Atelier « Histoires de l’art dans le monde musulman (Maghreb et Moyen-Orient), XIXe-XXIe siècle » — 7 juillet 2017, 9h-12h, Congrès du GIS Moyen-Orient et mondes musulmans, INALCO, Paris

Dans le cadre du 2e congrès du GIS « Moyen Orient et Mondes musulmans » (présentation et programme complet) qui se tiendra à l’INALCO, Paris, 5-8 juillet 2017, les responsables du séminaire “Histoires de l’art dans le monde musulman (Maghreb et Moyen-Orient), XIXe-XXIe siècle ” de l’EHESS organisent l’atelier 64 intitulé “Histoires de l’art dans le monde musulman (Maghreb et Moyen-Orient), XIXe-XXIe siècle”.

Nous vous rappelons que l’accès du congrès au public est payant (soit sur le site du GIS soit sur place par chèque ou espèces).

Horaires et lieu

  • Vendredi 7 juillet 2017, 9h-12h
  • INALCO, 65 Rue des Grands Moulins, 75013 Paris

Propos

Au terme d’un cycle de deux années de séminaire (https://arvimm.hypotheses.org/328) et d’une école d’automne (https://arvimm.hypotheses.org/534) et avant la publication d’un dossier thématique de la Revue des études des mondes musulmans et de la Méditerranée (fin 2017) sur la question de la construction des histoires de l’art dans et sur les régions du Maghreb et du Moyen-Orient, l’ARVIMM souhaite proposer une réflexion sur la construction des régimes de temporalités pour l’étude des arts plastiques. L’analyse de la modélisation du temps en histoire de l’art revient pour partie à élaborer une historiographie qui suppose souvent une approche archéologique des sources à disposition du chercheur. C’est en repérant des lignes de continuité et de discontinuité qu’il est possible de construire un discours rendant intelligible les ruptures et les changements de paradigme. Pour ce faire, il nous faut nous appuyer sur des modèles théoriques ou en élaborer de nouveaux.

Un nombre important de chercheurs issus de disciplines diverses (histoire de l’art, sociologie, anthropologie culturelle) ont recours aux modèles théoriques élaborés par Nathalie Heinich. Nous souhaitons, à titre d’exemple, discuter cet usage qui peut aboutir à des impasses épistémiques. En effet, Heinich identifie des catégories de pratiques (artisanale, académique, moderne) et leurs évolutions au sein des mondes de l’art européen de l’âge classique (Du peintre à l’artiste, Minuit, 1993) sans prendre en compte, de fait, leurs usages contemporains. Or, si l’évolution des pratiques dans le cadre européen a donné lieu à des réseaux de productions distincts, ce n’est pas toujours le cas dans des contextes géo-politiques et historiques différents.

Nous examinerons donc les conditions d’une transposition d’un modèle théorique construit dans un espace historique et géographique spécifique. Et renversons cette interrogation nécessaire en considérant de quelle manière les cas situés en dehors de l’espace nord-américain et européen occidental peuvent apporter de nouvelles perspectives théoriques.

Programme

L’ordre des interventions est susceptible d’être modifié.

Discutante : Silvia Naef (professeure ordinaire à l’Université de Genève),

Annabelle Boissier (docteure en anthropologie, Head of Research, Artscabinet)
Présentation

Alain Messaoudi (maître de conférences à l’Université de Nantes)
Les arts visuels dans l’historiographie nationale et l’écriture d’une histoire de l’art en Tunisie.

Nous analyserons la place faite aux arts visuels dans l’écriture de l’histoire nationale (manuels scolaires, Histoire générale de la Tunisie publiée chez Sud Editions, 2005-2007 ; Histoire de la Tunisie publiée par Habib Boularès, Cérès, 2011…). Assisterait-on à un tournant que pourrait symboliser la récente exposition présentée à Tunis sous le titre L’éveil d’une nation ? Nous reviendrons sur les modalités de l’élaboration d’une histoire des arts plastiques à l’échelle de la Tunisie. Dans quelles mesure s’articule-t-elle avec le récit national ? S’intègre-t-elle à des récits s’inscrivant à des échelles internationales, voire mondiale ?

Claudia Polledri : (Postdoctorante – Coordinatrice scientifique du CRIalt, Université de Montréal)
Du « retrait de la tradition » à des nouvelles formes d’écriture : temporalités et usages de l’art au Liban.

Depuis son apparition sur la scène internationale dans les années 2000, l’art contemporain libanais a souvent été interprété en relation à la relecture qu’il produit de l’histoire récente du pays (le conflit civil, 1975 et 1990). Parmi les effets produits par ces évènements, Toufic parle notamment d’un retrait de la tradition (Toufic 2009), et donc aussi du passé de l’art, face « au désastre démesuré ». À travers l’étude des œuvres et des artistes libanais, par cette communication nous proposons d’étudier comment, de part sa relation à un phénomène historique de rupture, l’art contemporain libanais est en train d’instaurer une nouvelle forme de tradition artistique, dont nous tenterons aussi d’identifier les traits principaux.

Fanny Gillet (doctorante de l’Université de Genève, Unité d’arabe), Moderne/contemporain. Constructions et usages de la temporalité en art en Algérie.

Dans la préface du catalogue du “Salon de l’Art Contemporain” – anciennement “Salon de l’Art Moderne” – organisé par le Comité des fêtes de la ville d’Alger du 18 décembre 1996 au 3 janvier 1997, l’historien de l’art et commissaire Mohammed Djehiche présentait le changement d’intitulé du salon en ces termes : “ La référence à l’art moderne sous-entend une dimension historique englobant le développement de l’art depuis l’avènement de l’impressionnisme à nos jours et sa présentation au public. Ce qui n’est pas le cas de notre exposition qui a pour but d’exposer des artistes contemporains et vivants.” Alors que dans les années 1980, l’apparition du qualificatif “contemporain” en Algérie semble servir à promouvoir une génération nouvelle d’artistes en opposition à ses prédécesseurs, cette lecture, qui emprunte à la modélisation historiographique de type occidental – et plus spécifiquement française – justifie le glissement paradigmatique de l’art “moderne” à l’art “contemporain” par l’idée que ce dernier aurait vocation à refléter les préoccupations actuelles de la société algérienne. De ce fait, la sélection des artistes exposés lors du “Salon de l’Art Contemporain” montre un mélange des générations, au-delà de la spécificité de leur pratique qui demeure fortement liée à ce que Nathalie Heinich classe dans la catégorie “académique”.

Aussi, en nous appuyant sur l’analyse des différentes sources écrites (catalogues et articles de presse) et iconographiques, il s’agira d’interroger ce que suppose l’usage du concept “contemporain” en termes symbolique et chronologique. D’une part, nous verrons dans quelle mesure cet usage participe à la fois de stratégies de distinction et de reconnaissance de la part des artistes au niveau local. D’autre part, en tenant compte de la particularité des contextes, nous nous demanderons dans quelle mesure l’évolution de cet usage épouse les courbes de la sensibilité théorique occidentale avec l’intention d’inscrire la production artistique algérienne dans une dimension universelle, en partie liée aux exigences du marché dominant.

Perin Emel Yavuz (docteure de l’EHESS)
L’art contemporain turc est-il vraiment né en 1987 ? Archéologie du tournant de l’art turc.

Dans l’imaginaire de l’histoire de l’art, l’art contemporain turc serait né officiellement avec la première édition de la Biennale d’Istanbul en 1987. S’il ne fait aucun doute que cet événement a propulsé Istanbul et ses artistes sur la scène internationale de l’art contemporain, il semble plus discutable de voir en lui l’apparition ex nihilo d’un nouveau paradigme historique. Dans cette communication, à travers l’étude des œuvres et des artistes, nous tenterons de remonter au prémices du mouvement de fond qui a permis l’émergence du tournant de l’art en Turquie dès la fin des années 1960.