de l’après-guerre au Liban
Séance spéciale animée par Claudia Polledri en direct de Montréal via Skype

17/03/17

Programme à définir

21/04/17

Séance des étudiants

05/05/17

Entretien de l’artiste Sima Khatami, artiste par Cécile Camart, historienne de l’art, MCF Université de la Sorbonne Nouvelle

Valérie Mavridorakis, professeure HES à la HEAD-Genève, historienne de l’art spécialiste de l’art américain des années 1960
Siah Armajani, entre Amérique rêvée et Iran perdu

19/05/17

Estelle Sohier, Chargée de cours et collaboratrice scientifique, Département de géographie et environnement, Université de Genève,
De Genève au Caire : le fonds photographique Boissonnas (1930-1932) et le patrimoine visuel de l’Egypte

02/06/17

Marion Slitine, doctorante en anthropologie, EHESS
Écrire l’histoire de l’art dans un contexte colonial. Le cas de la Palestine (titre provisoire)

Histoires de l’art dans le monde musulman (Maghreb et Moyen-Orient), XIXe-XXIe siècle

IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris, 15h à 17h

Après avoir effectué un état des lieux de la recherche sur les arts visuels du Maghreb et du Moyen-Orient lors des deux premières années du séminaire, l’ARVIMM ouvre un nouveau cycle portant sur la production des histoires de l’art dans et sur la région. Trois axes d’interrogation seront abordés. Le premier aura pour but de rendre compte des histoires de l’art produites nationalement, et d’en identifier les acteurs et les usages. Nous tenterons de mettre en lumière les dynamiques régionales à l’œuvre et leur inscription dans des processus politiques comme les mouvements d’indépendance, le panarabisme ou la mondialisation. Un deuxième axe abordera le contexte actuel de réévaluation des modernités extra-occidentales auquel prennent part de nombreuses institutions muséales à l’aune d’outils théoriques tels que l’histoire globale et les études postcoloniales et culturelles, et les écueils (formes d’assignations, universalisme, détermination occidentale des conventions esthétiques). Cet axe sera propice à la comparaison internationale et à la spécification de la situation de la région. Un troisième axe méthodologique abordera la dimension patrimoniale de la production des histoires de l’art, à travers la question de la conservation des œuvres et des archives, de leurs accessibilités dans un moment historique traversé par les conflits, où les productions artistiques sont au cœur du débat public sans constituer pour autant une priorité politique.

 

Calendrier :

04/12/15             

Annie Vernay-Nouri, conservatrice en chef, département des Manuscrits de la Bibliothèque Nationale de France & Eloïse Brac de la Perrière, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Sorbonne, Présentation de l’exposition : Paroles des bêtes (à l’usage des princes). Suivi de la visite de l’exposition (https://www.imarabe.org/exposition/paroles-de-betes-l-usage-des-princes).

11/12/15             

Anahi Alviso Marino, doctorante en Science Politique, Université Paris 1-Panthéon Sorbonne et Université de Lausanne, Restituer l’histoire de l’art au Yémen : l’art comme produit culturel de projets politiques.

22/01/16             

Ridha Moumni, ancien pensionnaire à l’Académie de France à Rome, Historien de l’art et commissaire d’exposition, L’histoire de la peinture dans la régence de Tunis.

29/01/16             

Catherine Fraixe, ENS Bourges, chercheuse associée au CEHTA/EHESS, Titre à confirmer.

05/02/16             

Shakiba Sharifian, Teaching staff and Ph.D. student, Islamic Art University, Tabriz, Boursière d’excellence, Université de Genève, The Development of art discourse in the Middle East. Case study: Iraqi painting.

19/02/16             

Perin Emel Yavuz & Annabelle Boissier, Temporalités en histoire de l’art. Valeurs et usages de la notion de retard.

18/03/16             

Fanny Gillet : Persistance de l’image, lacunes de l’histoire : l’usage de l’archive dans la création plastique contemporaine algérienne (1992-2012)

01/04/16             

[Séance de 3h]

Elahe Helbig, Academic Assistant at the University of Geneva, Faculty of Humanities, Department of Mediterranean, Slavonic and Oriental Languages, Making History: Nineteenth-Century Photography in Iran and its Role in Nation-Building ;

Claudia Polledri, docteure en littérature comparée et en histoire de l’art), coordinatrice scientifique du CRIalt, Université de Montréal, Beyrouth dans la représentation artistique contemporaine : écrire l’histoire par la photographie.

15/04/16             

Séance consacrée aux travaux des étudiants.

06/05/16             

Paola Gandolfi, enseignante-chercheuse, Université de Bergame, Pour une conversation entre recherches artistiques et recherches anthropologiques à partir de l’idée d’expérimentation. Vers une réécriture des histoires de l’art contemporain au Maghreb.

20/05/16             

Morad Montazami, commissaire-chercheur à la Tate Modern (pour les collections Moyen-Orient/Maghreb), Titre à confirmer.

03/06/16             

Béatrice Joyeux-Prunel, maîtresse de conférences en histoire de l’art contemporain, ENS Paris, Collecter des catalogues d’expositions dans le monde musulman, 19e-20e siècles : le projet numérique Artlas.

 

Télécharger la version PDF du programme ARVIMM 2015-2016

http://www.ehess.fr/fr/enseignement/enseignements/2015/ue/646/

 

Construction des savoirs et enjeux symboliques dans les arts visuels des pays de l’Islam méditerranéen (XIXe-XXIe siècle) — 2ème année

1er et 3e vendredis du mois de 13 h à 15 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 21 novembre 2014 au 5 juin 2015. La séance du 5 décembre se déroulera de 13 h à 16 h. La séance du 20 mars est reportée au 27 mars (même heure, même salle)

Les arts visuels ont connu un développement particulier dans l’espace arabe depuis le XIXe siècle, en lien avec la colonisation. Dans les espaces arabe, turc et persan, le processus de modernisation s’est accompagné d’une imposition de valeurs esthétiques développées dans les centres européens. Or, beaucoup reste à savoir sur les modalités de ces développements, faute de cadres de recherche structurés (1).

Arts des élites, les arts visuels permettent pourtant d’interroger à nouveaux frais les relations de pouvoir qui se sont instaurées entre l’Orient et l’Occident. Ils donnent également l’occasion de réfléchir à la façon dont les sciences sociales ont contribué à la production et à la diffusion des objets culturels, en particulier depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale. La production des artistes témoigne ainsi de l’impact du marxisme puis des études post-coloniales, dans une mesure qui mériterait d’être mieux connue.

L’atelier entend envisager ensemble les périodes coloniale et post-coloniale, trop souvent arbitrairement distinguées dans les recherches préexistantes, et répondre à la faiblesse des recherches historiques sur la période post-coloniale (2). On y abordera la question des difficultés matérielles qui se présentent aux chercheurs (disponibilité et fiabilité des sources qui ne permettent que rarement de dater précisément les œuvres ou de les localiser, et plus généralement de répondre aux critères de l’histoire de l’art). On y discutera aussi des méthodes et des cadres théoriques qui mettent en œuvre les chercheurs travaillant sur les arts visuels, ainsi que la question des échelles les plus appropriées pour saisir des mutations qui s’inscrivent dans un espace multidimensionnel (Méditerranée, monde arabe du Golfe à l’Océan, monde islamique).

(1)  Malgré les programmes dirigés par J. Dakhlia à l’IISMM (Des arts en tension : la création artistique contemporaine en pays d’Islam, Paris, Kimé, collection « Esthétiques », 2006) et par S. Naef, I. Maffi et W. Shaw (Other Modernities. Patrimony and Practices of Visual Expression Outside the West).

(2)  C’est le bilan établi par Pierre Vermeren pour le cas du Maghreb (P. Vermeren, Misère de l’historiographie du Maghreb « post-colonial » (1962-2012), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012).

Calendrier :

21/11/14
Annabelle Boissier, Trajectoires individuelles et collectives des acteurs du monde de l’art contemporain tunisien au XXIème siècle.

05/12/14
Jérémie Molho (Doctorant, ESO, Université d’Angers) & Ilker Birkan (doctorant, Centre nantais de sociologie), Regards croisés de la sociologie et de la géographie sur le(s) monde(s) de l’art d’Istanbul : Organisation, conventions et territoires. [Séance de trois heures.]

19/12/14
Perin Emel Yavuz, Le tournant postmoderne des années 1970-1980 en Turquie: formes et enjeux.

23/01/15
Zouina Ait Slimani (doctorante, histoire de l’art, université de paris 10 Nanterre), L’évolution des artistes maghrébins (Algérie, Maroc, Tunisie) au sein de l’Ecole de Paris.

06/02/15
Clélia Barbut (doctorante, CERLIS, Sorbonne Nouvelle), Mises en oeuvre du voile et irréciprocité des regards.

20/02/15
Alain Messaoudi, D’un espace méditerranéen à un cadre impérial ? La circulation des artistes peintres en Tunisie (vers 1875-vers 1920)
Fanny Gillet, Approches méthodologiques de l’art algérien moderne et contemporain.

06/03/15
Mercedes Volait (Directrice de recherches, CNRS, InVisu USR 3103), À propos de la topographie artistique du Caire moderne : éléments pour une histoire connectée des arts en Égypte.

20/03/15
Silvia Naef (Professeur en histoire de l’art, Unité d’arabe, Université de Genève), Écrire l’histoire de l’art moderne dans le monde arabe : sources, théories et réalités.

03/04/15
Catherine Cornet (Doctorante EHESS, Paris et Université de Rome II), Les ‘artistes d’états’ en Égypte  (2001-2011) et leurs contributions au paradigme de la ‘Renaissance arabe’.

17/04/15
Catherine David (Directrice Adjointe MNAM/CCI, Centre Georges Pompidou), Histoire(s) de l’art moderne dans le mondes arabe et musulman.

15/05/15
Séance consacrée aux travaux des étudiants.

29/05/15
Laurent Cazes (doctorant, Université Paris 1), Nationalisme et orientalisme au Salon – Paris, 1850-1900.

05/06/15
Paola Gandolfi (enseignante-chercheure, Universités de Bergame et de Venise), Art en mouvement et nouveaux enjeux de la création au Maghreb et ailleurs.

Télécharger le programme : Programme ARVIMM 2014-2015 modifié

Construction des savoirs et enjeux symboliques dans les arts visuels des pays de l’Islam méditerranéen (XIXe-XXIe siècle) — 1ère année

1er, 3e et 5e vendredis du mois de 13 h à 15 h (IISMM, salle de réunion, 1er étage, 96 bd Raspail 75006 Paris), du 15 novembre 2013 au 6 juin 2014. La séance du 16 mai est reportée au 23 mai, la séance du 6 juin est reportée au 20 juin (même heure, même salle). La séance du 20 juin est annulée

Les arts visuels ont connu un développement particulier dans l’espace arabe depuis le XIXe siècle, en lien avec la colonisation. Dans les espaces arabe, turc et persan, le processus de modernisation s’est accompagné d’une imposition de valeurs esthétiques développées dans les centres européens. Or, beaucoup reste à savoir sur les modalités de ces développements, faute de cadres de recherche structurés .

Arts des élites, les arts visuels permettent pourtant d’interroger à nouveaux frais les relations de pouvoir qui se sont instaurées entre l’Orient et l’Occident. Ils donnent également l’occasion de réfléchir à la façon dont les sciences sociales ont contribué à la production et à la diffusion des objets culturels, en particulier depuis les lendemains de la Première Guerre mondiale. La production des artistes témoigne ainsi de l’impact du marxisme puis des études post-coloniales, dans une mesure qui mériterait d’être mieux connue.

L’atelier entend envisager ensemble les périodes coloniale et post-coloniale, trop souvent arbitrairement distinguées dans les recherches préexistantes, et répondre à la faiblesse des recherches historiques sur la période post-coloniale (1). On y abordera la question des difficultés matérielles qui se présentent aux chercheurs (disponibilité et fiabilité des sources qui ne permettent que rarement de dater précisément les œuvres ou de les localiser, et plus généralement de répondre aux critères de l’histoire de l’art.). On y discutera aussi des méthodes et des cadres théoriques qui mettent en œuvre les chercheurs travaillant sur les arts visuels, ainsi que la question des échelles les plus appropriées pour saisir des mutations qui s’inscrivent dans un espace multidimensionnel (Méditerranée, monde arabe du Golfe à l’Océan, monde islamique).

(1) Malgré les programmes dirigés par J. Dakhlia à l’IISMM (Des arts en tension : la création artistique contemporaine en pays d’Islam, Paris, Kimé, collection « Esthétiques », 2006) et par S. Naef, I. Maffi et W. Shaw (Other Modernities. Patrimony and Practices of Visual Expression Outside the West). C’est le bilan établi par Pierre Vermeren pour le cas du Maghreb (P. Vermeren, Misère de l’historiographie du Maghreb « post-colonial » (1962-2012), Paris, Publications de la Sorbonne, 2012).

Programme :

15 novembre : Nicolas Schaub (docteur en histoire de l’art, Université de Strasbourg) « Création et résistance : des artistes à l’épreuve de la conquête de l’Algérie »

6 décembre :  Annabelle Boissier et Fanny Gillet « Ruptures, renaissances et continuités. Modes de construction de l’histoire de l’art maghrébin

20 décembre :  Adrien Eudeline (master en histoire de l’art, université de Bordeaux), « Sociétés et expositions artistiques en Algérie, 1830-1914 ».

17 janvier : Jae Yeon Park (doctorante, Université Paris 1), « La constitution des collections du musée des beaux-arts d’Alger ».

7 février : Habiba Aoudia (doctorante, IRIS-EHESS), « Le patrimoine nord-africain dans les collections françaises ».

21 février : Alice Bombardier (docteure en sociologie et en civilisation persane, CADIS-EHESS), « La vogue de l’art persan en France dans les années 1930. L’influence internationale de la Société Iranienne de l’Héritage National ».

7 mars : Nadia Radwan (docteure, Université de Genève), « D’une révolution à l’autre (1919-2011): l’ambivalence comme prisme d’analyse d’une modernité artistique en Égypte ».

21 mars : Tzvetomira Tocheva (docteure, Université de Strasbourg), « Le conflit comme genèse de l’art contemporain marocain. L’émergence d’un art marocain au service d’une nation moderne (1956 – années 1970) »

4 avril : Emma Chubb (doctorante, Northwestern University), « Fann as-siba ou les interventions artistiques dans le Rif (1999-2014)« 

23 mai : présentation des travaux des étudiants de master

30 mai : Laetitia Deloustal (doctorante, Université de Perpignan), Artistes femmes contemporaines en Tunisie.

« 20 juin : Jean-Gabriel Leturcq (doctorant en anthropologie, CHSIM-EHESS), À la recherche d’une image : petite histoire de la photographie dans les pays du Golfe depuis les années 1950. »